Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 117 - Nov 2018

Go

Dossier

Biskra, le grenier agricole de l’Algérie

Concentrant 40% de la production nationale de fruits et légumes

Par Smaïl ROUHA



Si vous êtes de ceux qui sont fidèles à la prescription du Prophète (QSSSL) de rompre le jeûne avec des dattes, il est fort à parier que celles-ci viennent des Ziban. Si vous faites suivre ces succulents fruits d’une chorba chaude à la viande de mouton, notamment celui de Ouled Djellal, qu’ensuite vous vous délectez d’un couscous aux légumes agrémenté de piment et qu’en guise de dessert vous vous rafraîchissez avec une tranche de pastèque ou une pêche juteuse, alors sachez que de 60 à 80% des denrées composant ce menu proviennent aussi de la wilaya de Biskra. Les plaques minéralogiques des camions de transport en font foi : les opérateurs de quelque 35 wilayas s’approvisionnent en fruits et légumes à partir des marchés de gros de Leghrous, Meziraâ ou Feliach, pour paraphraser Hafedh Moussaoui, notre collègue de Biskra. Un avis partagé par Abdelkader Bouazgui, ministre de l’Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche, qui affirmait, en décembre 2017, en marge de l’ouverture du Salon international des dattes, que «la wilaya de Biskra est devenue une référence en matière de production agricole dont la valeur annuelle atteint 240 milliards dinars ». Une reconnaissance loin d’être usurpée du fait qu’« en tant que wilaya agricole par excellence, Biskra participe à hauteur de 45 % dans la production nationale en fruits et légumes » affirme Ahmed Kerroum, wali de la wilaya de Biskra. En effet, ces dernières années, le secteur agricole dans la wilaya de Biskra a connu un développement incontestable. Avec 190 000 ha de surface agricole utile (SAU) dont 111.170 ha irrigués, la wilaya conforte sa vocation agropastorale en alignant des taux de production de dattes, légumes, agrumes, céréales et viandes rouge et blanche dépassant amplement les termes du contrat de performance. Carrefour de l’ensemble régional Ouest et Sud-ouest, Biskra – certes région à vocation agricole mais elle n’en demeure pas moins une agropole du fait qu’elle remplit toutes les caractéristiques d’une agriculture avec ses différentes variétés – se positionne comme l’une des wilayas stratégiques du pays. Sa situation est son atout socio-économique majeur. Limitée au nord par la wilaya de Batna, au nord-est par la wilaya de Khenchella, au nord-ouest par la wilaya de M’Sila, au sud-ouest par la wilaya de Djelfa, et au sud par la wilaya d’El-Oued, la wilaya de Biskra, subdivisée en 33 communes et 12 daïras, s’étend sur un territoire d’une superficie de 21671 km2. Ce qui lui permet de disposer de potentialités alliant tourisme et nature, à même d’assurer un atout complémentaire à l’agriculture, qui constitue l’élément essentiel du développement dans la région des Ziban. Outre un portefeuille destiné à l’investissement à la mesure des ambitions des porteurs de projets agricoles et industriels, des  réseau ferroviaires, contribuant à la revitalisation du mouvement économique entre les diverses wilayas du Sud-Est et du Nord, et routiers, un aéroport international, le premier aéroport d’Afrique et qui a connu son premier vol en 1913, doté d’un service fret, la wilaya de Biskra dispose d’énormes opportunités à même de jouer pleinement son rôle de grenier agricole de l’Algérie. Région, certes, à vocation agricole, la wilaya de Biskra qui a réalisé ces dernières années un bond qualitatif en matière de développement, à la faveur des investissements publics engagés pour relancer différents secteurs et améliorer le cadre de vie de la population, mise sur le triptyque agriculture-industrie-tourisme pour booster davantage l’économie locale. « La wilaya de Biskra n’est pas seulement à vocation agricole, c’est une agropole. Elle remplit, en effet, toutes les caractéristiques d’une agriculture avec ses différentes variétés. Ses terres sont d’une importance foncière agricole qui n’est plus à démontrer. Elle recèle des potentialités importantes », souligne Ahmed Kerroum, wali de Biskra, qui affiche une volonté sans faille à aller de l’avant pour que cette région puisse relever tous les défis. Au chapitre de l’exploitation des terres, il est utile de mentionner que le programme de mise en valeur a permis de rendre exploitables des dizaines de milliers d’hectares dans la wilaya de Biskra et de booster l’activité agricole. Laquelle situation qui a été largement favorisée par la politique de soutien mise en œuvre par le gouvernement et l’important appui financier décidé au profit des exploitants agricoles. En outre, la wilaya compte plusieurs infrastructures dont un aéroport et une ligne ferroviaire et des ouvrages énergétiques importants relevant de Sonatrach  (branche transport-TRC), de Sonelgaz  à travers ses différentes filiales et de Naftal  avec ses deux branches (carburant et GPL), ainsi que des entreprises privées

L’investissement fleurit à Biskra
Les richesses naturelles de Biskra en matériaux utiles : argile, sel, gypse, gravier et sable peuvent également susciter l’intérêt des investisseurs dans les domaines de l’industrie minière, les matériaux de construction et le BTP. En outre, l’explosion de l’agriculture saharienne dans cette région, notamment les cultures maraîchères, en ont fait de Biskra le premier fournisseur national en fruits et légumes, produits en extra-primeur. Aussi les cultures industrielles présentent-elles un vaste champ d’investissement pour les promoteurs de l’agroalimentaire. L’importance du partenariat entre les agriculteurs et les promoteurs pour le développement des industries agroalimentaires n’est plus à démontrer. Et avec un potentiel d’investissement conséquent dans le domaine l’agriculture et l’industrie, la wilaya de Biskra offre un cadre adéquat aux potentiels investisseurs. D’ailleurs, quinze nouveaux périmètres agricoles totalisant une superficie de 26.900 hectares ont été créés dans la wilaya de Biskra afin de favoriser les grands investissements. Outre de permettre des investissements directs, ces périmètres permettront « la création d’activités agricoles intégrées », à l’image de la culture de palmiers-dattiers, des chaînes de conditionnement et des chambres froides. S’inscrivant dans le cadre des efforts de développement du secteur agricole et de domiciliation de grands projets d’investissement dans la région, la création de ces nouveaux périmètres, localisés à travers 9 communes de la wilaya, vise aussi «la diversification de la production agricole et la promotion de la filière agroalimentaire, tout en contribuant aux efforts déployés pour la sécurité alimentaire du pays. A ce sujet, il est utile de rappeler que l’usine de raffinage et de production du sucre de dattes, la première du genre en Afrique, est entrée en production à Biskra fin 2017. L’usine de raffinage de sucre de dattes extrait non seulement du sucre des résidus de dattes, mais aussi de la confiture, du miel et des aliments pour animaux. Tandis que le noyau est récupéré pour la fabrication du charbon actif. Un produit utilisé dans les filtres d’eau que l’Algérie importe annuellement pour plusieurs millions de dollars. En outre, Biskra dispose de deux usines de ciments dont la production globale devrait atteindre cette année les 8 millions de tonnes par an. Alors que nos besoins nationaux sont estimés à 22 millions de tonnes par an. Alors que la mise en service de la nouvelle raffinerie de sel gemme d’El Outaya (wilaya de Biskra) permettra à l’Algérie d’arriver à une « autosuffisance » en matière de production de sel chimique utilisé dans l’industrie pharmaceutique. Cette raffinerie, d’une capacité de 80 000 tonnes, produira 25 000 tonnes de sel pharmaceutique, 25 000 tonnes de sel en pastilles et 30 000 tonnes de sel destinées à la consommation domestique et industrielle. D’autres investissements colossaux ont été également consentis aussi bien par les pouvoirs publics que par les opérateurs économiques privés nationaux.

L’agriculture, l’industrie et le tourisme font bon ménage
L’un n’empêche pas l’autre. Certes, wilaya à vocation agricole, Biskra n’en demeure pas moins un pôle touristique très prisé. « Pour répondre à une demande croissante et au vu du flux grandissant de touristes enregistrés durant les vacances d’hiver, nous comptons augmenter nos capacités d’accueil en réceptionnant d’ici la fin de l’année 24 entreprises hôtelières après avoir réceptionné 5 hôtels en 2017. En outre, Biskra dispose de 4 stations thermales en attendant la mise en service de 4 nouvelles autres à la fin de l’année », indique Ahmed Kerroum, wali de la wilaya de Biskra. Des structures touristiques, à même d’assurer la diversification des offres touristiques destinés aux personnes en quête de bien-être et de détente dans cette wilaya, qui est la porte du Sahara, venues s’ajouter à la liste des projets réceptionnés en 2016, estimés à 46 projets touristiques. Lors de notre rencontre, le wali a souligné une hausse du nombre des touristes étrangers dans cette wilaya, grâce aux deux lignes aériennes reliant Biskra aux villes françaises Paris et Lille, outre ceux provenant des aéroports nationaux. En effet, la wilaya de Biskra recèle des ressources et des paysages naturels à même de promouvoir les activités économiques et commerciales hors hydrocarbures dans cette ville.
Différents lieux touristiques font que Biskra peut être à la fois une ville de repos, de découverte et de soins par le biais de stations thermales comme Hammam Jerab situé au pied du Djebel Boughzel, et le fameux Hammam Salihine, sans oublier le nouveau complexe thermal «Sidi Yahia», le  «Jardin des Ziban», superbe centre de loisirs et de distraction réalisé par Ali Serraoui, le mausolée de Okba Ibn Nefaâ El Fahri, en attendant la réalisation du premier village touristique dédié à la sablothérapie dans la commune d’El Hadjeb, à 12 km au sud-ouest de Biskra. En effet, outre l’hospitalité de ses citoyens et la pureté de son climat, la région de Biskra est dotée d’une industrie artisanale importante. Le centre de l’industrie artisanale de couverture et de tapisserie sis à Biskra, l’unité de céramique et de la poterie située à M’chounech, l’unité de filature et de confection de Sidi Khaled et à El Kantara sont les plus connues. Autre spécificité faisant la singularité de la reine des Ziban, les mausolées et les zaouïas embellissant ses 33 communes. De ces lieux, on citera à titre d’exemple le mausolée d’Okba Ibn Nafaâ, grand martyr de l’islam, enterré dans une région ayant par la suite pris son nom, le mausolée de Sidi Khaled al-Abssi, théologien et chef spirituel inhumé dans la fameuse oasis de Sidi Khaled, sans oublier les zaouïas El Othmania à Tolga, El Mokhtaria à Ouled Djellel et à Khanguet Sidi Nadji, celle de Abdelatif al-Khangui. Avec toutes ces particularités et bien d’autres encore, la reine des Ziban interpelle le visiteur, l’exhortant à découvrir les merveilles de ses oasis qui l’accueillent à bras ouverts.

Le retour de la petite reine
Longtemps, la petite reine n’avait plus les faveurs de la reine des Ziban. Pourtant ville de vélo par excellente du fait de ses ruelles plates et alignées, Biskra, par la force des choses, a tourné le dos aux cyclistes et aux amoureux de la bicyclette. Il fallut la nomination d’Ahmed Kerroum à la tête de l’exécutif, pour que le Tour d`Algérie cycliste (TAC-2017), baptisée à l’occasion «édition des Oasis», élise domicile à Biskra. Une manifestation ayant permis de  donner une nouvelle impulsion au cyclisme dans les wilayas du Sud avec l’organisation en janvier 2018 du 1er Tour international cycliste des Ziban. « Après avoir réussi l’organisation du tour d’Algérie de cyclisme, nous comptons relancer incessamment le tournoi international de tennis en juillet dont la dernière édition remonte à 1989 ainsi que le pratique du rugby. Dans ce cadre, nous avons sollicité des formateurs français pour nous accompagner », révèle Ahmed Kerroum wali de la wilaya de Biskra. Une autre manière de valoriser et de vulgariser l’mage de la reine des Ziban.       
S. R.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Smaïl ROUHA

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

SITEV 2018
Par Yahia MAOUCHI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF