Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 108 - Oct 2017

Go

Développement Local

Quarante ans en « lumière »

Établissement de réalisation et de la maintenance de l’éclairage public de la wilaya d’Alger (ERMA)

Par Farid HOUALI



En dépit des différents plans d’aménagement et des colossaux budgets qui lui sont alloués, la capitale n’a toujours pas retrouvé ce visage dont rêves les Algériens. Les maux qui la ternissaient étaient nombreux : espaces publics détériorés, routes dégradés, amoncellement des ordures. Afin de réfléchir aux meilleures méthodes de réorganisation de la ville, une réunion avec les autorités locales, avait été présidée en septembre 2014, par le Premier ministre Abdelmalek Sellal, à Alger. « S’il est indispensable de réorganiser l’administration et de créer de nouveaux services pour la gestion de la capitale on le fera », avait estimé le Premier ministre dans son allocution d’ouverture des travaux de la réunion. Message reçu. L’arrivée du tout nouveau wali, Abdelkader Zoukh, ex-wali de Sétif, à la tête de l’exécutif de la wilaya d’Alger, a été marquée par un grand dynamisme en discours, de visites d’inspection de différents chantiers de la capitale. Alger qui tend à redevenir une grande capitale africaine et méditerranéenne, a entamé ainsi, un plan de développement des infrastructures. Présentement, Alger est en pleine expansion urbaine, motivée par un besoin d’affirmation au plan régional dans sa lutte pour concurrencer les autres villes méditerranéennes. Pour ce faire, la wilaya d’Alger a initié, ces trois dernières années, une série de projets, véritables travaux d’Hercule, pour retrouver son statut d’antan, celle de la cité des lumières pour le bassin Méditerranéen, et de réoccuper sa place de porte du Nord du continent africain. Découlant d’une réflexion à la hauteur de la capitale, le programme initié dans le cadre du PDAU comporte des projets structurants répondant au premier souci des pouvoirs publics, qui est de prendre en charge les préoccupations pressantes et quotidiennes d’une population en progression constante. Et afin d’assurer un éclairage cohérent, faire émerger l’identité de la capitale et rehausser le patrimoine son architectural, la wilaya d’Alger dispose d’un schéma directeur d’aménagement lumière dont l’étude a été achevée par l’ERMA en 2010. Ce même plan, porte notamment sur la mise à niveau de l’éclairage fonctionnel et la mise en lumière artistique d’une quarantaine d’édifices publics et monuments importants du centre historique de la capitale. Ce «plan lumière» qui a connu un début de réalisation, a été intégré au Plan stratégique de développement de la ville à d’Alger à l’horizon 2029. A ce titre, et suite à l’audit qui a été réalisé avec succès au mois de juin 2010, l’ERMA a été certifié pour son activité d’Etudes, Réalisation et Maintenance des réseaux d’Eclairage Public, une EPIC relevant des services de la wilaya d’Alger. Elle a pour mission essentielle, selon son directeur général que nous avons rencontré en ce mois de mars 2017, l’exploitation et la maintenance du réseau éclairage public sur les 57 communes urbaines et du réseau autoroutier. L’ERMA créée en juin 1995 sur arrêté de la wilaya d’Alger a également pour mission, de prendre en charge toute étude relative à l’éclairage public, de la réalisation des projets d’éclairage public, de l’installation et de la maintenance des groupes électrogènes, de l’installation et de la maintenance des horloges publiques, de l’étude et réalisation des éclairages de sécurité par groupes électrogènes, de la fabrication et installation des décorations lumineuses. « Avant 2014, le nombre des communes prises en charge n’étaient que 28 communes », a rappelé Abderazak Bendjeni. « A travers ces 28 communes, on avait à charge 85 000 points lumineux sur les 1800 points d’alimentations », a-t-il soutenu.

L’ERMA est « partout »
Historiquement, la maintenance de l’éclairage (y compris de la capitale) était du ressort de la SONELGAZ jusqu’à l’année 1977 date qui a vu la naissance du conseil populaire de la ville d’Alger (CPVA). Deux ans après, soit en 1979, le CPVA Confiait la maintenance du réseau à SONELGAZ sur la base de convention ; Les travaux neufs étaient réalisés par des sous traitants engagés par le CPVA. Au début des années 1980, le CPVA, crée son propre service de maintenance et de réalisation du réseau d’éclairage public. Cette mission est confiée au service Éclairage public Circulation et transport et c’est en avril 1984 qu’est créé le service Eclairage Public et structuré au même titre que les autres services rattachés à la Direction Générale des Services Techniques (DGST) du CPVA. Le service Eclairage Public était basé au CPVA, pour fonctionner il a hérité d’une flotte de 05 véhicules à échelle de SONELGAZ plus une vingtaine d’agents d’exécution (OP2 et OP3). Vers le début de l’année 1986, le service Éclairage public s’installe à Bourouba et commence à étoffer ses différentes structures. En 1989, le service Eclairage Public devient Direction Éclairage Public. Une autre transformation intervient en 1991 : la Direction Eclairage Public devient Division Éclairage Public jusqu’en 1995, année de la mise en place de l’actuelle ERMA dans le sillage de la création de beaucoup d’autres EPIC de la wilaya d’Alger. « Depuis, et grâce aux aides morales et matérielles de la wilaya d’Alger, l’ERMA connait une croissance remarquable. La maitrise totale de l’exploitation et de la maintenance du réseau éclairage public est acquise », assure encore son premier responsable Abderazzak Bendjeni. Pour preuve, l’établissement est actuellement le seul et unique à prendre en charge tout ce quia trait à « la lumière » dans tout Alger. « C’est à partir de 2015 que l’ERMA que le champ d’intervention de l’ERMA est élargi à l’ensemble des 57 commune d’Alger », a explicité notre interlocuteur. Actuellement, l’établissement a, de ce fait à charge pas moins de 165 584 points lumineux répartis sur tout le territoire de l’algérois, l’ensemble des autoroutes d’Alger (261 km) ainsi que 3024 km de voirie. L’établissement est surtout un acteur incontournable dans le plan d’embellissement initié par les autorités locales de la wilaya en 2013. Un travail gigantesque certes, mais pas impossible. Pour ce faire justement et pour être « partout et bon moment », l’ERMA, toujours selon les explications nous ayant été fournies par son DG, outre ses 708 agents (majoritairement des agents d’intervention et exécution), est réparties en « unités », répartie, chacune sur l’ensemble des 13 circonscriptions administratives que compte la wilaya d’Alger. « Chaque unité dispose de sa propre équipe dont le nombre d’agents dépend de son champ d’intervention et de son matériel », a encore affirmé Abderazzak Bendjeni assurant par ailleurs que l’établissement dont il est le premier responsable, comptabilise 187 véhicules dont des camions nacelles des véhicules légers ainsi que des lève-poteaux. Le tout, sera renforcé par l’acquisition sous peu de sept nouveaux camions à grue.

Une entreprise référence
L’implication directe de l’ERMA dans la fluidité du trafic routier de nuit, la sécurité des déplacements des biens et personnes, la prolongation des activités nocturnes dans les agglomérations urbaines et le confort des usagers ne sont plus à démonter. L’ERMA « se veut avant tout », aux dires, de son DG, « un service public ». « Une nouvelle dynamique est créée conformément aux recommandations du wali d’Alger dont le plan d’action est de redonner à la ville son statut de capitale parmi les plus importantes du bassin méditerranéen », a assuré à ce propos Abderazzak Bendjeni. À l’instar des EPIC intervenant dans la mise en valeur de cette mégapole, a-t-il soutenu, nous œuvrons à donner, d’une part, satisfaction à l’usager et, d’autre part, à contribuer à son épanouissement. « Pour cela, notre devise est de nous rapprocher chaque jour davantage des usagers », a-t-il dit. En effet, la mise en place des outils modernes de communication : internet, SMS, fax et traitement des appels téléphoniques, registre de doléances a permis à l’ERMA, de « maîtriser » toutes les réclamations des usagers et à être à leur écoute avec courtoisie tout en traitant rapidement leurs doléances. « Toute réclamation est traitée dans les 24 heures par les services de l’ERMA, La mise en place des unités permet une intervention rapide et efficace avec un retour d’information aux usagers », assure Abderazzak Bendjeni. Ces efforts n’ont pas été vains d’autant que l’établissement a obtenu la qualification professionnelle catégorie six (06) interministériel au titre des activités travaux publics et bâtiment. L’ERMA est aussi, certifié ISO 9001 version 2008 depuis juin 2010. L’EPIC-ERMA a par ailleurs, mis en place un système de management de la qualité selon le référentiel international le plus récent ISO 9001 version 2008. Cet engagement volontaire vise l’amélioration du niveau de service public rendu aux usagers, le développement d’une culture orientée vers la satisfaction des clients par des prestations répondant à des normes de qualité, le maintien de l’ERMA à un niveau de compétitivité reconnue. Il convient de noter en fin que l’ERMA dont le chiffre d’affaire (année 2016) était d’un milliards Da cinq cent millions, n’intervient pas uniquement sur le réseau électrique (lampadaires et autres). C’est à l’établissement que revient aussi la prise en charge de 51 horloges publiques à travers Alger. Aussi, ce sont les agents de l’établissement qui font des façades de la Grand Poste d’Alger, de Basilique Notre Dame d’Afrique, du Palais des Raïs (Bastion 23), Riadh El Feth, Théâtre National Algérien, du Djamaâ El Djedid, du Djamaa El Kebir de la Grande Mosquée d’Alger et de la Citadelle d’Alger « des merveilles en lumières et en couleurs ». « Et en créant l’école de la lumière qui a une triple vocation : formation, contrôle de la qualité et bureau d’études, implantée dans la commune de Zéralda, nous a permis de perfectionner les agents de notre entreprise sur les problèmes liés à l’économie de l’énergie, à la maintenance et à la gestion de l’éclairage public», s’est félicité le directeur général de l’Etablissement de réalisation et de la maintenance de l’éclairage public de la wilaya d’Alger.
F.H.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Farid HOUALI

Les plus lus

L'Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Cybercriminalité
Par Dr. Djalila RAHALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF