Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 122 - Sep 2019

Go

A la une

Ahmed Gaid Salah à propos de la crise politique que traverse le pays

« Il serait opportun de convoquer le corps électoral »

Par Salim FAROUK



Le général de corps d’armée Ahmed Gaid Salah, vice-ministre de la Défense national, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, a mis, en marge de sa visite de travail et d’inspection aux secteurs et unités de la 4e Région militaire à Ouargla, en avant la nécessité d’organiser le plus vite possible une élection présidentielle transparente, affirmant qu’il serait opportun de convoquer le corps électoral le 15 du mois de septembre courant et que les élections puissent se tenir dans les délais fixés par la loi, des délais raisonnables et acceptables qui répondent à une revendication populaire insistante. Une décision qui, en vertu de la loi algérienne, interviendrait 90 jours avant l’élection présidentielle, soit une élection présidentielle en décembre. Saluant les vertus du dialogue et les efforts fournis par l’instance nationale de la médiation et du dialogue, le chef d’état-major de l’armée a renouvelé son appel « pour aller de l’avant pour rapprocher les points de vue, unifier les visions et trouver des mécanismes à même de concrétiser l’approche insistante, qui consiste en l’accélération de l’organisation des élections présidentielles, notamment en installant rapidement une instance nationale indépendante pour la préparation, l’organisation et la surveillance des élections, qui supervisera toutes les étapes du processus électoral », tout en admettant la nécessité de réviser « quelques textes de la loi électorale pour s’adapter aux exigences de la situation actuelle, et non pas une révision totale et profonde qui toucherait tous les textes, tel que revendiqué par certains, ce qui prendrait beaucoup de temps ».  Des élections, selon le général de corps d’armée Ahmed Gaid Salah, représentant un rendez-vous d’importance dans l’histoire de l’Algérie et qui apporteront davantage de progrès sur la voie de l’instauration de l’Etat de droit. A propos de l’Etat de droit, le chef d’état-major de l’ANP a tenu à saluer « les hommes loyaux de la justice » auxquels il renouvelle l’engagement du haut commandement de l’armée à les accompagner et à les soutenir afin de s’acquitter de leurs nobles missions, conformément à la loi, en ouvrant tous les dossiers, sans exception, avec la ferme volonté de combattre la corruption et de l’éradiquer définitivement de cette terre pure. D’ailleurs, le chef d’état-major de l’armée a tenu à préciser que « la situation actuelle est une affaire algérienne interne qui nous concerne seuls, et exige nécessairement des solutions émanant de notre vécu et de nos expériences » tout en exhortant les différents acteurs de la scène politique à dépasser les divergences de vue. « Même si les points de vue divergent et les avis diffèrent sans mettre en péril notre cohésion, il nous appartient à nous seuls en tant qu’Algériens de parvenir, sans obstination ni entêtement, à ces solutions et à les employer de manière à dépasser notre crise sereinement, à se consacrer et se mobiliser ensemble au service de l’Algérie pour assurer son développement et son essor dans tous les domaines », a-t-il souligné. Se référant à la glorieuse histoire de l’Algérie, le général de corps d’armée Ahmed Gaid Salah les invite à « méditer sur ce que nous avons consenti pour l’Algérie, et comment notre pays a réussi, à chaque fois, à triompher et à sortir de ses crises plus forte et plus unie ». Etayant ses propos, le chef d’état-major de l’armée a dénoncé l’égoïsme « qui a aveuglé ceux qui ne connaissent pas la valeur de ce pays et de son peuple, qui excellent dans la diffamation et la médisance, et tentent vainement d’induire en erreur l’opinion publique et semer le doute sur toute initiative nationale salutaire pour résoudre la crise, œuvrant à pousser notre pays vers des méandres aux issues incertaines, au service des intérêts de la bande et de ceux qui gravitent autour d’elle », affirmant  que « l’Armée nationale populaire a une ferme conviction et une certitude totale que nous dépasserons la situation que traverse notre pays, grâce à la cohésion, l’entraide et l’unité nationale qui doivent caractériser nos objectifs, en soulignant que les projets et les plans de la bande des égarés et des traitres qui sont à l’encontre de l’intérêt de la patrie et du peuple, seront forcément voués à l’échec », car « à ces conspirateurs aventuriers, nous disons : si votre loyauté n’est pas envers la patrie, mais envers ses ennemis, ceux qui la guettent et vos intérêts personnels que vous placez comme votre priorité suprême, nous réitérons, à partir de cette tribune, qu’au sein de l’Armée nationale populaire, digne héritière de l’Armée de Libération Nationale, nous demeurerons toujours aux côtés des citoyens fidèles et loyaux au serment des vaillants chouhada, car nous n’avons aucune autre loyauté qu’envers Allah et la Nation, et nous placerons toujours l’intérêt de l’Algérie au-dessus de toute considération ». A ce sujet, le général de corps d’armée a indiqué que l’Algérie, et au regard de plusieurs considérations a été et restera visée par ses ennemis, qui n’ont pas hésité à conspirer secrètement et en public pour entraver le travail du Gouvernement et des institutions de l’Etat, et pour créer une situation d’impasse et d’effervescence dans le front sociétal, dans l’espoir de faire aboutir leurs visées et objectifs malveillants, afin d’obstruer le processus de dialogue national et éterniser la crise. « L’acharnement sur l’institution militaire fait partie d’un plan abject, dont l’objectif est de bloquer et de neutraliser le rôle de l’Armée, qui a donné un exemple à tous, en termes de dévouement, de loyauté et de protection de la patrie, et a prouvé sa capacité à consacrer le lien solide entre le peuple et son armée. Son Commandement était le premier à répondre aux revendications populaires avant toute autre partie, ce qui a menacé les intérêts de la bande et de ses acolytes et mis en échec leurs plans visant à redéfinir le paysage national général selon leurs bons vouloirs et ceux de leurs maitres», a indiqué le chef d’état-major de l’armée qui a assuré que l’armée «  n’est pas contre la liberté d’expression et la divergence des opinions constructives, mais contre la politique d’exclusion et de marginalisation », révélant au passage : « Nous sommes en possession d’informations sûres que nous dévoilerons au moment opportun, sur la conspiration de certaines parties contre la patrie et le peuple, ces parties rejetées par le peuple n’ont d’autre souci que la critique et le dénigrement (…), et auxquels nous demandons à cette occasion de se soucier de leur peuple et de leur patrie, d’avoir un peu de dignité et d’honneur, de respecter la déontologie politique et de cesser de mettre des obstacles sur le chemin des hommes loyaux qui apportent des initiatives pour faire sortir le pays de la crise. Nous leur disons : laissez l’Algérie à ses fidèles enfants, car ils en sont dignes et capables de la construire et de la protéger. Nous sommes convaincus que notre valeureux peuple qui aspire à vivre dans la paix et la quiétude et dans la sécurité et la stabilité, ne veut en aucun cas retourner aux années du sang et des larmes, et mérite de mener une vie digne dans son pays. Ce peuple que l’on cite en exemple dans l’amour de la patrie et la loyauté, a soutenu et approuvé les efforts de l’Institution militaire, qui est déterminée à aller vers les élections et à les organiser dans les temps impartis, qu’on le veuille ou non, quels que soient les difficultés et les sacrifices ».  S. F.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Salim FAROUK

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Air Algérie
Par Tahar MANSOUR.

L’offensive de Sonatrach
Par Salim FAROUK.

Abdelmadjid Tebboune
Par Tahar MANSOUR.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF