Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 111 - Jan 2019

Go

Dveloppement Local

Lancement prochain de la 2e phase du projet

Plan stratégique d’Alger

Par Farid HOUALI



Les principaux objectifs du plan stratégique de développement d’Alger s’inscrivent autour de quatre grands axes. Au plan urbain, le projet Alger-2029 vise à structurer la ville, à maîtriser sa croissance, à améliorer sa mobilité, à revitaliser son centre et en même temps à organiser un développement cohérent et harmonieux de sa baie. Adopté en 2011, ce plan stratégique a pour but de faire de la capitale une ville s’inscrivant dans la mondialisation. Le gouvernement accorde un intérêt capital, en concertation avec les services de la wilaya d’Alger, à ce projet, particulièrement dans son aspect urbanistique. « L’adoption par les pouvoirs publics en 2011 du plan stratégique de développement de la capitale aura marqué, sans nul doute,  la volonté de l’État d’accorder à la capitale les moyens de se moderniser et d’inscrire Alger, et à travers elle l’Algérie, dans la nouvelle géographie des métropoles mondiales qui se dessine », affirmait Abdelkader Zoukh dans un entretien à El Djazaïr.com. «L’intérêt accordé par l’Etat à la wilaya d’Alger est nécessaire pour lui permettre de jouer son rôle de capitale, et c’est dans cette optique qu’un travail de concertation a été lancé sur l’avenir de la capitale, particulièrement l’aspect urbanistique, et ce en collaboration avec les autorités locales et dans le cadre du plan stratégique d’Alger, lancé par les services de la wilaya», assurait de son côté Abdelwahid Temmar, ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, début décembre dernier annonçant dans la foulée le lancement de la deuxième phase du projet de développement et d’embellissement de la wilaya d’Alger. S’exprimant en marge d’une rencontre, organisée par les services de la wilaya d’Alger en présence du wali de la wilaya, Abdelkader Zoukh, consacrée à la présentation du projet de réalisation de la deuxième phase du plan stratégique de la capitale, le ministre a mis en avant l’importance de l’aspect esthétique et urbanistique consacré à la capitale dans le cadre de ce projet, réitérant le soutien de son secteur aux autorités locales pour sa concrétisation conformément aux orientations du président de la République Abdelaziz Bouteflika, qui a «souligné l’importance de redonner à la capitale et aux grandes villes algérienne la valeur urbanistique pour laquelle elles étaient connues». Concernant la rencontre qui a eu lieu en présence des cadres du ministère et ceux de la wilaya d’Alger, ainsi que des experts algériens en matière d’urbanisme, le ministre a affirmé que cette rencontre se voulait «un début effectif pour réfléchir à une opération structurante de la capitale notamment en termes de renouvellement urbanistique et urbain qui contribueront à gagner des superficies foncières et à réaliser de nouveaux projets, tout en conférant un aspect esthétique à la ville». «Aujourd’hui, une réflexion se dessine autour de la deuxième phase du projet initié par la wilaya d’Alger», a déclaré le ministre, ajoutant que «nous sommes ici pour mettre en œuvre et accompagner ce projet avec les moyens humains et financiers nécessaires».

Un pôle urbain moderne
Saluant l’initiative des services de la wilaya d’Alger visant à atténuer les coûts de la réalisation sur l’Etat, le ministre a estimé nécessaire d’associer le secteur privé dans cette opération qui, a-t-il dit, «donnera à la capitale un nouveau visage». Le ministre de l’Habitat et le wali d’Alger ont suivi, au cours de la  rencontre, plusieurs exposés sur la réalisation de nombreux projets d’aménagement du front de mer de la capitale et sur la création de pôles d’habitat, de pôles commerciaux et économiques, d’un musée, d’un nouveau siège pour le Parlement, ainsi que d’autres projets de transport, tels que le métro et tramway, permettant à Alger de devenir un pôle urbain et  moderne, tout en préservant l’originalité de son cachet urbanistique. A ce propos, M. Temmar a mis l’accent, lors de cette rencontre, sur la nécessité de mettre en place un cadre juridique pour la construction et l’urbanisme dans la wilaya d’Alger, en établissant un cahier des charges auquel seront soumis tous les particuliers ou investisseurs ou organismes qui entament la réalisation de projets de construction ou d’aménagement de différentes réalisations urbanistiques. Abdelwahid Temmar, ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, a également annoncé la généralisation de ce projet à toutes les autres grandes wilayas du pays, à l’instar d’Oran, Annaba et de Constantine ainsi qu’aux villes du Sud dans le cadre du Plan national d’urbanisme. Pour sa part, le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh a affirmé qu’après l’adoption du plan d’urbanisme et du plan stratégique de la capitale par le gouvernement, une coordination se fait actuellement entre les deux plans en ce qui concerne la réalisation, mettant en avant «le lancement de l’opération de réalisation de ces projets qui requièrent d’importants plans d’occupation de terrain». Le wali a mis l’accent sur la mise à contribution des capacités algériennes dans l’étude et la réalisation de ces plans, en termes techniques et urbanistiques, ainsi que d’investisseurs privés dans l’aspect financier, citant à titre d’exemple, qu’il a été procédé, sur accord du Premier ministre l’octroi du droit de concession à l’entreprise privée «Faderco» pour l’aménagement et l’exploitation des musées souterrains de la capitale. Interrogé sur la réalisation d’un pont reliant les deux caps de la baie d’Alger, Abdelkader  Zoukh a indiqué que l’opération est en cours d’étude, affirmant que toutes les idées qui peuvent être concrétisées sur le terrain seront réalisées dans le cadre du Plan stratégique de la capitale.

Rénovation  et réaménagement du vieux bâti
Les opérations de rénovation et de réaménagement dans la wilaya d’Alger touchant 1 622 vieilles bâtisses (22 592 logements) sur un total de 3 908 nécessitant une restauration dans le cadre du Plan stratégique pour le réaménagement et la modernisation de la wilaya d’Alger, ont été achevées ce mois de novembre, selon les services de la wilaya d’Alger citée par l’APS.   Mohamed Maachouk, conseiller auprès de la commission de wilaya chargée du réaménagement et de l’embellissement de la capitale, a en effet déclaré à la même source, concernant le dernier bilan de réaménagement et de rénovation du vieux bâti de la capitale, que les travaux de rénovation, lancés en 2014, ont été achevés au niveau des 1622  bâtisses à travers 57 communes de la wilaya et que 2286 autres sont en cours de rénovation. Le même responsable a précisé que le nombre de bâtisses concernées par cette opération et recensées depuis mai 2014, est de 3 908, soit 53122 logements, dont 1 622 ont été réceptionnées. Dotées d’une enveloppe budgétaire de 30 milliards de dinars, les opérations de rénovation du vieux bâti ont permis la création de plus de 10 000 emplois, dont 280 architectes et ingénieurs, qui ont bénéficié, sur les chantiers de rénovation, de formation concernant les procédés de rénovation du vieux bâti, et ce, grâce à la participation d’entrepreneurs étrangers et d’un bureau d’études spécialisé dans le domaine, a souligné M. Maachouk. La même source précise que dans ces opérations de rénovation, 314 entreprises dont une cinquantaine de micro-entreprises et 83 bureaux d’études y ont participé, ajoutant qu’«il ne reste qu’une seule entreprise étrangère (portugaise) qui active actuellement au niveau du boulevard Zighoud-Youcef et de la rue Asselah-Hocine au cœur de la capitale».

Place à l’expertise nationale
Le même responsable a rappelé que la wilaya a œuvré à la création de spécialités liées à la rénovation du vieux bâti au niveau des centres de formation professionnelle et des instituts, afin de renoncer au recours à l’expertise étrangère, indiquant que 26 techniciens supérieurs spécialisés dans la rénovation du vieux bâti sortiront, en février prochain, de l’Institut national de formation professionnelle de Kouba, après une  formation de 30 mois». Ces futurs diplômés seront assistés «pour la création de micro-entreprises en vue de superviser les opérations de rénovation dans la wilaya comme première étape». L’opération de restauration ne concerne pas uniquement les bâtisses d’Alger-Centre qui remontent à l’époque coloniale mais aussi «les cités construites dans les années 1970 et 1980 à l’instar des cités de Bab-Ezzouar, Bachdjerrah, Bourouba et bien d’autres qui nécessitent notamment un embellissement des façades». L’opération de rénovation a débuté au niveau des bâtisses situées à l’entrée ouest de la wilaya et la façade maritime d’Alger notamment les immeubles des rues Larbi Ben M’hidi, Didouche-Mourad, les boulevards Mohammed-V et Colonel Amirouche avant d’être élargie aux autres cités de la wilaya y compris celles des années 1970 et 1980, a rappelé M. Maachouk. La plupart des cités qui datent de l’époque coloniale nécessitent de légers travaux de rénovation au niveau des façades tels que le retrait des paraboles individuelles et le déplacement des climatiseurs. Des paraboles collectives ont été installées au niveau des immeubles, a fait savoir dans ce sens le même responsable. La réparation des ascenseurs de tous les immeubles d’Alger s’inscrit dans le cadre de la restauration des vieilles bâtisses, a-t-il avancé, rappelant que plus de 780 ascenseurs en panne ont été réparés et 280 autres ont été pris en charge (en cours de réparation) dont 35 réparés.
F. H.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Farid HOUALI

Les plus lus

L'Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Le Pr Abderrahamane Abene
Par Farid HOUALI.

La transformation numérique
Par Dr Ali Kahlane,.

Jeux méditérranéens 2021
Par Smail ROUHA.

Un renfort de qualité
Par Farid HOUALI.

Sûreté de la wilaya de Sétif
De nos envoyés spéciaux Farid HOUALI et Abdessamed K..

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF