Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 119 - Fev 2019

Go

A la une

Il succède au colonel Lakhdar Lahbiri

Abdelkader Kara Bouhadba, nouveau directeur général de la Sûreté nationale

Par Salim HOURA



La Sûreté nationale a un nouveau directeur général. Il s’agit du contrôleur de police Abdelkader Kara Bouhadba. Il remplace à ce poste le colonel Lakhdar lahbiri appelé à exercer d’autres fonctions. En effet, le président de la République Abdelaziz Bouteflika a procédé à la nomination de Abdelkader Kara Bouhadba, en qualité de directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), en remplacement du colonel Lakhdar Lahbiri, a indiqué un communiqué du ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire. « Conformément aux dispositions de l’article 92 de la Constitution, Son Excellence Monsieur Abdelaziz Bouteflika, Président de la République, a procédé à la nomination de monsieur Bouhadba Abdelkader Kara, en qualité de Directeur général de la sûreté nationale, en remplacement de monsieur Lahbiri Lakhdar, appelé à exercer d’autres fonctions », a précisé la même source. Il y a lieu de signaler que c ’est la première fois depuis le commissaire divisionnaire Mohamed Ouadah (1994-1995), qu’un policier de carrière est nommé à la tête de la Sûreté nationale. Commissaire divisionnaire, directeur de la police judiciaire, directeur de l’enseignement et des écoles à la DGSN, le contrôleur de police Abdelkader Kara Bouhadba est un enfant du sérail. Diplômé de l’Institut de droit et des sciences administratives de l’Université d’Oran (1975-1979), Abdelkader Kara Bouhadba a été promu commissaire de police de l’Ecole supérieure de police d’Alger en tant que major de promotion (1982-1983). Durant son parcours professionnel, le contrôleur de police Abdelkader Kara Bouhadba a eu à assumer des responsabilités au sein de différents échelons hiérarchiques de la police algérienne, particulièrement dans la direction et la conduite de divers services et organes.
Désigné commissaire de police, service de wilaya de la police judiciaire, sûreté de la wilaya d’Oran (1983-1984), il sera ensuite en charge de la brigade de lutte contre le trafic illicite des stupéfiants d’Oran à la sûreté de la wilaya (1984-1987) pour être ensuite désigné chef du service régional de lutte contre le trafic illicite des stupéfiants au niveau de la direction de la police judiciaire de la Sûreté de wilaya de Tlemcen (1987-1989). Cette évolution de carrière lui a offert la possibilité d’intégrer une approche globale de la sécurité et d’appréhender les multiples dimensions de l’action policière au point d’être désigné chef de Bureau central national d’Interpol-Algérie (1989-1991). Ce qui lui a permis d’être élu membre du comité exécutif d’Interpol pour l’Afrique lors de la 60e assemblée générale d’Interpol de Punta d’El Este, Uruguay 1991 pour un mandat de trois ans (1991-1994) tout en étant à la tête de la sous-direction des affaires économiques et financières à la direction de la police judiciaire (1991-1992) et commissaire principal de police, chef du service des relations extérieures à la DGSN (1992-1994). Nommé en 1994 directeur de la police judicaire, puis directeur de la police des frontières en 1995 après être promu commissaire divisionnaire de police, Abdelkader Kara Bouhadba occupera en 2001 le poste de directeur des enseignements et des écoles de police.

Une compétence avérée
Trilingue, maitrisant l’arabe, le français et l’anglais, Abdelkader Kara Bouhadba est un spécialiste dans l’élaboration de stratégies, la conception et la mise en place de dispositifs de lutte opérationnelle contre différentes formes de criminalité, l’identification des menaces et prévention des risques à la sécurité des sites sensibles, la promotion et le développement de systèmes de fonctionnement et de gestion de services de police ainsi que la communication intra et extra institutionnelle. Son expérience lui permet une bonne conduite en état-major d’opérations de gestion de situations sécuritaires critiques, la supervision d’équipes pluridisciplinaires, la préparation et la conduite de négociations dans le cadre d’accords et de conventions de niveau national ou international, et l’élaboration de statuts et de textes juridiques (statut particulier des fonctionnaires appartenant aux corps spécifiques de la sûreté nationale, organisation des services, code de déontologie policière…) sans oublier l’organisation de grands événements nationaux et internationaux

Une reconnaissance internationale
« Son parcours professionnel et son expérience plaident en sa faveur. Il est également doté d’une capacité d’analyse, de recul et aussi d’une grande humanité. Et son regard, de par sa sagesse, professionnel sera précieux dans les débats au sein du comité exécutif d’Interpol », affirmait dans une interview accordée à El-Djazir.com, Mireille Ballestrazzi, présidente, alors, d’Interpol. Personnalité très connue au sein de la police algérienne et jouissant d’une riche carrière au sein de la sûreté nationale, Abdelkader Kara Bouhadba mesure, à juste titre, combien sont nécessaires et souvent déterminantes la mobilisation des énergies et des ressources pour assurer la sécurité publique et les biens des personnes ainsi que la lutte contre le crime dont l’évolution aujourd’hui constitue une réelle menace, au regard des profondes mutations survenues dans nos sociétés. Ayant pris part à plusieurs événements internationaux notamment des rencontres bilatérales de coopération technique de police avec des pays d’Afrique, d’Europe occidentale et d’Amérique du nord dans les domaines de police et de sécurité, ayant conduit à la conclusion d’accords ou la réalisation de programmes de coopération, Abdelkader Kara Bouhadba a été élu au Comité exécutif (CE) de l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol) pour la région Afrique en 2013 en tant que délégué au Comité exécutif d’Interpol. A l’issue de son élection, Abdelkader Kara Bouhadba, qui faisait ainsi son come-back à Interpol, avait déclaré à El-Djazaïr.com qu’il ressentait un sentiment de fierté et une grande joie après avoir été élu en tant que délégué pour l’Afrique au comité exécutif et qu’il aura à cœur de servir l’ensemble des pays africains membres de l’Organisation « dans une vision unifiée ». « Mon élection est une reconnaissance et une considération pour l’Algérie à la faveur du programme initié par le Président Abdelaziz Bouteflika. Notre victoire et notre gestion du terrorisme ont forgé le respect des autres polices du monde, au même titre que le professionnalisme et la philosophie de l’utilisation de la force par les fonctionnaires de la DGSN dans la gestion démocratique des foules. Une gestion citée en exemple au lendemain du printemps arabe. Cette reconnaissance traduit le rôle pivot de l’Algérie dans la région », avait-il souligné. Comme il a pris part entre 1989 et 1995 en tant que membre ou chef de délégation à plusieurs conférences et réunions régionales (Afrique) sous l’égide des Nations unies, sur la lutte contre le trafic illicite des stupéfiants et des substances psychotropes (Vienne - Autriche, Le Caire - Egypte, Nairobi - Kenya, Abuja - Nigéria, Harare - Zimbabwe). Tandis que sous l’égide du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur, Abdelkader Kara Bouhadba a représenté l’Algérie, entre 1993 et 2009, à plusieurs sessions du Conseil des ministres arabes de l’intérieur et de ses organes spécialisés (relations inter polices arabes, police judiciaire, police des frontières et circulation des personnes, formation policière). Enfin sous l’égide d’Interpol, Abdelkader Kara Bouhadba a pris part à six sessions de l’Assemblée générale d’Interpol (Lyon 1989, Ottawa 1990, Punta d’El Este 1991, Dakar 1992, Aruba 1993 et Rome 1994), et a participé régulièrement, entre 1991 et 1994, aux réunions du comité exécutif de l’OIPC Interpol en tant que membre élu pour l’Afrique, ainsi qu’au 15e colloque d’Interpol des responsables de la formation policière (Hong Kong-2005).
Son parcours professionnel et son expérience ainsi que son regard, de par sa sagesse, professionnel plaident en faveur du nouveau directeur général de la Sûreté nationale pour booster davantage la modernisation de la police algérienne. Le nouveau directeur général de la police nationale devra engager plusieurs réformes d’importance, rechercher une meilleure complémentarité avec les autres acteurs de la sécurité et poursuivre les efforts entrepris pour améliorer les moyens matériels et les équipements de la Sûreté nationale. 
 
S. H.



Articles de la même rubrique

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Laboratoire ADE Tizi-Ouzou
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF