Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 107 - Août 2017

Go

A la une

Le général-major Hamel inspecte le Groupement des opérations spéciales de la police

Une force de frappe au service du citoyen

Par Radia ZEKRI



« L’Algérie qui traverse une conjoncture économique et financière précaire connaît par ailleurs une situation sécuritaire exceptionnelle car entourée de dangers le long de ses frontières », avait déclaré Noureddine Bedoui, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, dans une allocution lors d’une conférence organisée par l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA). Terrorisme urbain, grand banditisme, narcotrafic, trafic d’armes et cybercriminalité : autant de grands dangers qui ont inspiré, sur instruction du général major, Abdelghani Hamel, directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), la création d’un nouveau corps d’élite, le Groupement opérationnel spécial de la police (GOSP), appelé à intervenir dans les situations extrêmes et les moments de grande crise.
Le directeur général de la Sûreté nationale, le général-major Abdelghani Hamel, a effectué le 7 septembre dernier, une visite de travail et d’inspection au Groupement des opérations spéciales de la police (GOSP) à Oran, a indiqué un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN). Cette nouvelle entité présentée officiellement lors des festivités du 54e anniversaire de la police algérienne à Oran (22 juillet de chaque année) est composée essentiellement des membres d’élite de la police qui aura pour mission de résoudre les missions de lutte contre le crime, les plus délicates et les plus difficiles. Cette unité, basée à Boudouaou dans la wilaya de Boumerdès, a vu récemment la visite du général-major Hamel, qui était accompagné d’une délégation composée de directeurs centraux de la Sûreté nationale. Sur place, le DGSN  a inspecté les différentes structures du Groupement des opérations spéciales de la police où il a rencontré les cadres et éléments de cette unité spéciale et pris connaissance des conditions professionnelles et de vie en son sein. Mettant en avant le rôle essentiel de cette unité spéciale, le général-major Abdelghani Hamel l’a qualifié d’«acquis majeur» au service de la protection des citoyens et des biens et de la lutte contre le crime organisé. D’ailleurs, le général-major Hamel a insisté à cette occasion sur « la formation continue afin d’acquérir de meilleures performances notamment en matière de lutte contre la criminalité». De son côté, le chef de ce groupement a affirmé «la disposition opérationnelle de ses éléments au service du citoyen et de la patrie ».

Un outil pour les situations de crise
Lancée officiellement à Oran le 22 juillet dernier à l’occasion de la fête de la police, cette unité d’élite de la police nationale algérienne a pour mission l’intervention contre le crime organisé dans le cadre du respect des lois de la République et des droits de l’Homme. Placé sous l’autorité directe du général-major Abdelghani Hamel, le GOSP, composée essentiellement des membres d’élite de la police ayant cumulé une longue expérience en la matière, ayant une bonne condition physique renforcée par une endurance et une grande résistance au stress, est appelé à intervenir dans des situations extrêmes, notamment le terrorisme urbain et le grand banditisme. Inspirée du RAID français et du SWAT américain, le GOSP aura pour mission d’intervenir en milieu urbain contre les individus armés et dangereux par la négociation ou par la force, la gestion des prises d’otages, le transfert des personnalités importantes (VIP) ou de prévenus dangereux et contribuera par son expérience et sa formation spéciale à lutter efficacement contre toutes les formes de criminalité ou de terrorisme. Cette unité sera à coup sûr, selon le général-major Abdelghani Hamel, d’un apport considérable pour le corps de la police afin qu’il perfectionne sa mission principale qu’est la protection des biens et des personnes et veiller sur l’application de la loi. Choisis parmi l’élite de la police, ces éléments seront renforcés au fur et à mesure. Composé de quelques dizaines d’éléments, le GOSP pourrait être déployé rapidement, selon le besoin, sur n’importe quel lieu de crise à travers le pays. Pour former ce groupement spécial, la DGSN a puisé dans les rangs d’autres unités d’élites ayant un background d’expérience dans la lutte antiterroriste. Il s’agit des brigades de recherches et d’investigation (BRI) et de celles mobiles de la police judiciaire (BMPJ). En outre, le cursus de la formation assurée par la gendarmerie a porté sur les techniques d’investigation, d’infiltration, d’intervention rapide aérienne et terrestre, d’arrestation, de neutralisation et de la protection rapprochée. Une fois bien installé, ce groupe d’élite se déploiera au niveau national et devrait être doté d’importants moyens logistiques et matériels pour relever tous les défis et dépasser toutes les contraintes durant l’accomplissement des missions périlleuses sur le terrain.

Des moyens à hauteur des missions
La démonstration faite à l’occasion des festivités du 54e anniversaire de la police algérienne à Oran a laissé voir un aperçu des moyens dont disposent les éléments du Groupement des opérations spéciales de la police. La DGSN a ainsi mis à la disposition des éléments du GOSP d’importants moyens. En effet, le GOSP disposera de véhicules d’assaut MARS, de véhicules 4×4 blindés et bénéficiera du support de l’Unité aérienne de la sûreté nationale. Pour ce qui est de l’équipement individuel, le groupe d’élite utilisera le HK MP5 et MP5 SD6, le fusil de sniper non identifié (probablement un Sako) et de l’incontournable AKM, ainsi que d’équipements à vision nocturne. Minutieusement sélectionnés parmi les meilleurs policiers, les éléments du GOSP, au terme d’une formation de haut niveau, sont rompus aux techniques sécuritaires les plus délicates (renseignement, filature, infiltration, investigation, prévention, intervention d’urgence, maniement des armes et usage proportionné de la force). Ils sont très bien entraînés et parfaitement outillés pour mener avec succès des combats urbains, opérer des assauts, libérer des otages et démanteler en douceur des gangs armés. Les déplacements des éléments du GOSP seront assurés, selon la nature de leurs missions, par des hélicoptères type Augusta, des véhicules blindés noirs et d’autres banalisés. Des missions sont aussi importantes que les moyens. Ainsi, l’élite policière spéciale est appelée, dès son entrée en service, à intervenir dans des situations graves, telles que la libération d’otages, les assauts, le démantèlement d’association de malfaiteurs relevant du grand banditisme, les combats urbains et surtout la contribution dans la lutte antiterroriste urbaine. Elle assurera également des missions de renseignement, de filature, d’observation et de prévention des actions malveillantes dans les zones urbaines du pays. « Notre objectif est de construire une police forte qui parie sur la qualité de la performance et qui offre aux compétences la possibilité d’accéder à des postes de responsabilité et d’œuvrer sans relâche à l’application des lois de la République dans le respect total des droits de l’Homme», a indiqué le général-major Abdelghani Hamel, en marge de la célébration du 54e anniversaire de la création de la police nationale.
R. Z.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Radia ZEKRI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF