Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 110 - Dec 2017

Go

A la une

Le Premier ministre multiplie ses visites de travail et d’inspection

« L’Algérie reste debout, attachée à ses principes et libre dans ses décisions»

Par Farid HOUALI



Grâce à ce regain dans le dynamisme de l’Exécutif, les projets inscrits dans le cadre du programme du développement du Président Bouteflika, vont se renforcer davantage. Comme l’atteste le nombre de projets inauguré lors des dernières visites effectuées par le Premier ministre Abdelmalek Sellal dans les wilayas de Sétif, Batna, Médéa, Oran, Tamanrasset, El Oued et Djelfa. Lors de ses sorties sur terrain, le Premier ministre s’est montré rassurant quant à la poursuite notamment de tous les programmes de logements, affirmant que l’Etat s’employait à rationaliser les dépenses publiques pour améliorer le rendement et mieux maîtriser le commerce extérieur. «L’Etat continuera de veiller à la disponibilité des produits et à l’approvisionnement du marché national et d’œuvrer en faveur de l’outil national de production avec la régulation des prix, la rationalisation des dépenses publiques visant à améliorer le rendement et non pas l’austérité, et une meilleure maîtrise du commerce extérieur pour réduire la facture d’importation», a en effet insisté Abdelmalek Sellal lors d’une rencontre avec les représentants de la société civile dans la wilaya de Sétif. Concernant le dossier du logement, il a indiqué que les «programmes de logements se poursuivent et notre peuple est témoin de la distribution de logements en toute transparence et de l’avancement des projets à travers l’ensemble du territoire national». Il a en outre réaffirmé la détermination de l’Etat à poursuivre «la reconstruction de la base industrielle nationale et le soutien à la production nationale pour en améliorer la qualité et la compétitivité» et à renforcer l’investissement dans le domaine agricole par l’augmentation des surfaces irrigables, l’amélioration du rendement des récoltes, la mise en valeur des terres, la mécanisation et l’encouragement du partenariat public-privé dans la production agricole et animale, les structures de stockage et l’agroalimentaire en vue de renforcer la sécurité alimentaire et les capacités d’exportation. Les initiatives dans le domaine du tourisme seront également encouragées, a ajouté le Premier ministre, soulignant que le gouvernement axera ses efforts à l’avenir sur la préservation de la cohésion sociale, le parachèvement de la construction de l’économie émergente, la rationalisation du rendement des appareils de l’Etat en termes de dépenses, de réglementation et de régulation, et le renforcement des capacités nationales en matière de technologie et de gestion. Abdelmalek Sellal a soutenu qu’en dépit de la conjoncture économique, des bouleversements politiques et sécuritaires à l’échelle mondiale et des campagnes défaitistes, «l’Algérie reste debout, attachée à ses principes et libre dans ses décisions». Saluant les progrès réalisés en matière économique et sociale, il a cité les programmes de logement à travers le territoire national, l’extension des réseaux d’eau, d’électricité et de gaz, la poursuite du recrutement et la réalisation de structures dans les secteurs de l’éducation et de la santé. Le Premier ministre a, par ailleurs, fait état de l’existence d’une «véritable dynamique» de création d’activités et de PME, laquelle, a-t-il dit, a grandement contribué à «la réduction du taux de chômage et à l’augmentation des recettes fiscales hors hydrocarbures». La généralisation du numérique et de l’utilisation des technologies de l’information et de la communication a permis d’améliorer la qualité du service public, facilitant ainsi la vie des citoyens au quotidien, a ajouté Abdelmalek  Sellal, qui a toutefois reconnu l’existence de lacunes auxquelles il faut remédier et d’objectifs qui n’ont pas encore été atteints, insistant sur la nécessaire préservation de la dynamique dans la société et l’économie pour ne pas reculer. Aussi, a-t-il appelé les Algériens à «s’inspirer de l’esprit de Mai 1945 pour préserver l’indépendance de notre pays et poursuivre son édification en dépit de la conjoncture financière et des tensions régionales».

Des présages pour un avenir meilleur
Les nombreux chantiers ouverts ces dernières années dans la wilaya de Sétif laissent présager un avenir prometteur pour une région en plein essor. Aucun secteur n’échappe à la dynamique de développement, tous azimuts, insufflée à cette wilaya, où des chantiers relevant, entre autres, des secteurs de l’habitat, du tourisme, de l’agriculture et des transports sont actuellement ouverts pour lui permettre de poursuivre sa mue. Dans le secteur des ressources en eau, le projet des grands transferts hydrauliques à partir du barrage d’Ighil Emda (Kherrata, Bejaia) vers un nouveau barrage à Malouane, près de Sétif, et depuis l’ouvrage d’Irraguen (Jijel) vers le nouveau barrage de Draâ Eddis (El Eulma), précédemment lancé par le président de la République Abdelaziz Bouteflika, constitue l’un des plus importants projets dont a bénéficié la wilaya de Sétif eu égard à ses retombées sur le développement social et économique de la région mais également sur l’amélioration des conditions de vie des citoyens et l’approvisionnement en eau potable de 25 groupes d’habitations. Grâce à ce projet, conçu pour acheminer vers la wilaya de Sétif plus de 313 millions de m3/an, une population de 1.7 million d’habitants sera approvisionnée en eau potable, en plus de l’extension des surfaces irriguées à 40.000 hectares de terres supplémentaires, qui devrait permettre à la production agricole dans cette wilaya d’être multipliée par cinq et contribuera à créer 100.000 postes d’emploi dans ce secteur. Dans la capitale des Hauts plateaux, et dans une dynamique de développement sans précédent, les habitants attendent avec impatience la livraison du projet du tramway (dont le taux d’avancement des travaux a atteint les 70%) prévue pour le premier trimestre 2018. Le tramway de Sétif comptera 26 rames et 27 stations réparties le long de ses 15,2 km qui traversent les cités El Bez, Chouf Lekdad, Maâbouda, la RN-5, Ain Tebinet, la cité El Abradj, la cité 1.014 logements et Berarma. Le secteur de l’habitat connaît, quant à lui, un saut qualitatif important dans cette wilaya qui a bénéficié de 96.992 logements, toutes formules confondues (parmi lesquels 26.508 logements de type public locatif,) au titre du seul programme quinquennal 2010-2014. Sur un autre registre le secteur  industriel  a été renforcé au cours du premier trimestre de l’année en cours par l’inauguration de la 2e ligne de production de la Société des ciments d’Ain El Kébira (SCAEK) dont le coût de réalisation a atteint les 40 milliards de dinars. D’ailleurs, Abdelmalek Sellal, accompagné d’une importante délégation ministérielle, s’est rendu au début de sa visite, dans la commune d’Ain Kébira, située à 27 km au nord-est du chef-lieu de wilaya, où il a procédé à l’inauguration de la deuxième ligne de production de la Société des ciments d’Ain El Kébira (SCAEK) du Groupe public industriel des ciments d’Algérie (GICA). Cette ligne de production de ciment devra renforcer la production nationale avec 2 millions de tonnes de ciment /an et s’inscrit dans la cadre de la politique économique nationale prônée par le gouvernement visant, dans une  première phase, une autosuffisance en matière de ciment et dans une deuxième phase l’exportation du surplus de production début 2018. Dans la commune d’Ain Arnat, à 7 km à l’ouest du chef- lieu de wilaya, M. Sellal a inauguré la centrale électrique en cycle combiné, réalisée par la Société de production de l’électricité (SPE), filiale de Sonelgaz, avec la collaboration du consortium sud-coréen Hyundai Engineering et Daewoo International. La centrale est d’une puissance globale de plus de 1015 MW et est appelée à répondre à la demande croissante en matière d’énergie électrique dans toute la région des Hauts-Plateaux. Dans la même commune, le Premier ministre a inauguré le complexe sportif destiné à renforcer les structures de la jeunesse et des sports de la wilaya de Sétif disposant d’un stade de football de 1.200 places, d’une salle omnisports et d’une piscine semi-olympique de 500 places. Dans la ville d’El Eulma, à 26 km à l’Est de la capitale des Hauts plateaux, une cité d’habitations de 200 logements publics locatifs (LPL) réalisés au POS 31 au centre-ville d’El Eulma, baptisée Tebbani-Aissa, a été inaugurée par le Premier ministre, qui y a présidé une cérémonie de remise symbolique de 440 clefs à autant de bénéficiaires. M. Sellal a également procédé dans la même commune à l’inauguration de l’Ecole normale supérieure (ENS), baptisée Messaoud-Zegar, d’où il avait appelé à «déployer davantage d’efforts et à s’ouvrir sur les langues étrangères ». Au chef-lieu de wilaya, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a procédé à l’inauguration de 6.000 places pédagogiques de la faculté des droits et des sciences politiques de l’université Mohamed-Lamine Debaghine et le centre culturel islamique, au centre-ville, baptisé Rabeh-Medour offrant des salles de lecture, des salles d’apprentissage du Coran et une salle de conférence. A la zone industrielle de la ville de Sétif, M. Sellal a visité le projet de production des pneumatiques avant de procéder dans la localité de Sfiha, à 2 km au Sud de Sétif, à l’inauguration d’un marché de gros des fruits et légumes. Dans la localité d’El Bez, au chef-lieu de wilaya, le Premier ministre a présidé une cérémonie de remise des arrêtés de pré-affectations au profit d’une quinzaine de bénéficiaire d’un programme de 2.000 logements de la formule location-vente.

Un modèle basé sur la justice sociale et l’égalité
C’est un vrai marathon  auquel s’est adonné le Premier ministre, qui, à la veille de sa visite dans la capitale des Hauts-Plateaux, s’était rendu dans la wilaya de Médéa. Lors de sa rencontre avec les autorités locales et les représentants de la société civile, Abdelmalek Sellal a affirmé que « notre objectif est de préserver le modèle social algérien dont les fondements sont la justice sociale et l’égalité des chances», soulignant que cet objectif «ne saurait être réalisé sans une utilisation rationnelle de nos ressources et une pleine exploitation de nos atouts naturels, humains et ceux relatifs aux infrastructures réalisées au cours des dernières années». Par ailleurs, M. Sellal a soutenu que le gouvernement rejette la bureaucratie et la corruption, «non seulement pour des raisons morales ou juridiques mais parce qu’elles constituent des entraves au développement économique et portent atteinte aux performances des institutions de l’Etat et aux conditions de vie du citoyen», appelant à une conjugaison des efforts de tout un chacun, au sein de la famille, de l’école, du travail, de l’administration et de la justice, pour éradiquer ces fléaux. «Nous devons être conscients tous que nous sommes à bord du même navire, l’Algérie en l’occurrence», a ajouté M. Sellal affirmant que «les intérêts personnels ne peuvent primer l’intérêt collectif». Le Premier ministre a soutenu dans ce sens que «la reconstruction nationale est à notre portée, il suffit de persévérer en faisant abstraction des calculs conjoncturels pour mobiliser nos potentialités au service de la réalisation de nos objectifs communs». Exprimant la fierté du peuple algérien quant à l’appartenance du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à la génération des moudjahidine et à son honorable élite, Abdelmalek  Sellal a affirmé que «les moudjahidine demeurent une lanterne qui illumine notre chemin et une mémoire vivante de la grandeur et de la dignité du peuple algérien». «Nous sommes fiers que notre Président soit de cette génération héroïque et de cette élite honorable», a-t-il soutenu. Citant le président de la République, M. Sellal a souligné que «le peuple algérien qui panse encore les blessures d’une décennie de violence a besoin d’une action constante de la part de l’Etat et n’a cure des aspirations égoïstes». «Le peuple algérien veut des initiatives nouvelles et une voie sérieuse vers l’avenir pour répondre à ses aspirations», a-t-il encore rappelé. Ces propos sages de son Excellence le Président de la république, Abdelaziz Bouteflika, «résument bien notre réalité et nos aspirations inspirés de la génération du 1er -Novembre et d’un dirigeant des rangs du Front de Libération nationale qui n’a autre intérêt que de servir son peuple», a soutenu  le Premier ministre, Abdelmalek Sellal. Rappelant les efforts de l’Etat pour la protection du pouvoir d’achat du citoyen, il dira que  «le développement reste dénué de sens si la classe moyenne venait à être déstabilisée. C’est pourquoi nous redoublons d’efforts pour préserver le pouvoir d’achat du citoyen moyen et refusons de lui faire porter, seul, les retombées de la situation économique». Dans son intervention, il a souligné que «la spéculation portait également préjudice à l’effort de l’Etat visant la subvention des produits tout comme elle nuit au consommateur moyen», faisant remarquer que l’objectif de l’Etat étant «la préservation du modèle social algérien fondé sur la justice sociale et l’égalité des chances». Cependant, M. Sellal a déclaré que  l’Etat «ne peut ni ne doit tout prendre en charge», ajoutant que l’Etat a procédé à la levée des contraintes et à la libération des énergies pour permettre la génération de la croissance, de la richesse et de l’emploi. Concernant Médéa, il a salué le développement enregistré dans la région dans les domaines de la production et tertiaire faisant de cette wilaya une référence en matière de développement local et  un exemple à suivre. Il a estimé dans ce sens, que l’«expérience de la wilaya de Médéa démontre clairement qu’il est possible et judicieux de réaliser un développement équilibré entre les secteurs de l’agriculture et de l’industrie tout comme il existe d’importantes opportunités et de nombreux domaines susceptibles de concrétiser une complémentarité entre les acteurs de manière à créer des filières économiques intégrées génératrices de richesses et d’emplois durables». D’autre part, le Premier ministre a insisté sur la nécessité de renforcer les réalisations avec de nouvelles structures pour ce qui est des routes, des transports et de la logistique afin d’atteindre les objectifs escomptés dans les wilayas avoisinantes et autres régions du pays dans le cadre de la politique nationale d’aménagement du territoire qui veille aux spécificités locales et garantit la complémentarité dans les composantes du tissu économique et social. La préservation des réalisations et l’exploitation optimale de ces dernières constituent «un enjeu fondamental en cette étape précise», selon M. Sellal qui citera le barrage de Koudiet Asserdoune qui a permis l’alimentation des citoyens en eau potable et le développement de l’activité agricole dans la wilaya de Médéa et autres régions de la wilaya. Ainsi, le barrage de Beni Slimane et son périmètre irrigué contribueront à l’avenir à la «création de la nouvelle Mitidja» à laquelle aspirait le défunt Président Houari Boumediene, a-t-il poursuivi avant de déclarer que «telle est la situation pour les zones d’extension industrielle et touristique, les universités, les hôpitaux et les centres de jeunes et de culture. Et c’est le concept même que nous donnons à la rationalisation: efficacité et rendement et non austérité », a conclu le Premier ministre.

Les Hauts-Plateaux et le Grand Sud pour consacrer la mutation de l’économie nationale
«L’Etat, conscient de l’importance du principe de développement équilibré en termes d’aménagement du territoire et de croissance homogène, a choisi les Hauts-Plateaux et le Grand Sud pour les ériger en espace où se cristallisera la mutation de l’économie nationale, au regard des potentialités gigantesques encore inexploitées dans ces deux régions, notamment les énergies renouvelables, les ressources en eaux et le foncier agricole et industriel», a précisé Abdelmalek Sellal dans une allocution lors d’une rencontre avec les autorités locales et les représentants de la société civile de la wilaya de Tamanrasset. «Le développement de ces régions ne saurait reposer uniquement sur l’exploitation des ressources naturelles. Nous devons, en plus du tourisme, promouvoir les activités agricoles et pastorales», a poursuivi le Premier ministre ajoutant que «les spécificités de la wilaya de Tamanrasset la qualifient pour être une base logistique d’échanges commerciaux et de services avec les pays africains, l’Afrique devant être notre cible si nous voulons développer la production nationale et les activités d’exportation». Dans ce contexte, M. Sellal a affirmé que la wilaya de «Tamanrasset jouera un rôle central dans notre démarche visant le développement des moyens de transport terrestre et aérien et des moyens de communication numérique en cours de développement notamment dans les régions frontalières, dans le cadre d’une vision globale et intégrée». «Pour accompagner ce programme ambitieux, nous avons installé des wilayas déléguées et optimisé les capacités dans les domaines de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle dans la wilaya, outre les mesures favorables au recrutement et aux activités économiques, pour que les jeunes de la région puissent bénéficier de cette dynamique positive et participer à la consécration du renouveau national», a encore ajouté le Premier ministre pour qui, l’Algérie, a pris la décision de fermer ses frontières terrestres pour «préserver la sécurité et la stabilité, au regard des problèmes sécuritaires sérieux que vivent certains pays voisins».  En réponse aux préoccupations de commerçants concernant la baisse de leur activité suite à la fermeture des frontières terrestres avec le Niger, Abdelmalek  Sellal a affirmé que « nous sommes bien conscients que la fermeture des frontières a provoqué un recul de l’activité commerciale et touristique, mais par souci de préserver la sécurité et la stabilité, nous sommes dans l’obligation de prendre cette décision». Et d’ajouter: «Les difficultés auxquelles sont confrontés les pays voisins nous ont poussés à prendre des mesures à même de préserver la sécurité et la stabilité de notre pays». Ces mesures sécuritaires sont dans «l’intérêt du pays et de la nation algérienne», a indiqué le Premier ministre, avant de relever que «des groupes terroristes dangereux activent dans certains pays voisins outre les convoitises d’autres pays», et partant de là, il convient, a-t-il ajouté, d’ «accepter certaines pressions et de ne pas négliger notre sécurité qui figure parmi les priorités du pays». Dans le même contexte, M. Sellal a souligné que l’Algérie a recouvré sa sécurité grâce aux sacrifices de l’Armée nationale populaire (ANP) et des différents corps de sécurité, ajoutant que les forces de l’Armée sont «positionnées sur tout le long de la bande frontalière». Il a affirmé que la politique adoptée par le président de la République tend à «réaliser la paix et la sécurité dans les pays voisins», car «notre sécurité dépend de celle de nos voisins», avant de rappeler que l’intervention de l’ANP lors de l’attaque terroriste contre le complexe gazier de Tiguentourine (In Amenas) a démontré «la force de l’Algérie et sa capacité à faire face aux menaces». Quelques jours auparavant, Abdelmalek Sellal avait inspecté bon nombre de chantiers et procédé à la mise en service d’infrastructures socio-économiques dans la wilaya de Djelfa ou il avait affirmé que l’expérience de plusieurs pays dans le monde avait démontré que la justice sociale n’était pas un obstacle devant l’efficacité économique mais l’une de ses conditions principales. « Le développement des régions est le moteur de la compétitivité » avait en effet insisté le Premier ministre. C’est pour cette raison, avait-il ajouté,  que l’Etat a poursuivi ses efforts dans le domaine social ainsi que les programmes de développement local dans les différents secteurs en dépit de la conjoncture économique difficile tout en veillant à ce que la rationalisation des dépenses concerne uniquement les catégories aisées. Aussi, Abdelmalek Sellal avait estimé que les programmes destinés au Sud et aux Hauts Plateaux, à l’instar de la wilaya de Djelfa, constituaient un outil national pour réaliser la justice, affirmant la détermination de l’Etat à poursuivre ces programmes et à les renforcer au cours des prochaines années en tirant profit de l’ expérience précédente et en focalisant sur les besoins essentiels des citoyens. «L’avenir de l’Algérie est dans le Sud et les Hauts Plateaux» avait-il dit avant d’ajouter que «la vaste superficie de notre pays est un avantage et non pas un obstacle» estimant que «les atouts importants de ces régions dans le secteur de l’agriculture, de l’industrie et des services n’ont pas encore été exploités de façon optimale, en dépit du fait qu’elles soient des réserves importantes de richesse et d’emploi. On ne peut envisager un développement national sans une économie productive et une recherche permanente de la valeur ajoutée dans nos richesses naturelles dont nous avons entamé le processus de mise en valeur avant leur exportation» indiquant que  « nous sommes tenus d’appliquer le programme de développement dans tous les domaines à travers des filières interdépendantes englobant la production, la transformation, la commercialisation et l’exportation». Evoquant les fluctuations des prix de certains produits agricoles, Abdelmalek Sellal avait mis l’accent sur la lutte contre la spéculation qui est souvent pratiquée aux dépens des Algériens et de la production nationale. Comment se fait-il qu’un pays comme l’Algérie, continue à importer de la viande, alors qu’il dispose de potentiels importants pour investir les marchés mondiaux, s’était interrogé le chef de l’Exécutif qui avait, à cet égard, appelé à encourager l’élevage de bétail dans la wilaya de Djelfa en vue d’en faire un pôle national de production animalière. «Notre adversaire dans cette bataille ne sont pas les cours de pétrole mais plutôt le désespoir ( ) comment se fait-il qu’on accepte de faire obstacle à l’innovation des jeunes porteurs de projets prometteurs dans les domaines de l’industrie, technologie, tourisme et agriculture», avait estimé M. Sellal. Revenant sur la situation financière que connait le pays depuis trois ans, M. Sellal avait affirmé que la politique judicieuse du gouvernement et la politique de rationalisation des dépenses ont permis au pays de faire face à cette crise, soulignant que le niveau des réserves de change du pays demeure maitrisable et que l’Algérie n’a pas de dettes. «L’Algérie n’a pas recouru à l’endettement extérieur et ne le fera pas», avait-il insisté. Pour sortir de la dépendance aux hydrocarbures, le Premier ministre avait rappelé la politique de diversification de l’économie adoptée par le gouvernement et qui a commencé à porter ses fruits, notamment dans le domaine de l’industrie.

El-Oued, un pôle agricole en développement constant
Durant sa visite dans la wilaya d’El-Oued, le Premier ministre Abdelmalek Sellal s’est enquis de l’état d’exécution du programme de développement de cette wilaya et procédé à l’inauguration de plusieurs projets à caractère socio-économique, notamment dans l’agriculture et le tourisme, deux secteurs offrant un réel potentiel de croissance. Abdelmalek Sellal a entamé sa visite en se rendant à l’exploitation agricole privée Les Frères Messaoud s’étendant sur une superficie de 45 hectares, dans la zone de Daya, commune de Sidi-Aoun (15 km du chef-lieu de wilaya). Irriguée à partir de 15 forages, dont 25 ha par le système de goutte-à-goutte, cette exploitation, créée en 2016, est spécialisée dans différents segments agricoles, dont la plasticulture avec 30 serres. Un exposé a été présenté au niveau de ce site par les autorités locales au Premier ministre sur les objectifs arrêtés dans cette wilaya en matière de développement de l’agriculture, à savoir 150.000 hectares de superficie agricole à l’horizon 2019 et une main-d’œuvre estimée à 128.000 emplois, dont 79.000 permanents. Le Premier ministre a procédé à une remise de titres de concession et de levée de la condition résolutoire à un groupe d’agriculteurs, à titre symbolique, sur un programme englobant 3.400 agriculteurs concernés, et ce dans le cadre de l’assainissement du foncier agricole. Le Premier ministre a appelé, à cette occasion, à faciliter l’accès au foncier agricole, à lever les contraintes bureaucratiques et à accorder des terres aux personnes désireuses de se lancer dans l’investissement, avant de signaler que des décisions importantes vont être prises pour la prise en charge des principales préoccupations des agriculteurs, notamment l’électrification et les pistes agricoles. Le chef de l’Exécutif  a, ensuite, inauguré un institut national spécialisé de formation professionnelle, d’une capacité d’accueil de 300 places, dans la commune de Hassani-Abdelkrim. L’institut assurera des formations dans des spécialités en rapport direct avec les activités agricoles, dans leurs segments végétal et animal. A la lumière d’un exposé qui lui a été présenté sur la situation du secteur de la formation et de l’enseignement professionnels dans la wilaya, le Premier ministre a appelé les responsables concernés à axer leurs efforts sur la formation dans l’agriculture et le tourisme, en tant que secteurs dynamiques dans la wilaya. M. Sellal a enchainé par l’inauguration d’un complexe de conditionnement et de froid, dans la commune de Trifaoui, occupant une superficie de 6 hectares pour une capacité de stockage de 20.000 m3. Ce complexe, appartenant à l’entreprise Frigo-Médit, a été lancé en 2013 pour un investissement de 980,6 millions de dinars. Après avoir inauguré une salle de sports de 3.000 places, réalisée au quartier Chott, la première du genre dans le sud du pays et qui a nécessité un investissement de 600 millions de dinars, M. Sellal a procédé à l’inauguration d’une clinique privée, Ibn Hayane, d’une capacité de 80 lits, à la cité du 8 Mai 1945. Dotée de six salles opératoires, cette structure assure une série de spécialités médico-chirurgicales, dont la chirurgie générale, l’urologie, l’orthopédie, la gynécologie obstétrique, l’imagerie médicale et la réanimation. Toujours dans le domaine de la santé, le Premier ministre a visité le projet de centre anticancéreux (CAC) de 140 lits, au chef-lieu de wilaya. Le projet, dont le taux d’avancement des travaux est de 97%, a nécessité un financement de 5,2 milliards de dinars (étude et réalisation) et s’est vu accorder une enveloppe supplémentaire de plus de 3,5 milliards de dinars pour son équipement. Ce centre disposera de plusieurs services médicochirurgicaux, dont des salles de diagnostics, d’imagerie médicale, de radiothérapie, d’oncologie, de chimiothérapie, de soins intensifs et d’un laboratoire d’analyses médicales. Le Premier ministre a poursuivi le programme de sa visite en s’enquérant du plan d’occupation des sols (POS) dans la commune d’El-Oued, qui prévoit un programme de 4.000 logements, toutes formules de construction confondues, dont 1.700 en cours de réalisation et regroupant des logements sociaux locatifs (LSL), sociaux participatifs (LSP), promotionnels aidés (LPA), promotionnel libres et promotionnels publics (LPP), en plus d’édifices publics. Il a annoncé un programme supplémentaire de 2.500 logements ruraux pour renforcer le programme global de la wilaya.

Le village touristique « La Gazelle d’Or »
En matière de tourisme, Abdelmalek Sellal a inauguré le complexe touristique saharien privé «La Gazelle d’Or», propriété du groupe Djillali Mehri, localisé à l’entrée ouest de la ville d’El-Oued, sur l’axe routier menant vers Ouargla. S’étendant sur une superficie globale de 160 hectares, ce complexe, dont les travaux de réalisation, selon les normes internationales, ont été lancés en 2008 pour un investissement de 10 milliards de dinars, dispose d’une capacité d’hébergement de 542 lits et génère 393 emplois. Il compte un hôtel de 87 chambres, 72 bungalows, 52 tentes équipées en moyens modernes, 14 suites, en plus d’un terrain de golf de 100 hectares, des piscines, des restaurants et un musée. Le Premier ministre a appelé à investir et à promouvoir le secteur du tourisme, un créneau où l’investissement est «prometteur», a-t-il dit, et qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie de diversification de l’économie nationale hors secteur des hydrocarbures. M. Sellal a conclu sa visite par une rencontre avec les représentants de la société civile au cours de laquelle il a mis en avant l’importance de promouvoir l’investissement dans le tourisme et l’agriculture pour contribuer à l’essor de l’économie nationale. «Il appartient d’œuvrer à la promotion des opportunités d’investissement dans le secteur du tourisme, en tant que levier de développement prometteur, susceptible de contribuer à l’essor économique du pays», a-t-il indiqué. Le Premier ministre a souligné, à cet égard, que les projets touristiques impactaient positivement la situation économique du pays, notamment dans la conjoncture financière «difficile» que traverse le pays, d’où la nécessité, a-t-il souligné, d’une approche économique susceptible d’insuffler une dynamique à l’action de développement local. En réponse aux préoccupations soulevées par les représentants de la société civile, il a fait savoir qu’il sera procédé à la prise en charge du volet de dédoublement des routes nationales reliant El Oued aux wilayas limitrophes et qu’un programme sera arrêté dans le domaine de l’électrification et de l’ouverture des pistes agricoles. Le gouvernement mise sur les wilayas du Sud, notamment celle d’El Oued, pour contribuer à la satisfaction du marché national en produits agricoles, a affirmé Abdelmalek Sellal, ajoutant que l’Etat a mis en place une stratégie visant à encourager l’investissement, aussi bien agricole que touristique, par l’accompagnement d’initiatives constructives.

Garantir une concurrence et un meilleur choix au consommateur
Au lendemain des mesures prises par le gouvernement portant réduction des importations, beaucoup a été dit et écrit allant jusqu’à dire qu’il s’agit là « de l’interdiction de certaines marchandises », le Premier ministre s’est montré rassurant affirmant à partir d’El Oued que la réduction de la liste des importations ne signifie nullement l’interdiction de certaines marchandises car « nous avons encore besoin de fixer les prix sur le marché et de garantir la qualité d’une part, et d’offrir un meilleur choix au consommateur algérien d’autre part ». Abdelmalek Sellal a précisé dans une allocution lors d’une réunion avec les autorités locales et les représentants de la société civile, que les mesures du gouvernement de rationalisation des dépenses publiques et de maitrise du commerce extérieur tendaient à «préserver les équilibres macro-financiers du pays et le pouvoir d’achat du citoyen tout en poursuivant les programmes de logements, de santé et d’éducation ainsi que les efforts d’appui à l’investissement productif». Il a souligné également, que la diversification de l’économie renvoyait indubitablement à la génération d’activités dans les domaines qui enregistrent un déficit afin de couvrir les besoins et l’exportation qui ne doit pas se limiter aux cimenteries, au montage de véhicules, à la sidérurgie et aux minoteries qui «restent bien qu’elles soient actuellement rentables, exposés à la récession». Au volet industriel, le Premier ministre a rappelé que ce secteur représentait un «autre axe dans l’action du gouvernement pour la modernisation et la diversification de l’économie nationale à travers la relance de l’infrastructure industrielle nationale, le soutien de la production locale et la promotion des marques made in Algeria». S’exprimant sur le secteur tertiaire, il a relevé que celui-ci constituait une partie importante des importations et il est donc important, selon lui, de «développer nos capacités en matière de bureaux d’études, de transport de marchandises et de technologies nouvelles et autres activités susceptibles de réduire les dépenses de l’Etat et de permettre à une jeunesse aussi dynamique et ambitieuse que celle d’El Oued d’entreprendre et de contribuer ainsi au développement du pays». «Il est impératif d’opérer un changement dans les mentalités afin de renouer avec la valeur des métiers et de l’enseignement professionnel», a-t-il encore dit avant de souligner la nécessité de développer les spécificités de chaque wilaya afin d’«atteindre des objectifs plus importants comme l’exportation, la transformation alimentaire et la diversification des activités économiques dans la wilaya à l’image du tourisme, de l’artisanat et des services.»

Confiance et vérité
Rappelant la contribution du peuple en tant que partenaire à l’édification du pays, le Premier ministre a déclaré que «si nous devions compter uniquement sur notre peuple, sa sagesse et son génie collectif, nous sommes alors tenus de lui faire confiance, de lui dire la vérité et de l’associer à la construction de son pays». L’Etat «a le devoir d’informer le citoyen particulièrement, dans ce monde d’aujourd’hui marqué par de profondes mutations d’ordre idéologique, sécuritaire et économique et qui connait un développement perpétuel des technologies de l’information et de la communication et une interférence entre les discours scientifique, politique, médiatique et même religieux», a-t-il poursuivi avant d’affirmer que c’est dans ce cadre précis que s’inscrivent les visites dans les différentes régions du pays qui sont loin d’être «simple routine ou tradition». Il a ajouté dans ce sens, que «la communication demeure le meilleur moyen de s’enquérir des préoccupations du citoyen» pour les responsables. A une question d’un citoyen sur la récupération des armes saisies lors de la décennie noir, Abdelmalek Sellal a fait savoir que 56% de ces armes soit 258.000 armes ont été rendues à leurs propriétaires.

F. H.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Farid HOUALI

Les plus lus

L'Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Après l’automobile
Par Yahia MAOUCHI.

La transformation numérique
Par Dr Ali Kahlane,.

Sécurité alimentaire
Par Yahia MAOUCHI.

Saison estivale 2017
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF