Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 108 - Oct 2017

Go

Développement Local

LEpic qui veille la propret dAlger

Netcom

Par Yahia maouchi



Pari réussi pour la wilaya d’Alger. La création de l’EPIC Netcom, pour la collecte, tri, et traitement des déchets ménagers est manifestement arrivée à point nommé pour contribuer à rendre la capitale plus propre. Netcom est un établissement public à caractère industriel et commercial, issu de l’ex conseil populaire de la ville d’Alger, doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Il a été créé par un arrêté de Monsieur le Wali d’Alger N°449/SAGC/ du 07/06/1995, conformément aux dispositions du décret 83/2000 du 19/06/1983 portant conditions de création, d’organisation, et de fonctionnement de l’établissement public local à caractère industriel et commercial (EPIC).
Il semblerait que la capitale s’acheminerait doucement, mais sûrement vers le retour à la salubrité qui y a longtemps fait défaut.  Et cela grâce aux efforts consentis, quotidiennement, par les 5492 agents de l’Epic Netcom, chargés de la collecte des ordures ménagères et du nettoyage des kilomètres de trottoirs. NetCom arrive ainsi à couvrir 20% du territoire de la capitale, soit 28 communes sur les 57 de la capitale pour une population extrapolée en 2014 à plus de 4 millions d’habitants et une masse de déchets ménagers, estimée aux alentours de 5.000 tonnes/jour. Les 28 communes qui sont à la charge de l’entreprise sont classées comme hyper centre, des communes à forte densité, telles que la commune de Bab El Oued et celle de la Casbah qui comptent pas moins de 80 000 habitants au kilomètre. Ainsi, afin d’endiguer le problème de ramassage des ordures, la wilaya d’Alger ne lésine pas sur les moyens pour rénover et renforcer le parc matériel de l’EPIC avec l’acquisition de nouveaux engins d’intervention et de camions benne-tasseuse. Ainsi, les moyens matériels et humains dont dispose l’entreprise, aujourd’hui, sont importants. Elle dispose d’un patrimoine en exploitation lourd composé de 472 engins, 368 véhicules roulant de collecte, et 220 camions benne-tasseuse sillonnant les rues et artères d’Alger, au quotidien, en plus des micro-bennes, balayeuses, et des unités qui sont réparties sur l’ensemble du territoire de la ville d’Alger.  Dans le but de collecter le maximum de déchets, NetCom s’est vu doter de nouvelles machines à la pointe de la technologie, afin de réduire la quantité des déchets jetés sur les trottoirs. Selon les explications fournies par le directeur général de l’entreprise de collecte des ordures ménagères de la wilaya d’Alger Netcom, M. Ahmed Bellalia, des aspirateurs ont été acquis récemment et d’autres seront bientôt mis à la disposition des agents du nettoyage. « Dans notre démarche qui vise à moderniser l’activité de balayage, nous avons acquis du matériel moderne. Les agents chargés du nettoyage des trottoirs recevront encore des nouvelles balayeuses électriques. Aussi, des d’aspirateurs de type dorsal leur seront fournis, qu’ils porteront durant leur exercice. En outre les camions font des rondes sans interruption. Nous pensons qu’avec l’achat des nombreux camions, nous arriverons à assurer un rythme régulier », explique-il. Et d’ajouter : « D’autres machines seront acquises prochainement. » Eu égard au nombre réduit des balayeuses mécaniques et électriques, les responsables de NetCom ont décidé de placer toutes ces nouvelles machines dans les artères principales. « Actuellement, le nombre de balayeuses est un peu restreint. Nous avons décidé de placer ces agents avec leurs machines sur les routes principales de la capitale, telles que celles empruntées par les délégations officielles », assure-t-il, en affirmant que le balayage mécanique sera généralisé. D’autre part, l’élimination des camions à benne ouverte demeure l’un des principaux objectifs des responsables de cette Epic. « La collecte ne se fera plus avec des camions à benne ouverte, mais nous allons utiliser à titre exclusif la benne tasseuse. Avec, les prochains programmes d’équipement, nous allons acquérir uniquement une cinquantaine de banne tasseuse, et une dizaine de camions à benne ouverte qui seront utilisés uniquement dans la collecte des déchets encombrants sur la voie publique. La collecte des déchets ménagers se fera uniquement avec la benne tasseuse » rassure M. Bellalia. Par ailleurs, la répartition des 5169 agents d’exécution de NetCom se base, selon l’orateur sur plusieurs critères. Le plus important est celui de la densité de la population à l’intérieur de chaque commune. « Nous essayons d’affecter à chaque commune que nous couvrons un nombre adéquat d’agents. Dans certains quartiers, le ramassage des ordures se fait jusqu’à sept fois par jour » déplore-t-il.

Le ramassage des ordures est maîtrisé à 70%
Par ailleurs, le ramassage des déchets ménagers est maitrisé à 70% au niveau des 28 communes couvertes par Netcom. Pour M. Bellalia, le résultat est satisfaisant mais beaucoup reste à faire. Actuellement, les agents de Netcom travaillent 24h/24 et 7j/7, ils font un très bon travail, malgré le manque de moyen et l’incivisme de certains citoyens. « On couvre pratiquement tous les quartiers de nos communes. Nous sommes à plus de 60% de couverture en matière de bac à ordures ménagères. Pour les moyens de collecte au niveau de nos parcs, nous sommes à 70%, et dans les prochains budgets d’équipement, nous allons arriver à couvrir tous nos besoins en matière de camions » souligne le premier responsable de cette Epic. Par ailleurs, en plus de la création des structures techniques pour la gestion des parcs et de la voie publique, Netcom dispose d’un plan de collecte, et des balayeurs, qui couvrent la totalité des communes prises en charge par l’établissement. « Nous avons instauré un système de gestion administrative pour notre effectif, c’est ce qui nous a conduit a créé des structures qui s’occupaient de la communication, la sensibilisation, et le plus important, la formation et l’autoformation » se félicite-t-il. Pour couvrir le champ de ses interventions idéalement et dans les normes scientifiques et techniques, Netcom dispose d’un programme ambitieux. « Nous avons créé un centre de maintenance totalement Netcom. Un centre qui répond aux besoins de l’établissement, et on compte créer deux autres centres, et avoir un nouveau système de gestions des moyens roulants qui est en cours de préparation. Notre parc et nos moyens matériels demeurent l’épine dorsale de l’établissement. Pour cela, nous travaillons d’arrachepied pour y achever ce programme, une chose qui va nous permettre d’avoir une force de frappe efficace, utile, et rentable pour ce secteur » estime le premier responsable de Netcom.  

500 000 tonnes de déchets récoltés chaque année
L’Epic Netcom a procédé à la collecte de plus de 500 000 tonnes de déchets ménagers sur une superficie de 1680 km, soit l’équivalent de 1500 tonnes par jour, selon le rapport de l’année 2016 dressé par cette entreprise. Cette opération concerne le plastique, le carton, l’aluminium, le verre, le pain et les pneus, a précisé le rapport. Elle a pu également récupérer une quantité de pain de l’ordre de 20 tonnes au niveau des 28 communes qui sont à sa charge. Par ailleurs, le nombre de containers affectés à la collecte et au tri des déchets avait dépassé le nombres de 6.700. Pour ce qui est des opérations de tri sélectif, l’entreprise Netcom a affecté 73 centres de tri pour les déchets ménages ainsi que des containers spécialement conçus pour la collecte du pain et plastique et pour l’isolation du carton dans différents points de la capitale. A ce propos, le rapport indique que le tri sélectif a abouti à la récupération de 600 tonnes de produits tels que le carton, 25 tonnes de plastique ainsi que 20 tonnes de pain. « Sur le plan de collecte, nous sommes en phase de révision de nos plans, vu le changement de la ville qui doit être suivi par un changement de types d’interventions. Nous avons engagé un grand bureau d’étude pour la révision de nos plans de collecte, et nous avons une cellule au sein de l’établissement qui veuille à revoir le plan de nos interventions. Et avant la fin de l’année en cours, nous allons sortir avec un nouveau plan de collecte homogène, général, qui touche à tous les aspects, et à tous les créneaux liés à la collecte » révèle M. Bellalia. Par ailleurs, pour la réalisation des objectifs escomptés et pour une transition vers le professionnalisme dans cette activité, le premier responsable de l’Epic Netcom souligne l’impératif de suivre des programmes de management dans l’organisation avec le recours aux technologies modernes en matière de gestion et de suivi.

Ecole Netcom une première du genre 
Pour bien former ses agents, l’Epic Netcom a ouvert une école de formation en janvier 2007. Cette école, la première du genre, destinée aux travailleurs de la voirie, assure la formation interne des agents techniques de l’Epic Netcom. « Cela va du balayeur jusqu’au chef de secteur, et la qualité de la formation dispensée à nos agents répond largement aux besoins du secteur », nous a assuré M. Bellalia, directeur général de l’Epic Netcom. L’objectif, souhaité par cet établissement de wilaya où activent près de 5500 travailleurs, est la formation spécifique des agents à l’activité de l’établissement « sans négliger pour autant de s’intéresser aux comportements et la moralité de ces agents », relève-t-il. Cet établissement de formation, sis à Bologhine et d’où ont transité plus de 2 000 agents depuis sa création, a pour objectif de sensibiliser et de former le personnel au métier d’éboueur et de les initier aux différentes techniques de collecte et au respect des mesures de sécurité. Au regard des divers obstacles que rencontrent ces soldats de la propreté dont la tenue verte est reconnaissable de loin lors de leur sortie, il est évident que la propreté n’est pas l’affaire d’une seule partie, mais aussi du citoyen, qui est l’acteur principal et qui doit s’impliquer pour permettre de garder un espace commun propre et beau. Mais à voir l’incivisme de l’Algérien qui l’a érigé en mode de vie, qu’il est long le chemin à parcourir pour assimiler les vertus et les valeurs du civisme. « Le rôle de nos agents ne se limite pas uniquement à la collecte et au tri des ordures ménagères, mais nous lui inculquons au niveau de cette école, l’esprit de la communication avec la population. Ainsi, notre agent, en plus de la mission qu’il accompli, il participe dans la transmission de nos messages à la population. Nos agents, sont devenus ainsi des intermédiaires qui assurent le lient entre l’administration et la population. C’était un saut qualitatif. Il est plus important que l’aspect matériel » se réjouit-il. En plus de l’école, les responsables de Netcom ont mis en place un système de géolocalisation pour toute sa flotte. Un système qui leur permet la localisation instantanée des camions de collecte avec plusieurs données collectées à savoir, le nom du chauffeur, l’immatriculation du véhicule, le Kilométrage parcouru, le temps d’arrêt, la vitesse moyenne, et la durée de conservations des données est 5 ans.

L’incivisme, la bête noire de Netcom
Dans les 28 communes desservies par Net Com, le ramassage des ordures ménagères n’est pas toujours facile. « En l’absence de l’éclairage et de sécurité, le travail de nuit est risqué pour nos agents », nous affirme le premier responsable de cette Epic. En outre, les
« naqayine » de l’Epic Netcom qu’on appelle à tort « zaballine », pointent également du doigt, souvent, l’incivisme des citoyens qui balancent dans l’espace public leurs ballots de déchets quand ils veulent, là où ça leur chante et n’importe comment. Devant cette situation peu reluisante, Netcom a organisé des campagnes de sensibilisation aux dangers de l’accumulation des ordures pour la santé et l’environnement en direction des citoyens. « C’est une situation que nous vivons hélas au quotidien, les citoyens jettent leurs ordures partout, sans se soucier de la propreté de leur quartier. Je crois que c’est un problème d’éducation » déplore M. Bellalia. Il est clair que cette saleté n’incombe point aux services de ramassage qui font de leur mieux, mais l’ampleur des ordures est telle qu’ils se sentent dépassés. « C’est l’incivisme qui est derrière cette situation. Les ordures ménagères doivent être jetées dans les bacs prévus à cet effet, et non sur la voie publique » rappelle notre interlocuteur. En outre, il convient de savoir qu’en dépit de l’installation des bacs à ordures dans toutes les ruelles d’Alger, les citoyens préfèrent se débarrasser à leur façon de leurs ordures, même si cela gêne autrui. Une chose reste toutefois certaine c’est l’implication du citoyen, sinon toute opération sera vouée immanquablement à l’échec. Pour inciter les habitants à déposer leurs déchets ménagers dans des sacs bien fermés entre 19h et 22h, les responsables de Net Com ont opté pour l’affichage multiple. Une cellule de communication et de sensibilisation qui fait le porte à porte, l’organisation des salons et des expositions dans les écoles, aux plages, et aux placettes publiques, a été créé à cet effet. « On intervient à chaque événement, par l’intermédiaire de cette cellule, pour pouvoir transmettre le maximum de nos messages à la population. On estime que cette année, se sera celle de la communication, car nous l’avons renforcé par des moyens humains, et en compte renforcer d’avantage cette mission » annonce M. Bellalia. L’autre contrainte à laquelle sont confrontés les employés de Net Com, en plus de l’incivisme, est celle relative au tri des déchets. En outre, du fait de leur topographie, certains sites sont inaccessibles aux véhicules motorisés et plus particulièrement au niveau de la haute Casbah où la méthode de collecte classique de balayage manuel et de collecte des ordures avec l’aide d’ânes, est d’usage depuis l’ère ottomane déjà. En somme, en dépit de toutes ces contraintes, une amélioration notable se remarque surtout au niveau des grandes communes d’Alger : Alger Centre, Hydra, Ben Aknoun El Biar, El Mouradia... Des poubelles -à la couleur de l’écologie- placées un peu partout, des balayeurs qui n’arrêtent pas, les agents de Net Com qui effectuent plusieurs rotations dans la journée. Enfin, la propreté n’est pas uniquement une affaire technique, nous sommes tous concernés.

Y.M.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Yahia maouchi

Les plus lus

L'Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Cybercriminalité
Par Dr. Djalila RAHALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF