Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 108 - Oct 2017

Go

A la une

Message du président Bouteflika à l’occasion du 10e anniversaire de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale




«Mes chers compatriotes,

Il y a dix années, vous avez massivement et souverainement adopté la charte pour la paix et la réconciliation nationale, confortant ainsi le choix résolu que vous avez affirmé, quelques années plus tôt, en endossant la Concorde civile, un choix dont je voudrais vous entretenir à l’occasion de cette commémoration.
Nous nous inclinons d’abord à la mémoire de tous ces héros, militaires, gendarmes, policiers, gardes communaux, citoyens volontaires, qui se sont sacrifiés pour que survive l’Algérie. Nous nous inclinons aussi à la mémoire de tous ces cadres et travailleurs, assassinés alors qu’ils veillaient courageusement au fonctionnement de l’Etat et subvenaient au service des citoyens.
Nos pensées fraternelles vont également vers les familles et les proches des victimes du terrorisme abject et destructeur, auxquels l’Etat réaffirme son soutien et sa solidarité.
La Nation se remémore aussi le sursaut de ses enfants qui ont su se ressaisir pour revenir vers elle, faisant prévaloir ainsi les véritables préceptes de l’Islam, notre religion commune, notamment ceux de la paix, du solh et de la sacralisation de la vie.
Conscients des intérêts majeurs de la Patrie, vous avez accueilli ces compatriotes de retour, dans le respect des critères que vous avez validés, accélérant ainsi la fin de la tragédie nationale, de sorte que nous puissions nous atteler à panser nos blessures et à libérer nos énergies pour la reconstruction, le développement et le progrès.
Nous relevons aujourd’hui des propos et des actes inappropriés de la part de certains bénéficiaires des dispositions de la Concorde civile, que nous préférons qualifier d’égarements, mais face auxquels nous tenons à rappeler les limites qui doivent être respectées, et sur lesquelles l’Etat sera intransigeant.
Nous enregistrons aussi des réactions induites par le réveil de blessures encore vives ou provoquées par la crainte de voir le pays retourner vers un passé douloureux. Devant cela, nous réitérons que les choix du peuple souverain consignés dans la loi portant Concorde civile ainsi que dans la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, seront intégralement respectés et préservés, sans concession aucune.
Dix années après l’adoption de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, nous devons dresser le bilan de ce choix salutaire vers lequel Allah a bien voulu guider nos pas, ce choix qui répondait à votre appel pressant des années durant, pour le retour de la paix, ce choix qui a couronné aussi mon engagement sincère dès 1999, à contribuer avec vous à l’extinction du brasier de la fitna.
Oui, mes chers compatriotes, c’est grâce à ce choix salutaire que nous avons pu prévenir à temps l’internationalisation dans notre pays du terrorisme criminel et sanguinaire que nos vaillantes Forces de sécurité s’attellent à réduire et à détruire.
En votre nom à tous et en mon nom personnel, je salue le courage, la bravoure et l’abnégation des soldats, sous-officiers et officiers de l’Armée nationale populaire, ainsi que des sous-officiers et officiers des services de renseignement de la Gendarmerie nationale et de la Sûreté nationale, qui poursuivent au quotidien la lutte contre le terrorisme et veillent à la protection des personnes et des biens.
C’est également, pour moi l’occasion de renouveler l’appel de la Patrie clémente aux égarés qui voudront se ressaisir et abandonner la voie du crime, pour bénéficier des dispositions de la Charte pour la paix et la Réconciliation nationale. Je renouvelle cet appel au nom d’un Etat fort et au nom du Peuple, car nous sommes une Communauté de croyants.

 
Mes chers compatriotes,

Nul doute que, chaque matin, en vaquant dans la paix à vos occupations, dans nos campagnes et dans nos villes, vous mesurez tout ce que nous avons cueilli comme fruits de la quiétude rétablie grâce à la Réconciliation nationale.
Ajoutez-y aussi, la protection que la Réconciliation nationale a offert à notre pays face aux tempêtes destructrices qui secouent depuis quelques années, plusieurs pays frères, car c’est la réunification de nos rangs qui a été le meilleur rempart de l’Algérie face aux manoeuvres et aux complots qui nous ont également ciblés au nom du «Printemps arabe».
C’est également le net recul de la menace terroriste à travers notre pays qui a permis à l’Armée nationale populaire de désengager une partie de ses moyens de la lutte contre ces criminels, pour les mobiliser aujourd’hui, sur nos frontières terrestres, face aux turbulences graves qui secouent certains Etats voisins, garantissant ainsi la préservation de l’intégrité, de la sécurité et l’inviolabilité du territoire national.
L’actualité régionale est malheureusement lourde de troubles ciblant singulièrement des pays arabes et musulmans comme s’il s’agissait de détruire leur civilisation, leur potentiel et même d’annihiler leur existence.
Tout cela nous inquiète légitimement mais invite aussi à préserver la paix civile qui n’est pas un programme politique, mais bien un enjeu national pour l’Algérie, notre  Patrie à la place de laquelle nul n’a une autre de rechange.
C’est parce que nous avons su ensemble œuvrer au retour de la Paix, que nous avons pu mener, quinze années durant, une grande œuvre de reconstruction nationale et de relance du développement.
Nous avons reconstruit ce qui a été détruit par la folie meurtrière durant la tragédie nationale. Nous avons réduit les retards accumulés dans la réponse aux attentes de notre peuple, en matière de logements, de formation, de santé et d’autres besoins.
Dans la paix revenue, nous avons vu les investisseurs nationaux s’engager dans la construction économique du pays. Nous avons également rompu l’isolement de l’Algérie vis-à-vis de l’extérieur et nous l’avons de nouveau rétablie comme l’une des destinations de choix pour nos partenaires économiques étrangers.
Nul doute que tout cela demeure insuffisant pour celui qui est à la recherche d’un toit ou d’un emploi, ou pour celui qui rêve d’une Algérie plus développée jouissant d’une économie plus florissante.
Mais, tout ce qui a pu être accompli à l’ombre de la Concorde civile, de la Paix et de la Réconciliation nationale, constitue une somme d’acquis pour lesquels nous remercions Allah et sur lesquels nous pouvons continuer à bâtir davantage et à avancer plus loin encore.
La paix retrouvée, la sécurité du pays préservée, et la construction nationale relancée, telles sont les trois réalisations majeures qu’a facilitées votre choix en faveur de la Réconciliation nationale et il était utile de les rappeler en cette date commémorative.
J’ai eu l’immense chance et le grand honneur d’initier la Concorde civile et la Réconciliation nationale parce que j’ai saisi votre attente et décelé votre disponibilité dans cette direction. Désormais, la Concorde civile et la Réconciliation nationale sont vos propres réalisations et sont les acquis de notre Patrie.
Certes, l’Etat, et je m’y engage, veillera toujours au respect scrupuleux, par chacun, des dispositions consignées dans les lois portant Concorde civile et paix et Réconciliation nationale, car c’est dans le strict respect de ces dispositions que réside la pérennité de ces choix.
Quant à vous, mes chers compatriotes, veillez à ne pas vous détourner, ou vous éloigner, de ces choix salutaires et grandioses que vous avez pu, grâce à Dieu, réaliser au moment où nos souffrances et nos douleurs étaient vives.
Préservez la Réconciliation nationale de toute altération, de toute exploitation politicienne et de toute surenchère, au service de notre unité nationale et de la stabilité de l’Algérie.
C’est grâce à cette unité et à cette stabilité nationale que nous poursuivrons ensemble, avec l’aide de Dieu, la modernisation de nos institutions démocratiques, la construction d’une économie plus forte, libérée de la dépendance des seuls hydrocarbures, ainsi que toutes les réformes et engagements autour desquels vous m’avez renouvelé votre confiance l’année dernière.

Gloire à nos martyrs

Vive l’Algérie».



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Les plus lus

L'Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Cybercriminalité
Par Dr. Djalila RAHALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF