Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 120 - Avril 2019

Go

Dossier

Une performance encourageante

Sonatrach a exporté en 2018 l’équivalent de 98,9 millions de Tonnes

El-Djazair.com



Enfin une bonne nouvelle pour l’Algérie ! En ces temps moroses marqués par les conséquences néfastes de la crise financière qui touche le pays depuis 2015, Sonatrach, le cœur battant de l’Algérie, son poumon économique, annonce des résultats financiers positifs. Preuve en est, le chiffre d’affaires à l’exportation a dépassé les 39 milliards de dollars au cours de l’année 2018 contre 33,2 milliards de dollars en 2017. Ce qui représente une croissance de près de 17 % par rapport à l’année 2017. Cette croissance soutenue s’explique, notamment, par les nouveaux changements apportés au management de Sonatrach depuis la nomination en mars 2017 d’Abdelmoumen Ould Kaddour en tant que président du Groupe Sonatrach, et dont l’un des piliers majeurs de la stratégie SH 2030 est de mettre en place une politique d’exportation prenant en compte l’aspect valeur et non plus celui de volume.

En dépit de la mise en œuvre de l’accord Opep-non Opep de réduction de la production de pétrole brut, le groupe Sonatrach a exporté l’équivalent de 98,9 millions de tonnes d’équivalent pétrole (TEP) en 2018, contre 106,2 millions de TEP en 2017, soit une baisse de près de 7% notamment. A ce sujet, Abdelmoumen Ould Kaddour affirmait en janvier dernier à partir de la wilaya d’Illizi que « dans le domaine pétrolier, s’il y a une baisse de la production nationale, ceci est dû au respect des quotas réduits dans le cadre de l’accord Opep – non-Opep ». Le P-DG de Sonatrach répondait à une question relative aux chiffres publiés récemment par l’Office national des statistiques (ONS), relevant une baisse de 7,8% de la production dans le secteur des hydrocarbures au troisème trimestre 2018 par rapport à la même période de 2017. « Pour le pétrole brut, on a une limitation, on ne peut donc produire plus qu’aujourd’hui, même si on en a les capacités. Par contre, pour le gaz, il n’y a aucune limitation en matière de production », a-t-il souligné. D’ailleurs, le P-DG de Sonatrach Abdelmoumen Ould Kaddour a estimé, le 30 décembre 2018, qu’en 2019 et avec la nouvelle loi sur les hydrocarbures, les partenaires étrangers seront nombreux à venir travailler avec Sonatrach, notamment, dans le domaine de l’exploration.

En ajoutant les quantités destinées au marché national (52,5 millions TEP), les volumes d’hydrocarbures liquides et gazeux commercialisés en 2018 ont atteint 151,4 millions de TEP contre 161,2 millions de TEP en 2017, en baisse de 6,1%. En ce qui concerne les activités d’exploitation, la production primaire de pétrole brut avait atteint 48,5 millions de tonnes (contre 49,3 millions de tonnes en 2017), dont 20,7 millions de tonnes produites en association avec des compagnies étrangères en 2018. Tandis que la production primaire de condensat s’est élevée à 8,9 millions de tonnes (contre 9 millions de tonnes en 2017), dont 2,1 millions de tonnes produites en association avec des compagnies étrangères en 2018.

La production de gaz de pétrole liquéfié (GPL) a atteint 7,9 millions de tonnes (contre 8 millions de tonnes en 2017), dont 2,1 millions de tonnes en association avec des partenaires étrangers. Sur ce point, il y a lieu de souligner qu’à propos de l’extension du parc automobile utilisant le gaz de pétrole liquéfié (GPL), 400.000 véhicules ont été convertis en GPL, et le ministère de l’Energie vient de lancer un vaste programme qui touchera 1 million de véhicules d’ici 2021. Pour le groupe pétrolier, un contrat d’engineering project construction (EPC) a été signé, en 2018, avec la société italienne spécialisée en ingénierie Maire Tecnimont, pour la réalisation d’un quatrième train de Gaz de pétrole liquéfié (GPL). Ce contrat est estimé à 29,17 milliards de dinars, soit 248,5 millions de dollars.

Le projet, clé en main, sera ainsi situé au niveau du complexe industriel GPL- ZCINA se trouvant à 6 km de Hassi Messaoud et dont la capacité nominale de traitement de gaz est estimée à 8 millions de Sm3/jour

Quant à la production primaire de gaz naturel, elle s’est établie à 132 milliards de mètres cubes standards (Sm3) en 2018 (contre 135 milliards Sm3 en 2017), dont 24,2 milliards Sm3 produits en association. Sur ce point, Abdelmoumen Ould Kaddour avait indiqué que l’Algérie, dont la production actuelle de gaz naturel oscille entre 130 et 140 milliards de mètres cubes, a exporté en 2018 pour une quantité qui tourne autour de 50 milliards de mètres cube soit quasiment la même quantité que celle exportée en 2017. « Actuellement, nous souffrons beaucoup pour pouvoir maintenir le niveau d’exportation d’autant que nous avons des contrats à honorer », a déclaré Ould Kaddour qui a appelé à stabiliser la consommation locale au risque de voir les capacités d’exportations de gaz naturel s’amenuiser dans les années à venir. En 2017, la consommation de gaz naturel a grimpé à 7,9%, une hausse induite par les besoins croissants des clients de Sonelgaz, notamment ceux du secteur des ménages, et où le nombre total d’abonnés a atteint 5,3 millions, soit plus de 345.000 nouveaux clients.

Ainsi, le total de la production primaire du groupe Sonatrach a été de 192,3 millions de TEP en 2018, dont 48,4 millions de TEP en association avec des compagnies étrangères. Ce qui représente une baisse de 2,1% en 2018 de la production primaire totale comparativement aux réalisations de 2017.

S’agissant de ses activités de liquéfaction, raffinage et pétrochimie, Sonatrach fait état d’une production de 22,2 millions m3 de gaz naturel liquéfié (GNL) en 2018 contre 27,1 millions m3 en 2017.

En matière de produits raffinés (pétrole brut traité et condensat), Sonatrach a produit 25,7 millions de tonnes en 2018 contre 28,2 millions de tonnes en 2017.

Par ailleurs, 30 nouveaux champs pétroliers et gaziers ont été découverts en effort propre par Sonatrach en 2018, contre 33 découvertes en 2017.

Durant 2018, Sonatrach a achevé 80 forages d’exploration (77 seul contre 3 en association avec des partenaires), en baisse de 20% en comparaison à 2017 qui avait enregistré 101 puits terminés (100 seul, 1 en association).

Les forages de développement ont également baissé en passant de 230 puits terminés en 2017 (172 seul, 58 en association) à 197 puits (171 seul, 26 en association) en 2018. En 2017, Sonatrach a versé 2 228 milliards de Dinars au Trésor public, soit une hausse de 20% par rapport à l’année 2016. Ainsi, 2018 a été pour le groupe Sonatrach une année charnière au cours de laquelle ont été lancés les principaux projets structurants, notamment ceux liés à la réorganisation, à la modernisation et à la transformation de l’entreprise. « Parallèlement aux efforts de croissance, et grâce à l’abnégation des hommes et des femmes de Sonatrach, notre entreprise a su poursuivre ses missions et atteindre les objectifs qui lui sont assignés à savoir l’approvisionnement du marché national en hydrocarbures et dérivés, et l’exportation de quantités suffisantes d’hydrocarbures pour garantir des recettes en devises indispensables aux besoins économiques et sociaux de notre pays », indiquait Abdelmoumen Ould Kaddour dans sa lettre de janvier 2019. Parmi les évènements marquants enregistrés durant l’année 2018, Ould Kaddour a cité, entre autres, la poursuite du plan de développement et de modernisation de Sonatrach défini dans le plan stratégique « SH2030 », lequel est axé sur la création de valeur, le développement économique national et l’excellence opérationnelle ainsi que la mise en place d’une nouvelle organisation de l’entreprise, l’implémentation progressive de l’organisation de détail des activités opérationnelles, des structures centrales et le lancement au sein de toutes les activités d’un plan de transformation de ses processus. L’année 2018 a également vu la refonte, la modernisation et la digitalisation des systèmes d’information, à travers la mise en place d’un ERP (Entreprise Ressource Planning), outil central dans le Système d’Information de l’entreprise et qualifié de colonne vertébrale de la transformation. Ce logiciel permet de piloter l’entreprise à travers une vision intégrée et optimisée de l’activité, d’accélérer la prise de décision, de gagner en productivité et d’améliorer la performance tout en assurant une communication et une collaboration optimales à même de réduire les coûts de gestion et d’exploitation et d’anticiper et de réduire les risques en garantissant l’intégrité des données et en facilitant le contrôle financier. Plusieurs actions ont été également menées et réalisées au sein des activités opérationnelles, parmi lesquelles l’inauguration du complexe gazier de Timimoun, fruit d’un partenariat entre Sonatrach, Total et Cepsa. Ce nouveau complexe composé de 08 gisements permet la production de 5 millions de m3/jour de gaz. En outre, depuis l’installation de Abdelmoumen Ould Kaddour à la tête du premier groupe d’hydrocarbures en Afrique, Sonatrach a réussi à régler, entre 2017 et les premiers mois de 2018, l’ensemble de ses litiges avec certains partenaires étrangers, à l’image de l’italien ENI-Saipem, du français Total et de l’espagnol, Repsol. 

Pour rappel, le chiffre d’affaires moyen global annuel réalisé par Sonatrach sur les cinq dernières années, avait été évalué à 4 560 milliards de dinars, alors que le chiffre d’affaires moyen annuel à l’export, avait atteint les 43,2 milliards de dollars, sur la même période. Tandis que la fiscalité pétrolière moyenne annuelle versée par Sonatrach au Trésor, s’est établie à 2 550 milliards de dinars durant la même période. Ces chiffres montrent la contribution de Sonatrach dans le développement économique, industriel et social de l’Algérie. En effet, Sonatrach, en tant que principal investisseur industriel national, est consciente de l’immense responsabilité qui est la sienne au service de l’économie nationale et de la nation. L’entreprise a pour ambition de réunir les meilleures conditions pour réussir son plan de transformation et s’affirmer ainsi, parmi les plus grandes compagnies pétrolières.

El-Djazair.com

 



Articles de la même rubrique

Du même auteur

El-Djazair.com

Les plus lus

Air Algérie Cargo
Par Yahia MAOUCHI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF