Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 106 - Juil 2017

Go

Contribution

L’essor du tourisme sportif en Algérie avec l’organisation de grands évènements

Journée d’étude à l’Ecole nationale supérieure du tourisme (ENST)

Par Me Serge PAUTOT,



Aujourd’hui, il ne peut plus y avoir le tourisme traditionnel d’un côté et le sport de l’autre. Il existe un marché du tourisme sportif ou du sport à caractère touristique. Au lendemain de l’Indépendance, il n’y avait qu’un seul ministère qui unissait le Sport, la Jeunesse et le Tourisme. Le ministre n’était autre que l’actuel Président Abdelaziz Bouteflika. Le mariage de ces deux activités est une complémentarité d’une grande actualité. On voit bien comment les Etats veulent organiser de grands évènements sportifs internationaux, les utiliser comme levier de commande de développement du tourisme avec en plus une attractivité positive de leur image et le sentiment de la fierté nationale.
C’est pour répondre à cet « air du temps », que Abdelatif Zaid, directeur de l’Ecole nationale supérieure du tourisme (ENST), a organisé le 17 décembre 2015, une journée d’études sur le sujet du tourisme sportif. Le directeur des Etudes, Smail Boukhari, avait convié mesdames les professeurs docteurs Cherifa Bensadek et Linda Amimoussa ainsi que Maître Serge Pautot, docteur en droit, avocat au barreau de Marseille et président de Legisport. Ces conférenciers ont parfaitement expliqué, exemples à l’appui, que le sport constitue un facteur de développement du tourisme et ont suscité l’intérêt des élèves de quatrième année, futurs professionnels du tourisme en Algérie, qui n’est pas en reste puisque parmi les futurs grands événements sportifs, la ville d’Iran organisera les Jeux méditerranéens en 2021 !

Une place de premier ordre pour l’Ecole nationale supérieure du tourisme
Abdelatif Zaid présente l’ENST, un établissement public chargé de former des licenciés en gestion hôtelière et touristique, management en quatre années pour un secteur en pleine expansion dont l’offre des postes stratégiques est importante. La formation au sein de l’Ecole repose également sur la gestion des agences de voyages. Des stages d’entreprises sont organisés, permettant à l’étudiant de se familiariser avec le milieu professionnel de même que des voyages d’études sont organisés à travers le pays pour découvrir le potentiel touristique national. M. Zaid précise également que des séminaires sont organisées avec la participation de professeurs et universitaires de renom qui viennent contribuer à l’enrichissement de la formation des étudiants. De même, des stages de formation continue sont organisés par Mme Nadia Yacef, directrice des études de la formation continue, nouvelle stratégie tracée par les pouvoirs publics, en particulier le ministère du Tourisme, autorité de tutelle qui met en œuvre la politique nationale du tourisme. Son rôle est de favoriser le développement harmonieux du tourisme et de valoriser toutes ses potentialités.
La prise de conscience nationale de l’enjeu du développement touristique en tant que vecteur de développement économique et social aux côtés des autres secteurs productifs (industrie, agriculture …) n’a pas échappé aux pouvoirs publics qui ont vu la nécessité pour l’Etat de se doter d’un cadre de référence avec cet établissement d’enseignement supérieur.
Située au cœur du Maghreb, entre les eaux de la Mer Méditerranée et l’océan de sable du Sahara qui couvre 80 % du territoire, l’Algérie partage ses 6 342 km de frontières avec sept Etats : la Tunisie, la Libye, le Niger, le Mali, la Mauritanie, le Sahara Occidental et le Maroc. Le climat de l’Algérie est méditerranéen au nord, continental à l’intérieur des terres, et désertique au sud.
De même, la situation économique et un climat propice aux investissements eu égard aux différentes facilitations proposées par l’Etat, sont des facteurs qui expliquent la dynamique que connait le secteur touristique en Algérie et cela en plus des multiples atouts de cette destination dans le bassin méditerranéen à savoir :
1. La majeur partie des sites touristiques est encore à l’état vierge et bien préservée ;
2. Un potentiel touristique, naturel et culturel impressionnant et souvent méconnu ;
3. Le pays est doté d’infrastructures importantes où la majeure partie des villes touristiques est dotée d’aéroports internationaux, et de nouveaux réseaux routiers.
4. Une volonté politique de faire du tourisme une priorité nationale et le fer de lance de l’économie hors hydrocarbures.
5. La position géographique de l’Algérie occupant une position centrale au Maghreb, représentant la porte de l’Afrique est fixée sur la rive sud de la Méditerranée, la mettant ainsi à proximité des principaux marchés européens émetteurs de touristes.
6. La superficie du pays dépassant les 2 381741 km², dont 2 millions de km² sont occupés par le Sahara. Une destination très prisée par les touristes et dont de nombreux sites sont classés Patrimoine universel de l’Humanité par l’Unesco eu égard à leur valeur historique et scientifique.
7. Le climat est méditerranéen. Il est doux et modéré dans les régions Nord du pays et aride et sec dans le Sud du pays dont le Sahara.
L’Algérie est un immense musée à ciel ouvert, divers sites sont classés au patrimoine mondial de l’Unesco. La diversité des reliefs et la richesse de ce patrimoine historique et culturel de l’Algérie offrent la possibilité aux visiteurs d’organiser des circuits à thèmes très variés. Si bien que les atouts actuels et traditionnels du tourisme en Algérie sont très grands mais le développement du tourisme sportif doit être comparable et se développer davantage encore en raison des apports positifs qu’il procure au développement du tourisme, à celui des équipements sportifs et à l’image qu’il diffuse à l’étranger avec l’organisation de grandes compétitions internationales et des spectateurs qu’il draine.

Le sport dans l’industrie du tourisme, miser sur ses atouts
D’un point de vue historique, on peut se référer aux jeux Olympiques antiques pour appréhender le sport et le tourisme. Ces Jeux apparurent en l’an 776 avant J.-C. et se répétèrent tous les quatre ans pendant plus d’un millénaire. Les installations sportives édifiées permettaient la participation d’un large public. A Olympie, les gradins pouvaient accueillir 40.000 personnes. On sait par ailleurs que les athlètes, représentant les cités, étaient accompagnés de « supporters » qui les encourageaient pendant la durée des jeux. Ces pratiques caractéristiques sont fondatrices d’une association entre tourisme et sport.
De nos jours, le sport investit le temps de loisir et se transforme en un marché de consommation. On constate tout d’abord que sous sa forme ludique, l’activité sportive revêt les caractéristiques d’un produit marchand et que, d’autre part, elle investit depuis peu la sphère du tourisme. C’est une offre nouvelle qui mobilise à la fois les pouvoirs publics, le secteur économique privé et le mouvement sportif, le tout marié au marché du tourisme.
Habituellement, quand un marché se développe, un processus d’industrialisation l’accompagne avec la rationalisation de son offre et une commercialisation active des produits. L’activité du tourisme sportif ne doit donc pas faire exception à la règle même si les structures professionnelles se développent faiblement avec des offres de service qui restent embryonnaires dans certains lieux et domaines. Il ne faut pas nier non plus des problèmes de sécurité qui peuvent apparaître lors d’organisation de manifestions sportives et peuvent constituer un frein au développement optimal du tourisme sportif.
Du point de vue économique, le développement du tourisme sportif favorise la création d’entreprises (agences de voyage, organisateurs de circuits, hôtellerie, restauration, commerce liées au tourisme, également l’artisanat local ….) ainsi que la création d’emplois liés à ces activités. Toutes vont participer au développement économique du pays
Le tourisme sportif varie selon les pays. Chaque pays a sa propre spécificité, sa culture, sa géographie, ses paysages, ses traditions. Les principaux produits qui caractérisent le tourisme sportif sont
- Le tourisme sportif ciblé sur l’utilisation des attractions sportives (musées sportifs, congrès, conférences sportives), exhibitions et démonstrations sportives, parcs sportifs (aquatiques en particulier), voile, zones de rafting, golfs, pistes et aménagements pour le ski, stades, patinoires …
- Les séjours de tourisme sportif dans des centres, des stations ou des camps de loisir ou d’entraînement sportif.
- Les croisières à objectif sportif dont l’objet est un sport, la rencontre des sportifs, les visites de lieux sportifs…
- Les voyages de tourisme sportif pour l’exercice de la pratique d’une activité sportive : golf, tennis, randonnée, trekking…
- Le tourisme sportif à l’occasion d’un évènement, régional, national ou international (rencontre internationale, championnat d’Afrique, Coupe du monde…)
Ainsi, l’activité touristique sportive en Algérie repose actuellement essentiellement sur :
- l’activité balnéaire. Plus de 80% de l’offre d’hébergement est située dans les zones côtières. Plusieurs filières ont été développées pour assurer un relais de croissance ;
 - la thalassothérapie : 20 centres et plus de 200 000 curistes par an. Deuxième destination mondiale après la France et une clientèle surtout européenne ;
- le golf : 8 golfs mais une réussite mitigée de la filière aujourd’hui ;
- la plaisance : 16 ports de plaisance et escales ;
- la croisière : plus de 400 000 passagers accueillis annuellement ;
- le désert : développement important et multiplication des agences spécialisées ;
- les compétitions sportives organisées par les diverses fédérations sportives nationales à travers le pays.
On peut aussi rêver de grands voyages, de découverte de paysages merveilleux, inconnus, et de la réalisation d’exploits. Chacun se souvient des traversées épiques du Sahara, en voiture, chameaux ou autres, de l’escalade. Ces performances sportives font partie de l’histoire de l’Algérie, comme la croisière Citroën en 1924. Ces randonnées sportives se faisaient hors des fédérations, des logiques compétitives et de toute activité économique.
Aujourd’hui, des théoriciens du tourisme sportif, tel le Professeur Pigeassou de l’Université de Montpellier, présente le tourisme sportif sous la forme de trois comportements sous les formes suivantes:
• Spectateur : comportement lié à la participation d’un spectacle sportif tel que compétition, match, exhibition, tournoi, show…
Ici l’approche visuelle en situation est essentielle. C’est le tourisme sportif de spectacle.
• Acteur : comportement déterminé par une participation d’activité physique (joueur, sportif, compétiteur, participation à l’activité physique elle-même). C’est le tourisme sportif d’action.
• Visiteur : comportement caractérisé par une approche plus cognitive du tourisme sportif, la commémoration, l’enrichissement culturel, l’histoire du sport ou nourrir une curiosité intellectuelle ou une passion, visite d’un musée du sport. C’est le tourisme sportif de culture.
Ces comportements correspondent à des attentes bien précises et constituent les lignes de produits du tourisme sportif nettement différenciées. Nous allons reprendre ces trois formes du tourisme sportif et ses applications dans le pays.

Le tourisme sportif d’action en Algérie, une source inépuisable
Le tourisme sportif d’action est diversifié. Il est représenté par un très large éventail de pratiques sportives supposant une implication physique. Il peut s’agir de compétitions sportives donnant lieu à de multiples déplacements des participants, courts ou longs séjours pour participer à des évènements sportifs ou compétitions, tournois, manifestation sportives telles que match de foot, compétition de voile, tennis, course à pieds…
Il convient de se reporter aux très nombreuses compétitions avec championnats qui sont organisées tous les weekends dans toutes les communes et wilayas dans le foot, volley, basket, handball, athlétisme, boxe, etc. organisées par les fédérations sportives. Il s’agit aussi de la randonnée, du golf en passant par les sports équestres, nautiques ou aériens.
D’autres évènements sportifs, tels que les marathons, les courses pédestres, les rassemblements VTT… ont une notoriété importante et attirent des pratiquants compétiteurs non licenciés. Pour une fraction de ces évènements, le déplacement à la journée n’offre pas un cadre suffisant (distance, horaire de programmation, étalement sur plusieurs jours).
C’est aussi un tourisme dont une partie minoritaire passe par les circuits marchands (tour opérateur, agences de voyage spécialisées…). Il s’agit le plus souvent de séjours sportifs à l’attention d’étrangers que ce soit pour la randonnée, le windsurf, le VTT, le trek, la croisière, la plongée, le golf, les randonnées équestres, la pêche, la chasse pour donner quelques exemples.
 S’il s’est développé à partir du sport, on peut aussi inclure des activités de pleine nature, de loisirs, de plein air, voire séjour type Club méditerranée. Des agences de voyages qui ont une attractivité locale du loisir sportif (plongée, voile, golf, chars à voile, découverte montagnarde du Hoggar, alpinisme …)
Voici selon la géographie de l’Algérie divers exemples de développement du tourisme sportif

Le littoral et le tourisme sportif balnéaire, une vocation naturelle
Tout d’abord le littoral en Algérie s’étend sur 1 200 km. Il est caractérisé par des paysages remarquables et la beauté de ses sites.
L’Etat algérien a favorisé le développement de sites balnéaires, par exemple ceux de Tipasa, Zeralda, Sidi Fredj et Jijel, Bejaia, Oran …. Des sites balnéaires existent sur toutes les côtes algériennes.
Evidemment, ces plages attirent beaucoup de touristes dont la majorité s’adonne à la :
- natation
- plongée sous-marine
- pêche en mer
- voile, ski nautique,
- aviron, véliplanchiste …
Ce sont des activités très riches qui ne demandent qu’à être développées. Avec ces 1 200 km de côtes, on imagine bien que l’Algérie possède de nombreux endroits propices à la baignade.
Après les plages algéroises, on ira vers l’Est et piquer une tête dans l’eau pure et limpide des criques de la côte du saphir, entre Jijel et Bejaïa. Quant à la plongée, elle n’est pas aussi répandue que dans d’autres pays méditerranéens, mais les amateurs trouveront leur bonheur dans les centres nautiques près d’Alger, Oran, Bejaïa ou Annaba. La chasse sous-marine reste très réglementée et n’est autorisée qu’aux détenteurs de permis.
De même la discipline canoë kayak, pratiquée à petite échelle, peut connaître un essor au vu de la disponibilité de sites naturels favorables à son développement. Les conditions de développement de cette discipline sont favorisés tant par le littoral algérien que par les plans d’eau, barrages, tel celui de Tilesdit (est de Bouira) retenues d’eau, déclarait le ministre de la Jeunesse et des Sports récemment lors d’une rencontre avec le Président de la Fédération.
La plongée sous-marine permet également, outre son aspect sportif, la préservation de l’environnement sous-marin et le développement durable de la ressource halieutique. Le 5e Salon de la plongée sous-marine s’est déroulé les 26 et 28 mars à Alger. Il a permis de sensibiliser le public sur cette discipline et l’écologie marine. Tous ces sports aquatiques sont très prometteurs pour l’avenir avec des retombées importants sur le tourisme avec tous les sportifs s’y adonnant, leurs familles et amis les accompagnant.
On peut citer également le Championnat d’Afrique de voile « Optimist» qui s’est déroulé à la plage du complexe Les Andalouses à Oran qui a regroupé des athlètes venant de 13 pays africains. Un bel exemple de toutime sportif et d’événement sportif international.

Le tourisme sportif saharien dans un décor de rêve
Plus grand désert du monde qui couvre 80 % du pays, sa morphologie varie entre de vastes reliefs dunaires (Grand Erg Occidental et Grand Erg Oriental), des plateaux rocheux (Tassili N’Adjer) et des plaines caillouteuses (Reg Tanezrouft), espaces ponctués d’oasis luxuriantes.
Les régions du Hoggar (sud) et du Tassili N’ajjer (sud-est) sont réputées pour offrir d’inoubliables treks et randonnées à ceux qui les tentent. On part généralement en petits groupes, accompagnés de guides expérimentés et de mules pour le transport des vivres et du matériel de couchage. De nombreuses agences européennes ou algériennes proposent des balades d’une, voire deux semaines à travers le Sahara.
Les coucher et lever de soleil depuis le massif de l’Assekrem (dans le Hoggar) sont, paraît-il, parmi les plus beaux de la planète.
L’attrait du désert, j’y ai succombé en me rendant dès 1964 à Ouargla et en faisant la tournée des oasis, le M’Zab,…
Nous étions avant tout sensibles à la beauté physique des oasis et nous attachions beaucoup d’importance à la présence humaine, aux populations. Nous établissions avant tout des contacts, des conversations avec les populations locales, liés à notre statut de coopérant enseignant, malgré la barrière des langues,….
Au sud-est, la chaîne du Hoggar, sur une superficie quasiment équivalente à celle de la France, étend ses colonnes vertigineuses sculptées par les éléments dans la roche volcanique. Dans le massif de l’Atakor, le Mont Tahat domine l’Algérie à 2 918 m. Les activités de montagne, d’escalade, de découvertes sont bien connues.
Rappelons les randonnées à dos de chameau, à pieds, les vols en montgolfière, en avion, en voiture, en moto, 4X4, en char à voile, voire en vélo. C’est un peu le tourisme aventure… L’immensité du désert, les dunes de sables offrent des perspectives de développement de tourisme sportif incommensurable.
Les randonnées chamelières et méharées de découverte sont du tourisme sportif conçu pour ceux qui veulent parcourir les montagnes au cœur du Hoggar, en se déplaçant à pied, des bagages portés par les chameaux … J’ai connu aussi en 1986, le grand « choc » du Sahara avec Tamanrasset, l’Assekrem,…que j’avais découvert en 1964, mais pas aussi loin. Aucune voiture ne nous conduit, unis au guide et chameliers.
Aujourd’hui, des évènements sportifs internationaux sont organisés. Le Marathon des Dunes, les super Marathon du Djurjura. Il y a encore le vol à voile, le char à voile, le ski sur sable.

Le tourisme loisir, sport et nature pour transmettre un art de vivre
Se détendre, se retrouver, se bouger tout en se cultivant et partageant en groupe, en club, entre amis, en famille des activités aussi bien nautiques que terrestres. Des randonnées, des activités de découverte de l’environnement. Les amoureux de la nature pourront partir à la découverte des parcs et réserves naturels du pays qui abritent encore des espèces végétales et animales rares ou en voie de disparition.
• Parc national du Djurdjura (wilaya de Tizi Ouzou et Bouira)
• Parc national du Gouraya (wilaya de Bejaia)
• Parc national de Thenier el Had (wilaya de Tissemlit)
• Parc national de Belezma (wilaya de Batna)
• Parc d’El Kala (wilaya d’El Tarf)
• Parc national de Tlemcen (wilaya de Tlemcen)
• Parc national de Taza (wilaya de Jijel)
• Parc national de Chréa (sud-ouest d’Alger)
Les activités de marches, randonnées sont innombrables et méritent d’être favorisées et déployées. C’est une activité en pleine progression. Elle a donné lieu à la deuxième édition du Festival des sports de nature qui s’est déroulé du 25 au 29 mars à Béni-Badhel, wilaya de Tlemcen. Plus de 3000 participants venant de 25 wilayas ont participé à la randonnée pédestre, la randonnée d’orientation, la voile, l’escalade, le VTT et le para moteur. Un besoin d’évasion et d’air libre largement satisfait pour lequel les participants ont hâte de participer pour 2016.

Les jeux et sports traditionnels pour maintenir les coutumes
Un ami me disait il y a quelques jours avoir participé en qualité de visiteurs à Asla dans la Saoura à un spectacle magnifique de fantasia. Le cheval est partie prenante de toutes les fêtes et il est a l’honneur dans toutes les fantasias. Cet ami me narrait le spectacle de la fantasia où les cavaliers revêtent leurs costumes traditionnels et défilent fièrement à dos de leur montures en brandissant des fusils pour tirer des salves de baroud dans une course effrénée au grand plaisir d’une population authentique très attachée à ses traditions et à ses coutumes. D’ailleurs, j’avais moi-même assisté à une très belle fantasia organisée à Ouargla lors du Colloque sur le Tourisme organisée en décembre 2014 par le docteur professeur Madjidi Mohammed, directeur de l’Institut des Sciences techniques d’activités physiques de cette ville de tourisme.
Il faut connaître la loi n°13-05 du 23 juillet 2013 sur le sport qui prévoit des dispositions sur les jeux et sports traditionnels, notamment aux articles 55 et suivants. Les jeux et sports traditionnels sont des activités physiques et sportives puisées du patrimoine culturel national et visent le renforcement des capacités physiques et l’épanouissement intellectuel et culturel des citoyens.
L’Etat et les collectivités locales ainsi que toute personne physique ou morale de droit public ou privé veillent à la préservation, au développement et à la valorisation des jeux et sports traditionnels.
Les jeux et sports traditionnels sont organisés dans les associations et clubs sportifs, les ligues de wilayas regroupés au sein de la fédération nationale des jeux et sports traditionnels.
La fédération nationale des jeux et sports traditionnels est chargée notamment de veiller à la pérennité, à la sauvegarde, à l’organisation, à la promotion et à la valorisation des jeux et sports traditionnels à travers le territoire national. Elle est chargée également, d’organiser des manifestations et festivals des jeux et sports traditionnels, d’où une source importante de voyages et déplacements pour les participants et spectateurs.

L’organisation de grands évènements sportifs, pour doper le tourisme
Il s’agit des événements de dimension régionale, nationale et surtout internationale. Nous les reprenons successivement :

- Des évènements de notoriété internationale
 Il s’agit ici des grands évènements sportifs qui jalonnent les grandes épreuves internationales de chaque sport. Ce sera pour le football la Coupe du monde, le Championnat d’Afrique des diverses disciplines sportives.
En Europe, pour le rugby, il y a le Tournoi des 6 nations, la Champions League pour le football, pour le tennis, les tournois du grand chelem ; pour les courses automobiles : les grands prix de Formule 1, les 24 H du Mans, le Tour de France cycliste. On pourrait multiplier les exemples dans tous les sports qui attirent grands sportifs de renom, spectateurs par milliers avec de grandes retombées économiques et touristiques.

- Des évènements nationaux.
Ce sont les évènements nationaux greffés sur les compétitions nationales et internationales (intéressant les clubs) de chaque fédération nationale. Par exemple, ce sont le Championnat de football, la Coupe d’Algérie de football, le championnat national de boxe, et bien d’autres compétitions qui drainent beaucoup de spectateurs… D’une façon générale, ces événements sont plus nombreux que les évènements internationaux et d’une médiatisation inégale en fonction de l’audience du sport.

- Des évènements régionaux. Ils constituent les évènements les plus nombreux au niveau des wilayas. Ils constituant un maillage serré des compétitions sportives en Algérie tous le weekend. Ils sont organisés selon un calendrier rigoureux et intéressent tous les sports à tous les échelons et font déplacer sportifs et spectateurs. A titre d’exemple, en football, le Championnat de France de 1re division saison draine plus de 8 millions de spectateurs. Les évènements de notoriété internationale et nationale attirent des flux importants pour des courts séjours.
On peut citer les derniers grands évènements sportifs qui ont mobilisé spectateurs venus d’ailleurs : les Jeux africains de 1978 et 2007, les Jeux méditerranéens en 1975, les Jeux panafricains de 2004, la Coupe d’Afrique des nations juniors en 2013, le Marathon international d’Alger en 2013. Une prochaine édition des Jeux méditerranéens va se dérouler à Alger. Il faut bien entendu favoriser l’organisation de ces manifestations sportives pour attirer les spectateurs venus de l’étranger.
En Algérie, la tenue de ces grands évènements sportifs offre une vitrine exceptionnelle aux villes organisatrices et les retombées se répercutent aussi bien sur le plan urbanistique, économique, aménagement d’équipements sportifs, stades, mises aux normes, environnement touristiques. L’Algérie l’a bien compris et œuvre beaucoup à cet essor en raison des retombées attendues.
Pour la première fois le 18 décembre à Oran s’est déroulé un match international de rugby entre la sélection nationale algérienne et la Tunisie en présence des instances mondiale du rugby, Rugby Afrique et World Rugby. Après 43 ans d’absence, l’équipe algérienne s’est relancée. La rencontre est organisée par la Fédération algérienne de Rugby, née le 17 novembre 2015 sous l’égide du ministère des Sports, du Comité olympique algérien et de la wilaya d’Oran a été un beau succès sportif populaire et touristique avec une médiatisation au-delà des frontières.
Le Tour d’Algérie cycliste 2015 s’est terminé fin mars. Il faut dire qu’il a connu un franc succès avec un niveau bien élevé et une concurrence entre des coureurs venus de divers pays étrangers, tels le Maroc, l’Erythrée. Les sponsors étaient au rendez-vous. La compétition a compté également pour les points de l’Africa Tours et l’UCI. Le Tour d’Algérie a été un succès et ses organisateurs souhaitent que ce grand événement international prenne de l’ampleur avec l’aide de l’Etat.

Des rendez-vous importants pour l’image du pays
L’Algérie s’intéresse vivement aux plus grands évènements sportifs d’ampleur internationale, voire mondiale. Déjà les villes d’Alger et d’Oran ont été retenues pour organiser le 21e championnat du monde de handball (U 21) en 2017. Chacun sait que ces grands événements, outre la notoriété qu’ils apportent et l’attractivité qu’ils suscitent, favorisent des retombées économiques non négligeables. L’événement sportif suscite aussi outre les retransmissions télévisuelles, radios, médias et autres, un lien social fort entre les participants et aussi avec les supporters et spectateurs. Deux grands événements sportifs vont aussi être accueillis en Algérie.

- Les jeux africains de la jeunesse en 2018
L’Algérie abritera la 3e édition des Jeux africains de la jeunesse (JAJ) prévue en 2018. La décision d’attribuer l’organisation de cet événement a été prise au cours de la 44e session du Comité exécutif de l’ACNOA tenue le 20 mars 2014 à Alger. En annonçant cette nouvelle, le Président de l’instance faîtière du Mouvement olympique africain, l’intendant général Lassana Palenfo a indiqué : « Après étude des différents dossiers de candidature des pays qui ont postulé pour abriter les 3es JAJ en mai 2018, le Comité exécutif de l’ACNOA a attribué, avec une large majorité, l’organisation de ces joutes de la jeunesse à l’Algérie qui a présenté un cahier des charges irréprochable.»
Le processus d’attribution de la 3e édition des Jeux africains de la Jeunesse a débuté en décembre 2013 lorsque l’ACNOA a officiellement lancé un appel à candidature pour l’organisation de cet événement qui regroupe les jeunes du Continent âgés de 14 à 18 ans. La candidature de l’Algérie a bénéficié du soutien des plus hautes autorités de cet Etat dont celui du Président de la République Abdelaziz Bouteflika qui a personnellement marqué son accord pour que son pays abrite ces jeux en 2018.
En outre, la décision finale du Comité exécutif de l’ACNOA est intervenue après la visite d’inspection effectuée le 18 mars 2014, par une délégation de dirigeants de cette institution, dans plusieurs sites devant abriter ces jeux. Parmi les installations visitées il y a eu les sites de Souidania, de Koléa, de Chéraga, le complexe olympique Mohamed-Boudiaf et la Cité universitaire de Ouled Fayet, lieu proposé pour l’hébergement des athlètes.
Réagissant après cette décision du Comité exécutif de l’ACNOA d’attribuer l’organisation de l’édition 2018 des Jeux africains de la jeunesse à l’Algérie, le Président du Comité national olympique et sportif, Mustapha Berraf, a affirmé : « On ne peut qu’être honorés d’être choisis pour abriter les JAJ, fête de la jeunesse africaine. La confiance placée en nous, dénote la place de choix qu’occupe l’Algérie au sein des instances sportives africaines. Nous déploierons tous nos efforts pour être à la hauteur de l’évènement.»
Il faut indiquer que la première édition des Jeux africains de la jeunesse a été organisée du 13 au 17 juillet 2010 à Rabat, au Maroc ; alors que le Botswana a accueilli, du 22 au 31 mai 2014, les deuxièmes JAJ. Cet événement comprend un programme sportif constitué de 20 disciplines sportives obligatoires et des sports facultatifs. Le Programme educatif et culturel qui est le deuxième grand démembrement des Jeux présente un contenu qui fait la promotion de la culture et de l’art du pays hôte et de l’Afrique en général. Outre la professionnalisation du niveau d’organisation des compétitions en Afrique, les Jeux africains de la jeunesse visent à offrir aux participants un plateau sportif pour préparer les jeux Olympiques, contribuer au développement du sport africain et également promouvoir les valeurs olympiques dans le continent et bien faire connaître le pays où ils sont organisés.

Les jeux méditerranéens en 2021
En marge des premiers Jeux méditerranéens de plage qui ont eu lieu à Pescara (Italie), et après plusieurs mois de compétition entre Oran (Algérie) et Sfax (Tunisie), les 24 CNO membres du Comité international se sont réunis en Assemblée générale ce jeudi 27 août 2015 pour élire la future ville hôte des XIXe Jeux méditerranéens. Avec 51 voix sur 68, c’est finalement la ville d’Oran (Algérie) qui a été désignée pour accueillir cet événement en 2021.
L’Algérie, dans le droit fil de la politique nationale initiée dans les années 1970, a démontré à maintes reprises son potentiel d’organisation d’évènements sportifs, avec notamment l’accueil des Jeux panarabes 2004, des Jeux arabes scolaires 2005 et des Jeux africains 2007. Déjà choisie pour recevoir les Jeux africains de la jeunesse en 2018, l’Algérie accueillera donc également les Jeux méditerranéens en 2021, preuve de son dynamisme en matière d’accueil de grands évènements.
Deuxième ville du pays, Oran est aujourd’hui en plein essor, sous l’impulsion de sa jeunesse et de son multiculturalisme. « Faire d’Oran une perle méditerranéenne est plus qu’un défi, c’est un engagement », avait déclaré il y a quelques semaines Abdelghani Zaalane, maire de la ville. Le dossier d’Oran 2021 présentait de fait des infrastructures de haut niveau, dont, notamment, un nouveau complexe olympique doté d’un stade d’une capacité de plus 40 000 spectateurs.
Après avoir rendu hommage à la ville concurrente de Sfax, Mustafa Berraf, président du CNO algérien, a exprimé sa fierté «d’appartenir à la grande famille du Bassin Méditerranéen» et affirmé que tout sera mis en œuvre «pour relever le défi de la modernité et redonner de l’espoir dans l’esprit des jeunes. »
Décidemment, l’idée était bonne lorsque l’Ecole nationale supérieure du Tourisme a décidé d’organiser une journée d’études sur le tourisme sportif, son directeur Abdelatif Zaïd a parfaitement bien rempli sa mission avec toute son équipe pédagogique.
S. P.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Me Serge PAUTOT,

Les plus lus

Le général-major Mohamed-Salah Benbicha
Entretien réalisé par Leila BOUKLI.

Afripol
Par Yahia MAOUCHI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF