Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 117 - Nov 2018

Go

Actualités

« Paris doit regarder la vérité sur les massacres du 17 octobre 1961 »

En visite à Alger, Bertrand Delanoë affirme :

Par Meriem Ali MARINA



Paris devait avoir «le courage de dire la vérité historique» sur la répression « sanglante » commise par les autorités françaises d’une manifestation pour l’indépendance des Algériens à Paris, un certain 17 octobre 1961. Cette exigence émane du maire de Paris, Bertrand Delanoë, en visite à Alger. « Dès l’année de mon élection en 2001, j’ai voulu que Paris dise la vérité, rende hommage aux victimes du massacre du 17 octobre 1961, lorsque les Algériens, à la conquête légitime de leur indépendance, ont été réprimés et jetés à la Seine avec beaucoup de morts », a indiqué Bertrand Delanoë lors d’une conférence de presse animée conjointement avec le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, en marge d’une visite au Jardin d’Essai. Au cours de son séjour à Alger, le maire de Paris a rendu une visite de courtoisie au président de la République, Abdelaziz Bouteflika.  Au cours de l’audience, le maire de Paris a présenté au président Bouteflika un exposé sur les projets communs entre les deux capitales (Alger et Paris) et sur les perspectives d’une coopération efficiente, à long terme, en matière de gestion urbaine dans ses différents segments dans le cadre d’un nouveau partenariat.
Le maire de Paris a, en outre, relevé, lors de sa conférence de presse, que la coopération entre les deux villes (Alger et Paris) est « concrète» et « fondamentale», insistant sur la nécessité de l’accompagner avec «des valeurs et des convictions profondes» comme celle relative au Jardin d’Essai ou à l’urbanisme. Sinon, a-t-il noté, « on passe à côté d’une chance de réunir les jeunesses de nos pays qui n’ont qu’une envie, celle de vivre en paix et dans la relation fraternelle». «Les relations entre la France et l’Algérie méritent que la capitale de la France soit dans une exigence de vérité et d’action de coopération avec la grande capitale de l’Etat algérien», a  encore assuré Bertrand Delanoë. Dans ce cadre, le maire de Paris a annoncé que la capitale française compte prendre part à l’opération de rénovation et de réhabilitation de la ville d’Alger, « notamment des immeubles vétustes ». Bertrand Delanoë a précisé dans ce contexte que « des discussions, dans ce sens, entre les autorités locales des deux villes sont en cours », notant à l’occasion que la ville de Paris entendait «accompagner l’ambition de la wilaya d’Alger dans la rénovation d’une large promenade». Pour lui, il est nécessaire de  « renforcer la coopération entre les deux métropoles dans le cadre de l’opération d’embellissement de la ville d’Alger ». «La coopération entre la ville de Paris et la wilaya d’Alger est complète et authentique», a-t-il affirmé avant de souligner : « Il faut sortir du complexe du colonisé. L’Algérie est un pays indépendant à part entière. La France n’est pas meilleure que l’Algérie en termes de compétences et de savoir-faire. La France apporte une valeur ajoutée en tant que pays ami et partenaire. »  «Je sens l’ambition d’Alger pour être une grande métropole mondiale qui s’inscrit dans le développement durable, et qui sert à la fois la qualité de vie des Algérois, le développement économique et l’ambition environnementale», a ajouté le maire de Paris qui a précisé que le volet de la coopération concernera, également, l’aspect urbanistique, en intégrant la mobilité durable (problème de déplacement), avec la venue d’une équipe de l’atelier parisien d’urbanisme pour faire bénéficier leurs homologues algérois de leur expertise.  A quatre mois de son départ  de la mairie de Paris, Bertrand Delanoë a aussi évoqué le « destin commun des deux capitales par le baptême de lieux à Paris », portant le nom de personnalités importantes pour les deux pays. Il s’agit d’une place de l’Émir Abdelkader, une autre place Maurice Audin, ce jeune mathématicien communiste, mort sous la torture en 1957 pour défendre l’indépendance de l’Algérie ou une bibliothèque au nom du penseur algérien Mohammed Arkoun décédé en 2010. Il convient de rappeler enfin  que le jardin d’Essai, un des plus beaux jardins au monde, a été construit par les Français dès 1832. Il avait été réhabilité en 2003 avec le concours de la Ville de Paris. Un total de onze experts ont prêté main-forte aux Algériens pour restituer toute sa majesté à ce jardin qui avait été délaissé des années durant.

Sellal reçoit le maire de Paris
En visite à Alger le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a été reçu en audience par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal en présence de Abdelkader Zoukh, wali d’Alger.
L’entretien a porté essentiellement sur les perspectives de coopération entre les deux capitales, notamment en matière de gestion locale, ainsi que sur les voies et moyens d’une collaboration effective et de long terme dans le domaine de la gestion urbaine à travers toutes ses composantes.
Les perspectives de développement des relations bilatérales, notamment en matière d’échanges d’expérience, de savoir-faire et de formation (des formateurs, des élus, des cadres et des fonctionnaires) ont été abordées lors de l’audience accordée par Tayeb Belaiz, ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, au maire de Paris. Une rencontre mise à profit pour encourager les opérations de coopération qui ont été engagées avec la mairie de Paris à travers divers projets tels que celui de la réhabilitation du Jardin d’Essai à Alger. D’ailleurs, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales a exprimé la disponibilité de l’Algérie à consolider toutes les opérations de partenariat et de jumelage qui existent depuis quelques années entre les deux pays. Pour rappel, un accord d’amitié et de coopération entre la wilaya d’Alger et la mairie de Paris avait été signé en France en janvier 2003. Les deux collectivités entretiennent, depuis, des relations de coopération décentralisées. L’accord porte principalement sur la gestion urbaine, l’organisation et la modernisation de l’administration municipale, la formation des personnels techniques et administratifs ainsi que la coopération culturelle et scientifique. Des rencontres entre les collectivités locales algériennes et françaises avaient eu lieu en 1999 à Alger et en 2004 à Paris.
 
M A. M



Du même auteur

Par Meriem Ali MARINA

Les plus lus

Energie renouvelables
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF