Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 115 - Août 2018

Go

Dveloppement Local

Une stratégie bien définie

Plusieurs projets du secteur de la santé relancés

Par Tahar MANSOUR



« Il faut que le niveau des soins existants dans les hôpitaux augmente, sans oublier la prévention ni les unités de soins de base, mais nous devons avoir un tissu hospitalier spécialisé assez dense avec des équipes soignantes d’un niveau tout aussi élevé », nous confie le directeur de la santé et de la population de la wilaya d’Oran, Dr Abdenacer Boudaa. Pour mettre à pied d’œuvre cette stratégie, la restructuration du CHU a déjà été lancée ainsi que sa mise à niveau, en plus de nouveaux services actuellement en réalisation et un redéploiement du personnel. La création de nouvelles activités, comme les greffes rénales, fait aussi partie de la mise à niveau du CHU. L’EHU reste aussi un pôle hautement spécialisé et continuera à se développer ainsi que les EHS en gynéco-obstétrique, déjà assez développés et qui rendent d’énormes services aux malades avec près de 700 lits qui leur sont dédiés. Autant de structures spécialisées et hautement qualifiées sécurisant aussi bien la mère que l’enfant et toute la famille. Il en est de même pour l’EHS d’ophtalmologie, de psychiatrie et d’oncologie médicale qui couvrent les besoins de la population en soins spécialisés. 

La carte sanitaire d’Oran
La carte sanitaire de la wilaya d’Oran est assez bien étoffée et concerne les 26 communes de la wilaya avec une répartition spatiale équilibrée, touchant toutes les zones et se rapprochant des endroits les plus reculés pour permettre aux citoyens de bénéficier des soins généraux ou spécialisés rapidement et sans trop de difficultés. La wilaya d’Oran dispose de :
n centre hospitalo-universitaire (CHU)
un établissement hospitalo-universitaire (EHU)
un établissement hospitalier (EH)
2 établissements hospitaliers publics
9 établissements hospitaliers spécialisés
9 établissements publics de santé de proximité
2 instituts supérieurs de formation
1 centre de transfusion sanguine de wilaya
50 polycliniques
118 salles de soins.
5 maternités
31 points de garde
66 laboratoires d’analyses médicales.
En outre, le secteur de la santé de la wilaya d’Oran dispose aussi de 6 centres d’hémodialyse totalisant 62 générateurs. A ces structures viennent s’ajouter les structures d’accompagnement et de suivi, notamment 1a maison des diabétiques, le laboratoire d’hygiène de wilaya, l’observatoire régional de la santé, 12 unités de contrôle de la tuberculose et des maladies respiratoires, 2 centres intermédiaires de santé mentale, 2 centres intermédiaires d’addictologie, et 42 UDS (Unité de dépistage scolaire).
Tout comme les structures hospitalières, le personnel médical et paramédical est en nombre suffisant et constitué de spécialistes hautement qualifiés dans les différentes filières et comprend 119 professeurs, 558 docents, 381 maitres assistants, 233 assistants, 19 physiciens, 587 spécialistes SP, 234 dentistes spécialisés, 1080 médecins généralistes, 284 chirurgiens-dentistes, 239 pharmaciens, 2386 résidents, 537 internes, 874 externes, 191 psychologues, 408 sages-femmes, 171 manipulateurs Rx, 6486 agents paramédicaux et 4834 agents d’administration et de soutien.
 
Le secteur privé en force
Si le secteur de la santé publique dispose de nombreuses infrastructures hautement spécialisées et disposant d’un matériel et de personnels performants, le secteur privé n’est pas en reste puisqu’il offre, à lui seul, 160 établissements dans différentes spécialités. Les structures de santé parapubliques viennent renforcer les capacités des autres structures publiques et privées et prennent en charge certaines maladies dont souffrent leurs assurés ou leur personnel. Ces structures représentent :
un établissement hospitalier spécialisé en OTR et rééducation fonctionnelle appartenant à la CNAS.
1 polyclinique régionale dépendant de la P.R. DGSN
1 centre régional d’analyses médicales et d’exploration radiologique au profit de la sureté nationale (CRAMER)
21 centres médico-sociaux
40 centres de médecine du travail
8 salles de soin.
Du 1er janvier au 31 octobre 2017, les différentes structures publiques de santé ont réalisé une moyenne quotidienne de 11000 consultations.

De nouvelles structures en cours de réalisations
Au vu des besoins croissants induits par l’augmentation de la population de la wilaya d’Oran et les nouveaux besoins en matière de santé, la DSP a lancé diverses nouvelles structures qui viendront renforcer les capacités existantes et participer au développement de la médecine dans tous ses segments. Ces nouvelles réalisations, dont le coût global est de plus de 26 milliards de dinars, concernent l’hôpital spécialisé en brûlures, le deuxième au niveau national, qui compte une capacité de 140 lits et dont le taux d’avancement des travaux de réalisation oscille entre 70 et 75 % pour être réceptionné en septembre 2018. Le taux de réalisation de l’Institut national anti-cancer a atteint 60 %. Il sera livré courant du premier trimestre 2019. Contrairement aux centres anti ancer (CAC) répartis à travers le pays ayant pour mission la prise en charge des cancéreux, cet institut aura pour tâche également la recherche en oncologie. Pour ce qui est de l’hôpital de 240 lits de Gdyel, le taux d’avancement des travaux a atteint 70 % et sera prêt en septembre 2018 pour couvrir les besoins de la région et contribuer à épargner les déplacements aux malades vers le CHU d’Oran. Il est prévu aussi la réception de l’hôpital de 240 lits de la commune de Sidi Chahmi (est d’Oran), dont les travaux sont en net avancement et sera livré en septembre 2018, alors que l’hôpital de Oued Tlélat (120 lits) sera prêt le dernier trimestre 2018. Un important projet pour la daïra de Oued Tlelat qui enregistre des opérations de relogement et qui est située à proximité de l’autoroute Est-Ouest. L’hôpital d’Ain El Kerma (60 lits) sera livré dans le même délai. En outre, les deux polycliniques, situées à Hai Bouamama dans la commune d’Oran et à Mers El Kébir, devront faire l’objet, l’été prochain, d’opérations de réfection.
Des études ont aussi été lancées pour la réalisation d’un hôpital psychiatrique et d’un hôpital spécialisé en rééducation fonctionnelle à Oran.
 
Les défis à relever
Oran étant une métropole presque totalement urbanisée, les maladies qui s’y déclarent sont étroitement liées à cette urbanisation et il faudra répondre à moyen terme à cette problématique en offrant des soins hautement spécialisés en cancérologie, pour les brûlés et dans le domaine des transplantations en employant les nouvelles technologies dans ce domaine. « Nous comptons aussi investir dans la chirurgie cardiaque infantile au niveau de l’hôpital de Canastel » rappelle le directeur de la santé et de la population. L’autre défi concerne l’ouverture sur l’environnement international et chercher à être plus compétitif par rapport à nos voisins et, non seulement retenir nos malades ici grâce à une prise en charge médicale de très haut niveau, mais essayer d’attirer des malades d’autres pays où les soins sont excessivement chers. C’est ce qui fait que les prochains Jeux méditerranéens qui se dérouleront à Oran sont une occasion pour démontrer l’efficacité du secteur de la santé en Algérie et particulièrement à Oran en répondant aux besoins de tous ceux qui viendront pour participer aux jeux ou en touristes.
 
 T. M.



Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Libertés démocratiques
Par Farid HOUALI.

Alger ville intelligente
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF