Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 108 - Oct 2017

Go

Dossier

La qualité pour la garantie de la pérennité

Direction des infrastructures aéroportuaires

Par Smail ROUHA



Les infrastructures aéroportuaires, à l’instar des infrastructures routières, constituent une base pour le développement économique du pays. Le plan d’actions du secteur des travaux publics a connu depuis 1999 une nouvelle dynamique confortée par l’évolution des budgets alloués à travers les différents programmes initiés par le président de la République Abdelaziz Bouteflika. Cette dynamique s’est traduite par la livraison d’un certain nombre d’infrastructures. A ce titre, les efforts consentis depuis 1999 se sont traduits par la réalisation de quatre pistes aéroportuaires neuves et le renforcement de 31 pistes aéroportuaires et annexes. En outre, et en application des directives de l’Organisation internationale de l’aviation civile (OIAC), les infrastructures aéroportuaires bénéficient d’une surveillance permanente à travers un système de gestion des bases aérienne (SGBA) installé dans tous les aéroports ouverts à la circulation aérienne. Dans ce cadre, la direction des infrastructures aéroportuaires, relevant du ministère des Travaux publics et des Transports, a arrêté un programme d’actions s’articulant sur les objectifs qualitatifs , notamment la sauvegarde, le prolongement de la durée de vie, le maintien d’un seuil de sécurité aéronautique en adéquation avec les exigences en la matière et l’amélioration de l’indice de service des infrastructures aéroportuaires par un entretien permanent, des actions de renforcement ciblées et une optimisation des conditions de gestion, ainsi que l’amélioration des caractéristiques géométriques des infrastructures aéroportuaires et l’augmentation des capacités des aires de stationnement et de manœuvre visant la prise en charge de la croissance prévisionnelle du trafic aérien et de l’évolution de la taille des aéronefs. « L’article 29 de la loi n° 01-20 du 12 décembre 2001 relative à l’aménagement et au développement durable du territoire précise que le schéma directeur aéroportuaire prévoit le renforcement, le développement et l’adaptation des infrastructures et superstructures aéroportuaires, aux besoins de l’évolution du trafic aérien, ainsi que la promotion des aéroports de type international. Il propose le cas échéant, les dessertes aériennes intérieures à promouvoir, dans le cadre des besoins de l’aménagement et du développement durable du territoire», souligne M. Bergal, premier responsable de la direction des infrastructures aéroportuaires, chargée, d’une part d’élaborer, d’évaluer et de mettre en œuvre la politique de conception de réalisation et de maintenance des infrastructures aéroportuaires, et, d’autre part, de préparer les schémas directeurs de développement et d’aménagement des infrastructures aéroportuaires. A ce sujet, M. Bergal précise que « actuellement la couverture du territoire par le réseau des aérodromes est assurée convenablement et répond largement à la demande du transport aérien. Les efforts doivent viser plutôt l’optimisation et la rentabilisation du réseau actuel par la mise en place d’une politique tarifaire adéquate, conditionnée par une concurrence dans ce domaine ».

Un ambitieux programme de modernisation
Il est important de souligner que le SNAT, approuvé par la loi n°10-02 du 29 juin 2010, a mis en évidence la nécessité de développer et de renforcer les infrastructures aéroportuaires. Pour ce faire, des investissements colossaux ont été consentis durant les différents programmes.  A titre d’exemple, le montant global alloué au programme 1999-2004 s’élève à 16 milliards de dinars. « Les efforts fournis au titre de ces programmes ont permis d’une part l’ouverture à la Circulation aérienne publique (CAP) de sept nouveaux aérodromes, et d’autre part le rajeunissement progressif des infrastructures aéroportuaires », rappelle M. Bergal.
En outre, vingt-deux projets ont été livrés durant cette période :
renforcement de treize pistes aéroportuaires
développement de sept pistes aéroportuaires (3 réalisations neuves et 4 extensions)
réalisation d’annexes (bretelles et parkings) au niveau de deux aérodromes militaires pour permettre leur ouverture à la CAP.
Tandis que le montant global alloué au programme 2005-2009 s’élève à 38 milliards dinars, alors que celui du programme 2010-2015 est de 14 milliards dinars. « A travers les projets inscrits au titre de ces deux programmes, il s’agissait de poursuivre l’effort de rattrapage, ce qui permettra de se mettre au diapason des normes internationales et de ramener la moyenne d’âge des infrastructures aéroportuaires au-dessous de 10 ans », précise le directeur des infrastructures aéroportuaires. Cet effort se justifiait pour certaines pistes, dont le potentiel de portance était largement consommé ; leurs derniers renforcements dataient des années 1980, dépassant largement les limites admises (soit une durée de vie de 10 à 15 ans pour les chaussées aéroportuaires selon le trafic enregistré). Concernant le développement des aérodromes, hormis la réalisation de la 2e piste au niveau de l’aérodrome Es-Sénia, le secteur s’est limité à l’amélioration des caractéristiques géométriques des infrastructures, à l’extension des pistes d’envol et/ou à l’augmentation des capacités des aires de stationnement et de manœuvre pour répondre aux changements opérés concernant les avions de référence et les exigences des nouvelles aérogares en cours de construction ou à construire. Ces réajustements ont permis :
la prise en charge du renforcement de 27 pistes aéroportuaires
le développement de l’aérodrome d’Oran qui a vu l’extension de la piste existante de 600 ml pour la porter à 3600 ml et la réalisation d’une nouvelle piste de 3000 m dont les travaux sont achevés.
La réalisation d’une nouvelle piste de 3000 x 45 m de l’aérodrome de Bou Saâda.
l’extension de la piste de l’aérodrome de Sétif de 500 ml pour la porter à 2900 ml et la réalisation de la 2e piste de 3000 m x 45 m (besoin exprimé par le MDN) dont les procédures sont en cours.
l’extension de trois parkings et le renforcement de deux autres.
Il est utile d’indiquer, par ailleurs, en sus de la construction des nouveaux édifices, le secteur s’est également fixé comme objectif de mettre les infrastructures aéroportuaires déjà réalisées au diapason des normes internationales, par la modernisation et la sauvegarde.
De ce fait, les capacités intrinsèques des aérodromes nationaux et notamment des pistes d’envol répondent généralement aux besoins actuels du trafic aérien.

Gestion des bases aériennes
Les normes internationales en matière de sécurité aéronautique, recommandées par l’Organisation internationale de l’aviation civile (OACI), imposent à chaque Etat de prendre toutes les mesures nécessaires pour s’assurer de l’état des chaussées des aérodromes ouverts à la Circulation aérienne publique (CAP). Les valeurs de l’IS de l’année 2015 donne 83 % des pistes aéroportuaires (soit 30 pistes) en bon et très bon état, ce qui reflètent globalement un bon niveau de service des chaussées aéronautiques ; pour les 17 % restants représentant 8 pistes, le niveau de service se situe entre assez bon, passable et mauvais, il s’agit de :
Politique de la maintenance des chaussées aéronautiques
Pour répondre efficacement aux exigences de l’organisation de l’Aviation civile internationale (OACI) en matière de sécurité aéronautique, le secteur s’attrlle à lamise en place de structures d’appuis logistiques appelées «sections aéroportuaires» à proximité immédiate des infrastructures aéroportuaires pour leur surveillance et leur entretien permanents. « Le but recherché est d’assurer une présence permanente de l’équipe chargée de l’entretien et d’être à proximité des infrastructures aéroportuaires », indique Abdelmadjid Zouane, sous-directeur de la maintenance des infrastructures aéroportuaires. Aussi et pour l’appréciation de la qualité structurelle et superficielle des chaussées aéronautiques, le personnel des sections aéroportuaires dispose d’un Système de gestion des bases aériennes (SGBA), installé au niveau de toutes les directions des travaux publics. Ce système est une méthode basée sur l’évolution des indices de service (IS) des chaussées aéroportuaires calculés d’une manière périodique, sur la base d’un relevé de dégradations visuelles de la chaussée. Lesindicateurs permettent de connaitre l’état des infrastructures aéroportuaires et de programmer efficacement les différentes interventions au niveau de l’aérodrome. En effet, un budget est alloué annuellement et est réparti sur les aérodromes déjà réalisés, pour prendreen charge les travaux de colmatage des fissures, de dégommage des pistes…Ces travaux visent la sauvegarde, le prolongement de la durée de vie de nos infrastructures ainsi que le maintien d’un seuil de sécurité en adéquation avec les normes internationales.

Les perspectives 2015-2019
Au vu des capacités d’accueil des infrastructures existantes largement suffisantes, le programme de réalisation s’articule autour du développement des infrastructures, notamment l’extension de la piste à 3200 m et la réalisation d’un parking avions à l’aérodrome de Touggourt, la création d’une nouvelle piste et annexes au niveau des aérodromes d’In Eddis (M’sila) et de Boughezoul (Djelfa), la réalisation d’une 2e piste à l’aérodrome d’Illizi, et l’extension de la piste et réalisation d’un parking avions au niveau de l’aérodrome de Mostaganem. Tandis que les aérodromes de Biskra, Bejaia, Oran et Ghardaïa sont concernés par l’extension de leur parking et que les aérodromes de Bejaia et Ghardaïa seront dotés de taxiway. Il est également question du renforcement de 11 pistes aéroportuaires. Il s’agit de Tamanrasset, Alger, EI-Goléa, Tindouf, Hassi-Messaoud, Ain Salah, Ouargla, El Oued, Constantine, Ghardaïa, Batna. Pour les aérodromes à usage restreint, il est programmé la réhabilitation des infrastructures des aérodromes de Relizane, Aoulef (Adrar) et Sidi Bel Abbes.
S. R.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Smail ROUHA

Les plus lus

L'Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Cybercriminalité
Par Dr. Djalila RAHALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF