Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 105 - Mai 2017

Go

Développement Local

La passion, l’art et la baraka

Abdelkader Zoukh, wali d’Alger

Nouredine Yazid Zerhouni



Zoukh les a tous les trois. La passion ; c’est cette hargne au travail et à l’assiduité de son suivi. L’art ; il sait le pourquoi du comment quand et où. La baraka, c’est toute une symbiose entremêlée de sainteté, de foi et de spiritualité. Celle de Sid el Khier rajoutée à Sidi Abderrahmane ; il n’en est que fortement stimulé. Il serait le seul wali à visiter le mausolée du saint patron de la ville d’Alger, dit-on dans la cité d’El Mahroussa.
Mettant à profit les différents programmes du président de la République, les services structurels de la wilaya d’Alger voyaient en leur réalisation un challenge. Le défi s'est prescrit tant dans le délai, que dans le coût et la qualité. Le chef de l'exécutif en la personne de Abdelkader Zoukh est typiquement conscient de la mission de bâtisseur, réaménageur et surtout de relogeur qui lui est dévolue. A l'entendre disséquer avec brio la « vasteté » des actions entreprises, l'œil s'érige en preuve testimoniale pour venir corroborer dires et réalités. L'on sentait dans son langage, non pas un discours usuel, mais bel et bien une conviction et une ferme évidence qui dégage un sentiment de l'œuvre accomplie. Alger capitale sans bidonville n’est plus un projet, c’est un constat. Ce qui nous ramène un peu vers ce désir d'avoir la tentation de voir comment fonctionne la personnalité d'un wali. Zoukh ne cherche pas à plaire, il est en quête de contenter ses concitoyens. Sa sincérité et son langage franc et direct font de lui un gestionnaire visionnaire et très prévoyant. Il est au-devant de toutes les attentes citoyennes.    
Il existe des wilayas où l'humeur du wali est en fait une loi. Il existe des walis dont la loi n'est que la loi. Malgré les pressions diversifiées, ils font juste ce que leur dictent les dispositions juridiques. C’est ce qui ressort des déclarations qui nous ont été faites en présence du wali Zoukh par l’un de ses proches collaborateurs au cabinet. Point de tempérament personnel dans le traitement de l'assiette foncière ni de caractère individuel dans le dénouement d'une affaire de salubrité publique. La hargne, les points de fixation allant jusqu'au handicap complexant auraient fait de certains walis, des gestionnaires à la carte. Guidés par un instinct tout juste intuitu-personae ; ils ont confondu, à une certaine époque, manière de gérer et style de régner. Cependant, depuis peu, la conjoncture actuelle que vit le pays et les enjeux qui s’en découlent recommandent avec stridence l’émergence d’une nouvelle culture de gestion. Celle-ci ne peut aboutir, en final objectif que par la réussite d’une démarche audacieuse de développement local. C’est donc au collège des walis, des walis délégués et de tout le personnel des collectivités locales qu’échoit le devoir de réussir. Abdelkader Zoukh est justement de ces commis de l'Etat qui n'ont de cure que le développement local en toute conformité avec les lois de la République et les intérêts suprêmes de la cité. La réhabilitation du bâti, le recasement, le bonheur social, l’amélioration urbaine dans la bouche de M. Zoukh n'est pas un vain mot. C'est une vérité qui s'est inscrite dans le registre des réalisations.
Si sa personne n'est qu'une représentation dépositaire de l'autorité légale de l'Etat, sa personnalité est cependant un garant de réussite. La communication franche et en toute aisance semble faire de cet homme à l'accès abordable, une icône exemplaire dans la moralisation de la haute fonction.
Car dans le subconscient populaire, un wali est la clé de tous les problèmes. Omettant au passage que ce personnel, hautement placé déboucle non sans détermination des situations scabreuses. A Alger, la conception de wali dépasse l'individualité de la personne investie de la mission, car elle se moud dans une collégialité efficace, managériale et rapporteuse. Le wali est un signe de pérennité de l'Etat. Les walis passent et repassent. Le sentiment local fait le reste. Là où M. Zoukh passe, il laisse ses traces. Chaque cité en a eu à enregistrer avec satisfaction ses empreintes d’une originalité exceptionnelle. C’est un homme de terrain, pragmatique. Il voit les choses comme les verront ses concitoyens. Il a cette aptitude de pouvoir se placer aisément dans la tête de ce que veut en finalité le citoyen.
Ici dans cette wilaya, le temps se rattrape et se colle à la mémoire collective. Dans les milieux au fait des échos de coulisses et ayant une oreillette citadine branchée, l'on parle d'un changement dans l’image de la capitale. Sachant que le wali met toute son ardeur pour comprendre les jeunes et les moins jeunes ; les réaménagements d’espaces publics, les lieux de loisir et de convivialité, de sport, de détente et de cadre de vie viennent comme une réponse à ces multiples exigences.
Alger n’est pas une ville. C’est plusieurs villes. La gérer en tous ses points cardinaux reste une tâche titanesque. Lorsque les besoins sont immenses et les moyens limités, il ne reste que la passion, l’art et la baraka pour réussir.
E.Y.D.

Abdelkader Zoukh aux Algérois :
« Il faut aimer le pays… oui l’amour d’un pays n’est pas un simple sentiment, c’est un exercice citoyen… une pratique quotidienne »

Bio-express :
Soixante-huit ans. Doyen des walis de la République, Zoukh est titulaire de deux capacités en droit de la Faculté de droit de Ben Aknoun (Alger), d'un diplôme de l'Ecole nationale d'administration (ENA) d'Alger et d’un autre en management comparatif de l'Ecole nationale d'administration publique du Québec (Canada). Il a été wali de M’sila, Ain Temouchent, Mostaganem, Oran, Médéa, Sétif et depuis le 24 octobre 2013 à Alger.
Distinction nationale : Abdelkader Zoukh a été décoré par le Président de la République de l'Ordre national du mérite Achir, pour son long parcours professionnel ainsi que pour sa prouesse dans la gestion de la capitale. Il est ainsi l’unique wali à avoir ce mérite. « L'ordre du Mérite national
() est un ordre algérien institué le 2 janvier 1984. Il récompense les services éminents rendus au pays dans une fonction civile, publique ou militaire ainsi que les services exceptionnels rendus à la Révolution. Il est également destiné aux citoyens ayant contribué à rehausser le prestige du pays ».

Pour la mécanisation des escaliers d’Alger
A.H., une septuagénaire, rencontrée lors de l’hommage rendu à l’occasion du 60e anniversaire de l’assassinat du martyr Larbi Ben M’hidi célébré le 4 mars 2017 à la libraire Chaïb-Dzaïr (ANEP), voyant ma mine de
«journaliste» m’interpellait maternellement : « Dites à Zoukh de nous faire des escaliers mécaniques, nous n’en pouvons plus, les escaliers nous ont eu à la longue, d’ autant plus qu’il fait de belles choses à Alger.»
Géniale idée ! L’accomplissement du vœu de cette honorable dame, veuve de chahid, est à la portée de main de Abdelkader Zoukh. Cette action unique et inédite dont il n’est que capable pourrait faire de lui le premier réalisateur d’une telle œuvre au niveau de tout le pays… peut être de l’Afrique….

Indiscrétions :
Rares sont ceux qui connaissent le côté passionnel pour l’art et la culture de Abdelkader Zoukh. En grand mécène, il ne cesse en toute modestie et sans tapage d’encourager l’innovation et la créativité. A côté de son penchant de tirer grand plaisir d’un livre que l’on lui dédicace, il admire les œuvres d’art et cultive l’art de les collectionner. Un Monsieur qui respecte les gens de lettres et de culture, témoignent les intéressés.
Lors de son passage comme wali à Sétif et à l’occasion d’une exposition artistique publique, il a remarqué un joli tableau qui semblait le captiver. Refusant qu’il lui soit offert, il en a demandé le prix. Une fois celui-ci fixé timidement par l’auteur, Zoukh a remis un chèque personnel libellé à deux fois le prix exprimé et a assené paternellement à l’artiste plasticienne : « il n’a pas de coût, il a une grande valeur ? »



Articles de la même rubrique

Les plus lus

HB Technologies
Par Farid HOUALI.

Abdelkader Zoukh, wali d’Alger
Nouredine Yazid Zerhouni.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF