Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 126 - Jan 2020

Go

A la une

Il est nommé chef d’état-major de l’ANP par intérim

Le général-major Saïd Chanegriha, un homme de « terrain »

Par Farid HOUALI



Le général-major Saïd Chanegriha était le commandant des forces terrestres depuis le 16 septembre 2018, en remplacement du général-major Lahcene Taffer. Saïd Chanegriha est né le 1er août 1945 à El Kantara, dans le sud-ouest des Aurès, à 52 km au nord de Biskra et à 62 km au sud-ouest de Batna. Il a une formation d’officier d’infanterie (blindé) et suivi des cours d’état-major à l’académie russe de Vorochilov pendant les années 1970. Il avait obtenu son baccalauréat en 1964.Le général Chanegriha a commandé un bataillon de chars de la 3e région militaire, avant de devenir chef d’état-major de la 8e brigade blindée. Il a ensuite occupé le poste de chef d’état-major de la 8e division blindée à Teleghma dans la 5e région militaire, puis il a commandé la 8e division blindée à Sidi Bel Abbès, en 2e région militaire. Il a également à son actif la participation à la guerre du Kippour, en 1973, au front du Sinaï, en Égypte, au sein d’un bataillon détaché par la 8e brigade blindée. Le rôle et l’efficacité des unités de l’Armée nationale populaire (ANP), dont la majorité des éléments est issue de l’Armée de libération nationale (ALN), durant la guerre des 6 jours opposant les armées égyptiennes et israéliennes en juin 1967 et durant laquelle 56 de ses éléments sont tombés en martyrs, ont été « magistraux » de l’aveu même des adversaires.  Lieutenant-colonel et chef d’état-major de la 1re division blindée installée à Bouira en 1993, il avait dirigé le poste avancé à Lakhdaria du secteur opérationnel de Bouira (SOB) en pleine lutte anti-terroriste, sous la supervision du général Abdelaziz Medjahed Saïd Chanegriha est nommé colonel puis général en 1995, avant d’être envoyé vers la 2e Région militaire, où il a occupé les postes de commandant de la 8e brigade blindée et de commandant du Secteur opérationnel de Sidi-Bel-Abbès (SOBA) et le Secteur opérationnel de l’Ouest algérois (COWAL). Saïd Chanegriha a été promu général-major en 2003 avant d’être nommé chef de la 3e région militaire de Béchar de 2004 à 2018, une région militaire « très sensible » où les soldats de l’ANP ont pour missions « la surveillance des frontières dans le sud-ouest algérien, la sécurisation de la région de Tindouf, la lutte contre le trafic et la contrebande ainsi que des mouvements de troupes terroristes aux frontières ouest algériennes ». Dans son entourage, il est décrit comme étant un homme très exigeant sur le plan professionnel et de la discipline militaire.Saïd Chanegriha est ensuite nommé commandant des forces terrestres en août-septembre 2018, en remplacement du général-major Lahcene Taffer dans le cadre d’un large mouvement ayant touché plusieurs Régions militaires et directions centrales au ministère de la Défense nationale.Saïd Chanegriha serait connu pour ses « qualités de stratège militaire » selon des sites spécialisés et a « très longtemps travaillé à la sécurisation de la frontière Ouest et a accompagné les changements stratégiques qu’a connus l’ANP à partir de 2010 et le redéploiement vers les frontières Est et Sud ». Il a été décoré de la médaille de l’ANP 3e Chevron, la médaille de participation de l’ANP aux deux guerres du Moyen-Orient (1967 et 1973), la médaille du mérite militaire et la médaille d’honneur.  

F. H.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Farid HOUALI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Les règles de l’immigration légale
Par maître Serge Pautot, .

Sider El Hadjar
Par Yahia MAOUCHI .

Télécharger version PDF

Version PDF