Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 106 - Juil 2017

Go

A la une

Séminaire sur la toxicologie médico-légale

La définition des responsabilités et les droits des victimes

Par Radia ZEKRI



Apporter davantage de preuves scientifiques aux enquêtes sur les accidents de la route, définir scientifiquement les responsabilités, garantir les droits des victimes et surtout prévenir contre l’insécurité routière sont, entre autres, missions des experts de la Gendarmerie nationale sur lesquelles a insisté le général-major Menad Nouba à l’ouverture du séminaire international sur «La toxicologie médico-légale : apport et intérêt en sécurité routière».
La rencontre scientifique d’envergure internationale organisée par l’institut national de criminologie et de criminalistique de la Gendarmerie nationale (INCC-GN), a suscité l’intérêt des différents acteurs de la sécurité publique et marquée par la présence de Noureddine Bedoui, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Abdelkader Ouali, ministre des Travaux publics, le général-major Abdelghani Hamel, directeur général de la Sûreté nationale, le colonel Mustapha El-Habiri, directeur général de la Protection civile. Une présence qui témoigne de l’importance de l’évènement initié par la Gendarmerie nationale et l’urgence de s’impliquer chacun de son côté et selon ses prérogatives pour apporter des solutions face à l’une des principales causes de mortalité dans le pays. Cette présence de la part de hauts représentants du gouvernement et patrons des institutions sécuritaire témoigne de l’urgence de la situation pour laquelle la Gendarmerie nationale veut miser sur des solutions scientifiques pour définir les responsabilités mais surtout quêter de nouvelles formes de prévention. Chiffres plus qu’inquiétants : plus de 3 250 accidents de la route causant la mort à 714 personnes et des blessures à 5 665 autres ont été enregistrés par les services de la Gendarmerie nationale au cours du premier trimestre de l’année en cours.

Une approche globale fondée sur une logique de partenariat
En effet, appuyer la recherche scientifique contre cette machine de la mort est une option primordiale sur laquelle a insisté le commandant de la Gendarmerie nationale à l’ouverture des travaux du séminaire international. «La Gendarmerie nationale, qui exerce ses missions de la police de la route sur 85% de la totalité du réseau routier national, conçoit la sécurité routière en tant qu’approche globale, fondée sur une logique de partenariat. Dans cette approche, les gendarmes sur la route, les accidentologues et les toxicologues sont appréhendés comme l’un des principaux acteurs devant nous présenter leur expertise sur cette problématique», a affirmé le général-major.
Bien que les chiffres enregistrés récemment demeurent inquiétants, une baisse de 26% dans le nombre d’accidents, de 4% dans le nombre de morts et de 25% parmi les blessés, a été constatée par rapport à la même période de l’année 2015. Autrement dit, l’objectif annoncé par ce corps de sécurité de réduire le phénomène de 30% pour cette année semble avancer et compter, en plus des dispositifs mis sur les axes routiers, sur des études scientifiques des sinistres et de leurs causes. Ce travail assuré notamment par les experts en accidentologie permet, note le commandant de la gendarmerie, de prévenir contre l’insécurité routière, définir les responsabilités dans chaque accident et surtout garantir les droits des victimes. Il souligne que «l’organisation de cette rencontre et le niveau de représentation témoignent de l’engagement résolu de nos différents partenaires, dans une œuvre commune de mise en synergie des expériences et des efforts consentis par la communauté nationale, dans les domaines de la prévention et de la lutte contre les accidents de la circulation routière, pour consolider l’Etat de droit et les libertés individuelles». Le patron de la Gendarmerie nationale explique qu’il s’agit d’une «opportunité pour échanger les points de vue sur les sujets contenus dans la thématique proposée, et d’apporter un éclairage sur les problématiques auxquelles sont confrontées les magistrats, experts et enquêteurs dans leur lutte quotidienne contre les accidents de la circulation routière».

Un réseau routier sécurisé
Le général-major Nouba a assuré, dans ce sillage, que la Gendarmerie nationale «n’a jamais lésiné» sur les moyens de lutte contre ce phénomène pour la résolution du fléau de l’insécurité routière. «Dans cet esprit, notre vision s’articule autour d’une couverture sécuritaire plus efficace des réseaux routiers, accomplie grâce à la création de nouvelles unités spécialisées, à savoir les escadrons, les sections et les brigades de sécurité routière, et les pelotons des autoroutes.
Il s’agit, également, du redéploiement d’autres unités dans le temps et dans l’espace et l’implication des formations aériennes de la Gendarmerie nationale dans la surveillance du réseau routier», a-t-il déclaré devant un panel d’invités et d’experts ayant marqué un arrêt sur la situation et débattu les démarches à entreprendre contre un problème qui impose l’implication de tous notamment experts et autorités de différents départements. Pour sa part, le colonel Sidahmed Bouremana, directeur général de l’INCC a exposé l’expérience de son département en matière de recherche scientifique et tout l’intérêt qu’il prête à la sécurité via la science et l’expertise. Le colonel expose à ses invités les missions phares des différents laboratoires de l’INCC dont ceux spécialisés dans la toxicologie et l’accidentologie et leur apport à la sécurité publique et routière. La manifestation internationale marquée par un riche débat et de précieuses présentations s’est soldée par un ensemble de recommandations allant notamment vers le renforcement des moyens scientifiques et des réflexions intelligentes ainsi que la coordination efficace entre les différentes institutions de sécurité et tous les autres acteurs de la sécurité routière.
R. Z.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Radia ZEKRI

Les plus lus

Le général-major Mohamed-Salah Benbicha
Entretien réalisé par Leila BOUKLI.

Afripol
Par Yahia MAOUCHI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF