Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 117 - Nov 2018

Go

A la une

Alors que le professionnalisme de la police algérienne est salué de toutes parts

Mustapha El Habiri met l’accent sur l’importance de l’action de proximité

Par Farid HOUALI



La priorité de toutes les composantes de la Sûreté nationales demeure la sécurité des biens ainsi et la préservation de l’ordre public, qui constituent le socle afin de garantir la sérénité et la quiétude des citoyens. La police algérienne, qui a payé un lourd tribut lors de la décennie noire, a gagné en expérience dans le domaine de la lutte antiterroriste mais aussi contre la criminalité en tous genres. En ce sens, elle demeure une référence pour la police africaine et arabe, voire mondiale. Les orientations du Président Bouteflika, et du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales ont en effet, permis à la police algérienne de lutter efficacement contre toutes les formes de criminalité et de se mettre au diapason des développements intervenus au niveau international. Ces « progrès » ont d’ailleurs été salués par l’ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt, reçu par le colonel Mustapha El Habiri, directeur général de la sûreté nationale (DGSN). « Les deux parties ont passé en revue les voies et moyens pour renforcer la coopération entre les polices des deux pays dans divers domaines, notamment la formation et l’échange d’expérience», indique un communiqué de la DGSN. L’importance de l’échange d’expertises a été évoquée, au premier lieu, en matière de la formation policière spécialisée et son rôle dans le développement de la performance opérationnelle pour faire face aux différentes formes de crimes ont été également au menu de la rencontre.Dans ce contexte, l’ambassadeur de France en Algérie a salué la grande expérience de la police algérienne, notamment sur les plans régional et international. Ainsi, l’expérience acquise par la police algérienne sur le terrain l’a propulsée à « l’avant garde, en matière de gestion démocratique des foules et de lutte contre le terrorisme notamment ». Les résultats probants réalisés, en la matière, par les corps sécuritaires ont fait que l’expérience de la police algérienne soit sollicitée par un grand nombre de corps de police, de par le monde. « La police algérienne a traversé de grandes étapes en matière de développement, de modernisation, de formation et de réhabilitation du facteur humain en tant qu’élément essentiel dans l’accomplissement des missions avec professionnalisme et discipline en vue d’assurer la protection des personnes et des biens dans le cadre du respect des principes des droits de l’Homme », a-t-on souvent relevé.

Une police toujours plus proche du citoyen

La police algérienne demeure aussi une référence en ce qui concerne « la police de proximité ». En effet, de nos jours, il n’existe plus aucun barrage entre l’Algérien et sa police.Ainsi, sont révolues à jamais ces méthodes anciennes créant un complexe entre l’agent policier et le citoyen et ce grâce à la formation, grâce aussi à la déontologie policière qui s’inscrit dans le total respect des droits de l’Homme. Les actions dans ce cadre se traduisent particulièrement par l’observation d’une discipline stricte et l’obéissance totale aux lois et règlements de la République, garants du respect des droits de l’Homme par les fonctionnaires de la police. Cela constitue d’ailleurs un des axes prioritaires de l’action menée par le DGSN le colonel Mustapha El Habiri qui a mis en en avant, récemment, l’importance de l’action de proximité et de sensibilisation en direction du citoyen, saluant les efforts des fonctionnaires de la Sûreté nationale, tous grades confondus, et leur dévouement dans l’accomplissement de leurs missions avec détermination et sincérité. Le DGSN a donné, dans ce cadre, des instructions quant à la nécessité de renforcer le partenariat avec les différents corps de sécurité, intensifier les efforts et mobiliser tous les moyens indispensables, par le recours, notamment, à la ressource humaine compétente, en vue de faire face, dans le cadre de l’application des lois de la République et du respect des principes des droits de l’Homme, à la criminalité, sous toutes ses formes, qui est à même de porter atteinte à la société. En effet la gestion démocratique de la foule (GDF), appliquée en Algérie, constitue un choix délibéré. Cette approche est une manière pacifique de répondre aux exigences de maintien de l’ordre, de protection des personnes et des biens, de stabilité et de préservation des intérêts supérieurs de la nation. La police algérienne a donc préféré gérer la foule en optant pour cette méthode qui exige du professionnalisme, des prédispositions et une aptitude éprouvée dans le domaine de la persuasion, de la pédagogie, de la psychologie, beaucoup de sang-froid, un esprit de sacrifice et une maitrise de soi, ce qui n’est pas chose aisée. La GDF consiste notamment à stopper les manifestants et à les canaliser sans la moindre atteinte à leur dignité, en n’ayant pas recours à la violence et à la répression et sans céder à la tentation de répondre par la violence à la panique du nombre et aux partisans du désordre.F. H.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Farid HOUALI

Les plus lus

Energie renouvelables
Par Farid HOUALI.

SITEV 2018
Par Yahia MAOUCHI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF