Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 107 - Août 2017

Go

Développement Local

Monsieur logement

Mohamed Smail, président de la commission logement à la wilaya d’Alger

Par Smail ROUHA



Il y a 60 ans au 5, rue des Abderames, les paras français dynamitaient la cache de Hassiba Ben Bouali, Ali La Pointe, P’tit Omar et Mahmoud Bouhamidi. Une apocalyptique explosion et la maison s'écroula, emportant par son souffle d'autres habitations. Dans l’une d’elles, au 9 Rue des Abderames, un enfant de 3 ans, Mohammed Smail, actuel président de la commission de relogement à la wilaya d’Alger, était coincé sous les décombres. Il n’eut la vie sauve qu’au courage d’un voisin, Ali Melekchi dit ammi Ali Smina. 50 ans plus tard, Mohammed Smail échappe encore à la mort le 11 avril 2007, lors de l’attentat terroriste ayant ciblé le Palais du gouvernement, alors qu’il devait exposer un dossier à l’actuel ministre des Ressources en eau, Abdelkader Ouali, alors Secrétaire général au ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales. La mort n’était pas encore au rendez-vous. Normal d’être rattrapé par l’histoire quand on n’est que le petit-fils de cheikh Omar Smail, principal fondateur de l'Association des oulémas musulmans algériens.  C’est à la Casbah d’Alger, au 9 Rue des Abderames, mitoyenne à la maison où sont décédés les quatre martyrs et d’autre, que Mohammed Smaïl grandit au sein d’une famille algéroise de sept enfants, tous nés dans la demeure familiale, au même titre son père, ancien moudjahid et décédé, et sa mère, actuellement alitée auxquels il a tenu à rendre un grand hommage en soulignant : « Baba  rabani oukarani ou Yama rafdathni (Mon père m’a élevé et m’a éduqué tandis que ma mère m’a toujours soutenu)» dans la mesure ou elle l'a toujours encouragé à faire ce qu’il voulait. Dans les années 1960, Mohammed fréquenta l’école coranique avant d’intégrer l’école Ourida Meddah ensuite le Collège Sarrouy, toujours à Soustara. Mohammed se remémore quelques souvenirs d’enfance lorsqu’il pratiquait le judo à l’AS El-Biar en compagnie des Abad, Idir, Boubaha, Boucetta, sous la houlette de cheikh Ahmed qui lui permit d’atteindre ensuite les demi-finales du championnat universitaire de 1978. Bon élève, il poursuit son cursus au lycée Okba d’Alger. Avant d’entrer au lycée, il rejoint les Scouts musulmans. Période qui marquera son parcours artistique puisqu’il sera tour à tour animateur de colonie de vacances, comédien de théâtre au lycée. Amateur de musique algérienne, passionné de Sidi Lakhdar Benmakhlouf, Mohammed Smail côtoiera les Kobi, Nouni, Chercham, Tamach, Guerouabi, Boudjemaa El Ankis et d’autres maitres du chaâbi. Sportif accompli et mordu du football, notamment du Mouloudia d’Alger, club dont Mohammed sera vice-président du Club sportif amateur de 2012 à 2016.  Si Hacène Lalmas demeure sa référence footballistique, il n’en demeure pas que Mohammed a côtoyé les grands noms de la balle ronde algérienne à l’instar des Bachi, Betrouni, Bencheikh, Badji,  Assad, Kouici, Raho et autres.

Des travaux publics au logement

Déterminé, il s’inscrit, après l’obtention de son baccalauréat, à l’Ecole nationale des travaux publics de Dar El Beida. Diplômé en juin 1980, Mohammed Smail rejoint la Duch d’Alger en septembre 1980, sous la direction de Mohammed Cherouk qui lui a appris la rigueur et le sérieux dans le travail. Il est chargé, deux ans durant, du VRD des nouveaux pôles urbains de Ain Naâdja, Said Hamdine, Bab Ezzouar, Garidi. C’est durant cette période qu’il effectuera sa première mission d’importance lors du séisme de Chlef. En 1982, il est nommé subdivisionnaire à Bab Ezzouar pour chapeauter son premier programme de logement. Mais ce n’est qu’entre 1982 et 1984 que Mohammed Smail dirigera ses premières opérations de relogement celles de Makam Echahid et de la Casbah. Une expérience qu’il renouvellera durant toute sa carrière professionnelle au point d’être surnommé « Monsieur Logement ». Logique pour celui qui a épousé une architecte enseignante à l’EPAU et dont l’union est sanctionnée par deux enfants Selma et Karim Younes. En 1987, il est rappelé à la Duch d’Alger mais en tant que chef de bureau avant d’occuper le poste de chef de service de 1989 à 1994. Période qui a permis à Mohammed Smail d’assurer l’intérim de la direction de la construction pendant 6 mois et de participer activement à l’élaboration du Plan directeur d’urbanisme et d’aménagement adopté en 1995. Du fait que le diplôme d’ingénieur mène à des métiers variés, y compris au sein d’un même secteur d’activité, en 1995 l’Etat lui octroie une bourse pour un master de management de l’immobilier de la construction et de l’aménagement à l’Ecole de commerce de Marseille, avec pour thème « L’Habitat face aux nouvelles mutations socioéconomiques ». Le diplôme, acquis avec les félicitations du jury, retour en Algérie en 1997 pour prendre en charge les équipements publics au niveau de la direction de la construction de la wilaya d’Alger. L’ascension professionnelle sera sanctionnée par le poste d’ingénieur principal puis d’ingénieur en chef en 2000. 

L’homme aux 13 walis

Avec l’élection en 1999 de Abdelaziz Bouteflika à la présidence de la République, l’Algérie allait connaitre un boom en matière de réalisation de logements. De 2000 à la fin de 2016, plus de 3 millions de logements toutes formules confondues ont été réalisés à l'échelle nationale et les programmes sont en cours. Pour ce faire, il fallait des hommes de terrain et de décisions. Dans ce sens, l’ancien wali d’Alger, Abdelmalek Nourani n’a pas hésité à confier la direction du logement à Mohammed Smail en 2000. « Abdelmalek Nourani a marqué ma carrière par sa méthode de travail, sa rigueur, son savoir-faire et son abnégation », reconnaît Mohammed Smail qui a pris part au relogement des familles sinistrées des inondations de Bab El-Oued de 2001et du séisme de 2003.Un programme pris en charge dans la continuité par Mohammed Addou avec lequel Mohammed Smail lancera les programmes de logements et d’éradication des bidonvilles. Comme il a contribué à l’élaboration du nouveau PDAU d’Alger et du plan stratégique d’Alger. Durant cette période en 2009 se fut le pèlerinage à la Mecque où il rencontrera à Minane Cheikh Abou Abesselem et Noureddine Morsli. 
La nomination de Abdelkader Zoukh à la tête de l’exécutif de la wilaya d’Alger lui permettra de superviser et de contrôler les opérations de relogement inscrites dans le cadre de l’éradication de l’habitat précaire. Durant cette période charnière de ma carrière, dira Mohammed Smail, une certaine bougie éteinte par les vents du passé a été ré-allumée en moi à travers l’abnégation, la rigueur, le courage et la vivacité de Abdelkader Zoukh. A travers sa longue carrière Mohammed Smail a pris part à la réalisation de plus de 150 000 logements. « Durant 2004-2013, j’ai eu à prendre en charge en plus de mes activités la réhabilitation du Jardin d’essai, j’ai passé plus de 18 mois j’assumais la mission de suivi des opérations de confortement de l’école d’horticulture, la réhabilitation de la crèche, du zoo, de la maison d’hôte ainsi que la reprise totale du chalet bleu, les travaux d’hydraulique et de voirie étaient pris par le directeur de l’hydraulique et le directeur des travaux publics, il fut inauguré par son Excellence le Président de la République. Ce fut pour moi un honneur de participer à la remise en état de cet espace de plus de 32 hectares sur la capitale, aujourd’hui c’est un espace de visite pour tous les hôtes de l’Algérie il est devenu une fierté de la capitale », confie Mohammed Smail qui a eu le privilège de travailler sous les ordres de treize walis et qui a pris part à l’exposition sur l'habitat à Alger, une ville qui a décidé d'éliminer les bidonvilles, organisée en octobre 2016 à New York au siège de l’ONU.
 S.R



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Smail ROUHA

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF