Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 105 - Mai 2017

Go

A la une

Le général-major Menad Nouba met en garde

« Certains courants veulent déstabiliser l’Algérie »

Par Smail ROUHA



La place qu’occupe l’Algérie dans la région et le rôle qu’elle joue dans la résolution des conflits qui secouent les pays voisins dérangent. En effet, l’Algérie fait face à des agressions tendancieuses, alimentées par des milieux nostalgiques, exprimant sans aucun doute des relents néocolonialistes à des fins spéculatives sur la force de stabilité et de paix de notre pays qui dérange leurs desseins. Aussi, en ces moments de grands bouleversements géostratégiques, la vigilance doit être de mise d’autant que le terrain est propice avec l’approche des élections législatives et la situation qui prévaut au niveau des pays voisins, sans oublier que toute déstabilisation de l’Algérie aurait des répercussions géostratégiques sur tout l’espace méditerranéen et africain. Une mise en garde réitérée par le général-major Menad Nouba, commandant de la Gendarmerie nationale, qui a exhorté les six commandants régionaux, les 48 commandants de groupements, les responsables des groupements des gardes-frontières (GGF) et d’intervention (GIR), mais aussi ses états-majors, « à redoubler de vigilance pour faire face aux menaces qui pèsent lourdement sur l’Algérie ». Intervenant à la clôture du séminaire sur «le partage des expériences et l’intégration de nouvelles approches opérationnelles», le général-major Menad Nouba a affirmé que « la situation qui prévaut chez les pays voisins, comme la Libye, et toute la région du Sahel, a favorisé la montée en puissance de groupes terroristes, du crime transfrontalier et des réseaux de passeurs d’immigrés clandestins. Cette situation a créé une anarchie et s’est répercutée sur l’Algérie, qui, fort malheureusement, est devenue la cible à partir de l’étranger, mais aussi à l’intérieur du pays où des sectes et des groupuscules tentent de déstabiliser le pays et de créer un climat de tension et d’anarchie. Nos frontières sont, désormais, ciblées par des réseaux criminels». Mettant en avant les législatives du mois de mai prochain, le Commandant de la Gendarmerie nationale a révélé que « des groupes identifiés tentent de semer l’anarchie au nom de la religion et de l’identité. » Il s’agit selon ses affirmations, de courants subversifs qui tentent, eux aussi, de déstabiliser le pays en prêtant une assistance absolue à certains pays étrangers, tous des ennemis de l’Algérie, et en diffusant à l’échelle nationale des idées à même de semer la division, le racisme et le désordre. « Ces mouvements sont appuyés par certains médias et usent de nouvelles technologies de l’information pour arriver à leurs fins » a, en outre, ajouté le général-major Menad Nouba. Mettant en garde conte les doctrines et mouvements destructeurs qui utilisent l’identité et la religion pour faire la propagande d’idées qui menacent la stabilité du pays et la cohésion sociale et attisent les tensions et la discorde, le patron de la Gendarmerie nationale qui fera comprendre que les partisans de ces courants, qui sont animés de la volonté de semer le trouble en Algérie, recourent, notamment à l’exploitation des réseaux sociaux pour les besoins de leur propagande déstabilisatrice. Estimant que « ces courants politiques dévastateurs tentent d’exploiter la situation socioéconomique qui prévaut en Algérie, notamment l’accès au logement et à l’emploi, pour porter atteinte à la stabilité du pays », le général-major souligne que « ces mouvements constituent à l’heure actuelle un défi majeur, en raison de la forte médiatisation et de l’usage croissant des technologies de l’information et de la communication, à l’instar des réseaux sociaux ». Des menaces que l’institution sécuritaire prend au sérieux et « saura cerner au moment opportun, et toute tentative visant à attenter à la stabilité et l’unité du pays est vouée à l’échec», martèlera le patron de la Gendarmerie.
Evoquant la situation sécuritaire régionale, notamment la dégradation des conditions sécuritaire dans les pays du Sahel et plus particulièrement en Libye, le Commandant de la Gendarmerie nationale soulignera que cette situation « n’a profité qu’aux réseaux de crime organisé et transfrontalier spécialisés dans le trafic de drogue, le terrorisme et l’extrémisme violent. En Libye comme dans d’autres pays du Sahel, les groupes armés œuvrent pour mettre en place, des bases arrière devant servir de relais au terrorisme international. Aussi, l’intervention étrangère dans les territoires des pays du Sahel n’a fait qu’envenimer la situation ». Aussi, a-t-il exhorté ses états-majors à mettre le cap sur le renseignement opérationnel pour mettre hors d’état de nuire les réseaux criminels, notamment ceux spécialisés dans le trafic de drogue et le blanchiment d’argent, les kidnappings, les vols caractérisés et le cybercrime. « Nos ressources humaines ont connu une ascension tant quantitative que qualitative. Nous avons mis beaucoup de moyens et nous avons renforcé nos unités, notamment au niveau des GGF. Aujourd’hui, instruction est donnée pour l’obligation des résultats, la résolution rapide des affaires criminelles et des délits, avec le respect des horaires de réception des citoyens et la notion des droits de l’Homme », a insisté le général-major Menad Nouba qui assure, toutefois, qu’en dépit des différentes menaces qui se font ressentir aux frontières de notre pays, « la sécurité intérieure de l’Algérie est complètement maitrisée, grâce à l’application stricte des instructions judicieuses du Président Bouteflika»
Dans ce sillage, la Gendarmerie nationale mobilise « tous ses moyens » pour la sécurisation des frontières, la lutte contre la contrebande et l’immigration clandestine, ainsi que le démantèlement des réseaux de trafic illicite de drogue, tout en veillant à garantir un climat de sécurité au profit des citoyens et à préserver l’ordre public à travers une « disponibilité totale, de nuit comme de jour », de toutes ses unités. C’est dans ce contexte que s’inscrit la réflexion relative au projet du « Gendarme numérique », initié par le Commandement de la Gendarmerie nationale dans la continuité des plans de développement, des projets structurants et de l’automatisation du service, et ce dans le but « d’une meilleure prise en charge de la mission de sécurité publique dont l’impact est instantané tant pour le citoyen, qui est un partenaire incontournable, que pour le gendarme ».
S. R.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Smail ROUHA

Les plus lus

HB Technologies
Par Farid HOUALI.

Abdelkader Zoukh, wali d’Alger
Nouredine Yazid Zerhouni.

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF