Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 125 - Dec 2019

Go

Dossier

L’armature de l’industrie nationale

Groupe des industries métallurgiques et sidérurgiques

Par Smail ROUHA



Armature de tout projet d’industrialisation, le secteur sidérurgique est le préalable et l’assise des programmes d’équipement et de modernisation. L’acier est le matériau intermédiaire qui est indispensable à la fabrication de toute la gamme de produits finis à forte valeur ajoutée. Symbole de la révolution industrielle et pivot de l’industrialisation, il est le marqueur de l’accession au statut d’économie moderne disposant d’une industrie « lourde » génératrice de biens d’équipement, de machines et d’appareils mécaniques. De la Grande-Bretagne à l’Union soviétique, en passant par les autres pays européens et les Etats-Unis, l’industrialisation est synonyme de production d’acier. Pour les économies primaires et exportatrices de matières premières, l’édification d’une industrie sidérurgique dénoterait le passage vers des économies aptes à réaliser la transformation sur place. Par ses effets induits, l’industrie lourde est susceptible de dynamiser l’ensemble de l’économie. Créatrice directe et indirecte d’emplois, levier de relèvement du niveau de vie, elle constitue un facteur clé de développement économique et social. Aspiration partagée par l’Algérie qui, dès son indépendance, a accordé la priorité à la mise en place d’une base industrielle publique diversifiée, et dont la production était exclusivement destinée au marché intérieur, leitmotiv des différents programmes économiques du fait que le développement va de pair avec l’acquisition de l’indépendance et repose, en dernière instance, sur la construction d’une aciérie. Une stratégie confiée, actuellement, au Groupe des industries métallurgiques et sidérurgiques (IMETAL) – jouissant d’une réputation forgée en acier – un acteur public économique, qui « vise à redonner à la Sidérurgie algérienne ses lettres de noblesse. « Le développement de la sidérurgie permettra, d’une part, l’approvisionnement en intrants, dans de meilleures conditions, des industries de transformation et, d’autre part, la réduction de la facture d’importation des produits sidérurgiques », comme le souligne Tarik Bouslama, président-directeur général du groupe dans son mot posté sur le site web du groupe. Pour ce faire, Imetal a tracé un plan stratégique à même de porter, à moyen terme, encore plus loin les couleurs de l’industrie sidérurgique, avec l’ambition de devenir l’opérateur de référence.   Un plan d’action 2019-2026 orienté vers la réorganisation des EPE relevant de son portefeuille par métier, avec pour objectifs de consolider la force du groupe par la synergie entre l’ensemble des filiales, d’optimiser l’utilisation des crédits d’investissement accordés par l’Etat et de renforcer l’efficacité et l’efficience de l’organisation du groupe, a été adopté. Un plan d’action devant permettre au groupe d’avoir une croissance à 2 chiffres, de réaffirmer sa position au niveau national et d’avoir des possibilités réelles de réaliser ses ambitions afin de placer ses différents produits à l’international.

 

La veille stratégique

Nul doute, la capacité à comprendre le monde est aujourd’hui la qualité la plus recherchée par les entreprises. C’est justement cette connaissance internationale que le groupe Imetal tente de développer en mettant en place des dispositifs pour la veille stratégique et ce afin de se conformer au standard international en termes d’organisation d’entreprise, et surtout, en dépit de l’exigence du marché (national et international). La veille stratégique est l’activité qui permet à l’entreprise d’identifier ses concurrents actuels et potentiels et de mieux comprendre leurs forces et faiblesses, leurs objectifs et leurs stratégies, leurs chiffres d’affaires et capitaux propres, de façon à anticiper les décisions susceptibles d’influencer le devenir de l’entreprise. En effet, surveiller l’environnement économique, une nécessité absolue pour les entreprises car leur survie en dépend. Plus que visualiser sa géostratégie d’entreprise comme un pouvoir scientifique de décision, c’est anticiper afin de préparer l’avenir et prévenir les impacts négatifs. C’est dire la place qu’occupent l’innovation et l’anticipation au niveau du groupe Imetal dans sa quête de nouveaux marchés d’autant plus que le produit proposé par le groupe et ses filiales est de qualité. « La position géostratégique et géopolitique de l’Algérie octroie une situation favorable et avantageuse à Imetal, de par les opportunités d’ouverture à l’international et son projet de réorganisation en interne qui s’inscrit dans le standard international d’une organisation moderne et efficiente», souligne Tarik Bouslama.

Cap sur le partenariat national

Récemment, le groupe Imetal a signé une convention-cadre avec le groupe Sonelgaz pour la promotion de la fabrication localement d’équipements sidérurgiques et métallurgiques utilisés dans les secteurs électrique et gazier. Cette convention-cadre, qui répond aux orientations du Premier ministre tendant à améliorer les performances de l’économie nationale, a pour objectifs, d’une part, la substitution aux importations de biens et services par la promotion de la production nationale et la satisfaction des besoins des sociétés du groupe Sonelgaz, en priorité par la production nationale, dans le domaine des activités des EPE du groupe Imetal, et, d’autre part, la souscription par les EPE du groupe Imetal, auprès des filiales du groupe Sonelgaz, de toute commande pouvant répondre à leurs besoins, la création de la valeur ajoutée localement et la sauvegarde de l’emploi et/ou la création de nouveaux postes de travail. Dans le même registre, le groupe Imetal a été invité par le ministère de l’Energie à accompagner les projets de Sonatrach. « Dorénavant dans chaque projet d’investissement de Sonatrach à l’étranger, le groupe Imetal sera présent via ses produits. Il en sera de même avec Sonelgaz », précise Tarik Bouslama qui a instruits les différentes filiales du groupe à promouvoir les produits de la sidérurgie et de la métallurgie et à augmenter le niveau d’intégration dans les filiales du groupe. Pour rappel, Imetal a décidé de s’impliquer dans le processus de promotion des exportations hors hydrocarbures et compte mettre le cap sur l’international. Cette implication trouvera ses points d’ancrage dans l’exportation des produits fabriqués par les filiales du groupe. « Sur le plan externe, nous ne pouvons agir que dans le cadre de ce que la loi autorise. Dans ce registre, nous comptons créer des antennes pour la promotion des produits du groupe. En plus, à chaque fois que c’est nécessaire, le groupe recourra au partenariat international et établira des alliances stratégiques en vue de bénéficier d’apports technique, financier et de savoir-faire pour, d’une part, consolider le positionnement actuel sur le marché, et, d’autre part, pénétrer des marchés à l’international », indique Tarek Bouslama, P-DG du groupe Imetal.

 

Bâtir le présent, construire l’avenir

Créé de la fusion-absorption des groupes et entreprises publiques des Ex- Sociétés de gestion des participations : Transolb Spa (Transformations sidérurgiques) et Construmet Spa (Construction métallique), le groupe Imetal, premier groupe sidérurgique en Algérie, est né de la restructuration du secteur public marchand du 23 février 2015.

De par sa configuration, Imetal est le lien entre l’activité mines en amont et l’activité sidérurgique, en aval. Cette entité a de grandes potentialités qui lui permettent de relever le défi et d’être une entreprise rentable et citoyenne. Avec un chiffre d’affaires consolidé de 100 milliards de dinars, et totalisant un effectif de plus de 25.000 agents, le groupe Imetal possède un portefeuille constitué de deux types d’entreprises :

20 entreprises détenues à 100% auxquelles sont rattachées 36 unités opérationnelles de production, de construction et de services, implantées à travers le territoire national.

20 partenariats dont 11 participations majoritaires.

Faisant sienne la politique industrielle nationale, le groupe Imetal s’est fixé pour objectif de consolider sa position de leader dans ses domaines d’activité où il est l’un des principaux fournisseurs des marchés des hydrocarbures, de l’hydraulique et du BTP en produits sidérurgiques, équipements et ouvrages métalliques. Pour l’atteinte de cet objectif, le groupe a opté pour une stratégie d’expansion combinant, d’une part, une croissance interne dynamique, en multipliant les investissements de renouvellement, d’extension et de diversification des gammes de produits, et, d’autre part, une croissance externe sélective pour aborder de nouveaux marchés présentant un potentiel de croissance attractif pour le groupe. Dans cette perspective, Imetal a opté pour une stratégie favorisant les activités porteuses et ciblant les projets d’envergure à haute valeur ajoutée et créateurs d’emplois. L’objectif est de permettre au groupe d’atteindre une dimension supérieure, d’améliorer sa rentabilité et de contribuer d’une manière plus conséquente à la satisfaction des besoins nationaux en produits sidérurgiques, en équipements et ouvrages métalliques.

S. R.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Smail ROUHA

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Un homme, une destinée
Par Tahar MANSOUR.

Tarik Bouslama, P-DG du groupe Imetal
Entretien réalisé par Smail ROUHA.

Télécharger version PDF

Version PDF