Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 107 - Août 2017

Go

Dossier

Humanisme, formation et modernisation

La DGSN, une référence à l’échelle mondiale

Par Yahia MAOUCHI



Aux côtés de l’armée nationale populaire et des autres services en charge de la sécurité du pays et de son peuple, la police nationale est en première ligne pour préserver la stabilité retrouvée de l’Algérie, depuis l’arrivée du Président Bouteflika au pouvoir. La police nationale est sur tous les fronts. S’il fallait désigner l’institution de l’année, ce serait certainement cet important corps de sécurité. La police algérienne a fait ses preuves par le passé, à travers notamment la lutte contre le terrorisme dont un lourd tribut a été payé. Sous l’impulsion du directeur général de la sûreté nationale, le général-major Abdelghani Hamel, la police algérienne a fait un grand saut qualitatif. Avec un très haut degré de professionnalisme, notre police est devenue aujourd’hui une « fierté » pour le peuple algérien et surtout un « modèle » dont veulent s’approprier beaucoup de nations. Ainsi, son professionnalisme lui a permis de devenir leader au niveau arabe, mais également une référence de professionnalisme pour les polices les plus performantes du monde. Ainsi, la police algérienne n’a rien à envier à la police européenne en matière de technique d’investigation et de méthodes opératoires. « Grâce au professionnalisme de son Armée nationale populaire, digne héritière de l’Armée de libération nationale, et aux sacrifices de sa police, l’Algérie a pu venir à bout du terrorisme dont elle a bloqué les sources de financement », a rappelé depuis Blida le général-major Hamel qui intervenait à l’occasion de la Journée arabe de la police, coïncidant avec le 18 décembre de chaque année. L’Algérie qui est devenue, aujourd’hui, une référence en matière de lutte antiterroriste suscite de plus en plus l’intérêt des services de sécurité des grands pays occidentaux qui ne cessent de multiplier leurs visites en Algérie pour y solliciter le partage de son savoir-faire et son expérience en matière de lutte contre le crime sous toutes ses formes. Dans ce cadre, le directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel, a reçu le 18 janvier 2016, au siège de la Direction générale de la Sûreté nationale son homologue français le préfet Claude Baland. Au cours de cette rencontre, les deux parties ont passé en revue les moyens de renforcer la coopération bilatérale et l’échange d’expériences entre les polices algériennes et françaises. Par ailleurs, organisatrice de la Coupe d’Europe des Nations, et pour arriver à sécuriser ce grand événement footballistique, la France a fait appel à l’expérience de la police algérienne connue pour être l’une des plus aguerries dans le monde. Invité d’honneur au Forum de l’Ecole supérieure de la police française, le directeur général de la Sûreté nationale, le général-major Abdelghani Hamel a présenté l’expérience de la police algérienne dans la lutte contre le terrorisme, le djihadisme et le radicalisme. Pour sa part, le contrôleur général Loïc Garnier, chef de l’unité de coordination de la lutte antiterroriste en France (Uclat), a bien apprécié l’expérience de la police algérienne en matière de lutte contre la criminalité, le crime organisé et l’extrémisme dans toutes ses formes. Poursuivant sa tournée internationale, le DGSN a présente, lors de sa participation le mois de novembre au Congrès international sur la lutte contre la criminalité tenu en Allemagne, l’expérience pionnière de l’Algérie en matière de lutte contre le crime, le terrorisme et l’extrémisme. Il a évoqué les phénomènes d’exploitation des réseaux criminels et leurs répercussions négatives sur le développement durable. Les participants ont salué l’expérience avérée de l’Algérie dans la lutte contre ces trois fléaux. Le DGSN a plaidé aussi à cette occasion pour la consolidation des mécanismes d’échanges d’informations entre les corps de police dans le cadre de l’Organisation internationale de la police criminelle (Interpol). Rappelons, par ailleurs, qu’à l’occasion de sa visite en Allemagne, le DGSN et son homologue allemand ont signé le 10 février 2016 à Berlin une déclaration commune portant renforcement de la coopération en matière de lutte contre la criminalité, la contrebande et le trafic de drogue. D’autre part, dans le cadre de la coopération sécuritaire entre l’Algérie et le Portugal, M. Hamel a effectué une visite de deux jours dans ce pays. Le directeur général de la Sûreté nationale a estimé que sa rencontre avec la ministre portugaise de l’Intérieur, Madame Costança Urbano de Sousa, qui s’inscrit dans le cadre de sa visite au Portugal, se veut une occasion pour examiner les moyens de renforcer la coopération bilatérale entre la police des deux pays en termes d’échange d’expertise et d’expériences, de soutien technique et de formation. Pour sa part, Madame la ministre portugaise a salué l’initiative visant à asseoir les fondements de la coopération et la coordination entre la police des deux pays, estimant nécessaire de les développer davantage pour servir au mieux la sécurité dans les deux pays. Madame la Ministre a valorisé également le niveau exceptionnel de la police algérienne et son expérience sur les plans régional et international. A l’invitation de son homologue, le DGSN a effectué une visite de travail en République de Chine. Le directeur général de la Sûreté nationale, a présenté au cours de sa visite l’expérience de la police algérienne en matière de lutte contre la criminalité sous toutes ses formes. L’expérience algérienne en matière de lutte contre le terrorisme a suscité l’intérêt de la partie chinoise qui a salué le niveau atteint par la police algérienne qui fait partie des leaders sur le plan international. Il est à rappeler que le général-major Abdelghani Hamel, a reçu le 27 octobre 2016, au siège de la DGSN, son Excellence l’ambassadeur de la République populaire de Chine à Alger Yang Guangyu, avec lequel il a examiné les moyens de renforcer la coopération entre les polices des deux pays. Par ailleurs, à l’occasion de la célébration de la fête de l’indépendance des USA organisées au niveau du siège de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique en Algérie, Son Excellence l’ambassadrice, Madame Joan Polaschik, a salué dans une lettre adressée au général-major Abdelghani Hamel, le professionnalisme de la police algérienne dans l’accomplissement de ses missions, consistant à assurer la sécurité et la fluidité de la circulation routière aux alentours du siège de l’ambassade USA, durant ces festivités. En outre, dans une visite de courtoisie que l’ambassadrice a effectuée pour rencontre M. Hamel, les deux parties ont évoqué les moyens de renforcer la coopération policière, notamment en matière de lutte contre la criminalité sous toutes ses formes, par l’échange de visites pédagogiques et d’expériences ainsi qu’à travers une meilleure coordination en termes de formation et de participation aux conférences organisées mutuellement par les deux pays.

La  « Mecque » des polices arabes et africaines
En plus des pays occidentaux, l’Algérie est devenue ces dernières années la destination préférée des responsables de la police arabe et africaine. L’expertise et le savoir-faire de la police algérienne sont vivement sollicités par ces pays. Ainsi, lors d’une visite effectuée le mois d’octobre au siège de l’Afripol et au centre de contrôle et de commandement, les ambassadeurs et les représentants diplomatiques ont salué le haut niveau atteint par la police algérienne. Les membres de la délégation se sont dits particulièrement impressionnés par la jeunesse des éléments de la police, et la fierté affichée dans l’exercice de leur fonction. Ils ont également montré leur admiration quant à l’efficacité et au professionnalisme de la police algérienne. Les représentants diplomatiques ont, par la même occasion, salué « le haut niveau atteint par la police algérienne » soulignant le rôle avant-gardiste et le professionnalisme des éléments de la police algérienne qui est un modèle à suivre par les autres organes de police. Pour sa part, le SG du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur, Mohamed Ben Ali Koumane, atteste de la place prépondérante qu’occupe désormais la police algérienne au double plan « humain » et « matériel » et qui se traduit par les diverses participations aux différentes conférences et réunions. Il a ainsi salué, à l’occasion de la célébration de la fête de la police arabe, les importantes réalisations de la police algérienne en matière de droits de l’Homme à travers la consolidation de la relation de confiance et de coopération avec le citoyen et autres intervenants de la société civile. « La police algérienne œuvre au renforcement des liens de coopération et de coordination entre les organes de sécurité arabes, régionaux et notamment africains avec lesquelles la coordination dans les forums internationaux constitue un appui aux positions arabes », a-t-il affirmé. Il a estimé dans ce contexte que le mécanisme africain de coopération policière (Afripol) basé à Alger et fruit des efforts consentis par l’Algérie, est à même de renforcer cette coopération dans l’intérêt de la sécurité arabe et africaine. Pour sa part, le représentant de l’Union africaine à l’Atelier international sur «Le rôle de la démocratie dans la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme», Issaka Karba Abdou, a affirmé que l’expérience algérienne dans la lutte antiterroriste «est pionnière dans le monde», appelant à s’y référer pour éradiquer ce phénomène. « L’expérience algérienne dans la lutte antiterroriste et contre l’extrémisme violent est extraordinaire».
Dans le même ordre d’idées, il convient de rappeler que le directeur général de la Sûreté nationale, a mis en exergue, le 7 décembre 2016 à Tunis, l’expérience pionnière de l’Algérie en matière de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent dont elle est sortie victorieuse grâce à la politique de réconciliation nationale initiée par Son Excellence le président de la République Abdelaziz Bouteflika et plébiscitée par le peuple algérien. Il a rappelé que l’Algérie, qui a lutté seule contre le terrorisme avec toute la force et la détermination qui la caractérisent, a pu vaincre ce fléau et en sortir triomphante grâce à l’approche multidimensionnelle qu’elle a adoptée. Combattre ces groupes relève, dira-t-il, de la responsabilité de toute la communauté internationale et de toutes les institutions de l’Etat. Le général-major Abdelghani Hamel a affirmé, à cette occasion, que l’Algérie a mis son expérience, notamment le volet relatif à la réconciliation nationale au service de la communauté internationale pour soutenir les efforts internationaux et régionaux dans la lutte contre le terrorisme et la neutralisation de ses graves menaces sur la sécurité. En effet, lors des différents forums arabes, régionaux et internationaux, l’Algérie n’a de cesse de mettre l’accent sur la nécessité d’une approche globale basée sur une lutte implacable contre les groupes terroristes, le tarissement de leurs sources de financement afin de se prémunir contre l’extrémisme religieux et ses dérives idéologiques.
Par ailleurs, outre les ambassadeurs et les représentants diplomatiques, la DGSN ne désemplit pas. Plusieurs représentants de la police arabe et africaine ont été accueillis par le DGSN. Ainsi dans le cadre d’une visite officielle, le ministre de la Sécurité publique et de l’Immigration tchadien, Ahmed Mohamed Bachir a effectué, le 7 novembre 2016, une visite au siège du centre de commandement et de contrôle de la Direction générale de la Sûreté nationale pour connaître les missions et l’organisation du centre ainsi que les nouveaux moyens techniques employés par la police algérienne pour gérer le trafic routier et assurer sa fluidité de jour comme de nuit. En outre, le Directeur général de la Sûreté nationale a examiné le 27 juillet 2016 à Alger, avec l’inspecteur général de la police ougandaise, le général Kale Kayihura, les voies et moyens de renforcement de la coopération bilatérale notamment en matière de formation et de lutte contre la criminalité transfrontalière. Dans le cadre de l’approfondissement de la coopération bilatérale dans le domaine de la sécurité et de la lutte contre la criminalité et les divers fléaux sociaux, une délégation de la police qatarie a effectué une visite de trois jours en Algérie, du 12 au 14 avril. Les membres de cette délégation n’ont pas caché leur fascination quant au niveau de développement et professionnel de la police algérienne en matière de police scientifique et technique, chose qui est considéré comme une motivation pour conclure des accords entre les deux pays en la matière. Pour rappel, le général-major Abdelghani Hamel avait effectué une visite de travail au Qatar, durant laquelle il avait présenté, l’expérience algérienne remarquable dans le domaine sécuritaire. Après avoir reçu le 3 avril 2016, au siège de la Direction générale de la Sûreté nationale, Son Excellence l’ambassadeur de l’Arabie saoudite en Algérie, docteur Sami Abdallah Athmane Essalah, le général-major Abdelghani Hamel a présidé, deux jour plus tard, une délégation de haut niveau, composée de cadres de la police algérienne, qui a assisté au déroulement d’un exercice de mobilisation des forces d’intervention de la Sûreté générale du Royaume, qui s’est déroulée à Riyad, capitale de l’Arabie saoudite. La participation de la police algérienne à cette rencontre a été une occasion pour consolider les liens de fraternité et les relations de coopération liant les deux peuples et institutions des Etats présents, et ce, pour réaliser les aspirations de leurs peuples et enraciner le concept d’unité et de complémentarité dans le domaine de la protection et de la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes. En sus, dans le cadre de visites de courtoisie, le directeur général de la Sûreté nationale, a reçu également au siège de la Direction générale de la Sûreté nationale les ambassadeurs de plusieurs pays frères en Algérie, tels que l’ambassadeur du Royaume du Maroc, Abdellah Belkziz, l’ambassadeur de la République Arabe syrienne, Namir Ghanem, l’ambassadeur de Turquie, Mehmet Proy, ainsi que l’ambassadeur du Koweït, Mohamed Merzouk Echbou.

La DGSN conviée au sommet des chefs de police à New York
C’est une première dans les annales de la police arabe. Le général-major Abdelghani Hamel directeur général de la Sûreté nationale, a pris part, les 2 et 3 juin 2016, au siège de l’ONU, à New York, au premier sommet des chefs de police, et ce, à l’invitation du Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon. Le Directeur général de la Sûreté nationale a demandé à cette occasion, l’intégration d’Afripol dans les plans de coopération de l’ONU. M. Hamel, qui a exposé les grandes lignes de la proposition algérienne relative à la réorganisation de la police des Nations Unies (UNPOL), a indiqué qu’Afripol « constituait un nouvel instrument de coopération régionale pour un continent » qui reste confronté à de multiples « facteurs de déstabilisation contre lesquels nous luttons ensemble ». Il a estimé à cet égard que ces menaces « exigeaient des réponses globales, réfléchies et concertées » entre les Etats membres de l’ONU. Le directeur général de la sûreté nationale a assuré que « la police algérienne qui a capitalisé une grande expérience en matière d’organisation, de coopération institutionnelle, de lutte contre toutes les formes de criminalité et de troubles à l’ordre public, était prête à apporter toute sa contribution au niveau conceptuel et opérationnel » pour aider à réorganiser l’UNPOL. M. Hamel a également exprimé la disponibilité de la DGSN à partager avec ses homologues son expertise dans les domaines judiciaire, scientifique, technique, analyse criminel et techniques d’enquête. Pour sa part, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a salué le grand professionnalisme de la police algérienne pour la bonne organisation de la 5e Assemblée générale de la conférence de Kigali, tenue les 7 et 8 mars 2016 à Alger, présidée par le Premier ministre Abdelmalek Sellal et organisée par la DGSN, sous le haut patronage de Son Excellence le président de la République Abdelaziz Bouteflika. Ce témoignage au profit de la police algérienne a été souligné dans le mot signé par le Secrétaire général de l’ONU, Ban-Ki-moon, dans le livre d’or de la Sûreté nationale. Par ailleurs, dans une intervention, lors de la clôture des travaux de la 8e réunion des chefs de bureaux centraux nationaux des pays membres d’Interpol pour la région Mena, le président du bureau d’Interpol à Doha, Al Hajiri Mohamed Fahd, a salué, au nom des participants, le travail mené par l’Algérie pour le renforcement de la coopération régionale et internationale en faveur de la préservation de la paix, de la stabilité et du développement. Durant les deux jours de la réunion, les participants se sont penchés sur les différentes questions liées à la criminalité transfrontalière émergente ainsi que les nouvelles menaces criminelles que connaît spécifiquement la région, comme le terrorisme, la cybercriminalité, le trafic de migrants et le trafic illicite de drogues. Les travaux de cette réunion ont été sanctionnés par l’adoption de recommandations portant renforcement de la présence réelle des bureaux centraux nationaux de la région Mena au sein d’Interpol. Dans le même ordre d’idées, il convient de rappeler qu’un commissaire de police de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a été élu au sein de l’Organisation internationale de la police criminelle (Interpol) en qualité d’expert en matière de traitement des données informatiques, lors de la de 85e Assemblée générale d’Interpol qui s’est tenue en novembre à Bali, en Indonésie. Cette élection vient renforcer ainsi les réalisations accomplies par la police algérienne au cours des dernières années dans le cadre de sa modernisation. En outre, dans le cadre de l’ouverture de la visite pédagogique entamée, le mois du mai, par la délégation de l’institut national français des hautes études de la sécurité et de la justice en Algérie, concrétisant l’accord de coopération entre les deux institutions, le Directeur général de la Sûreté nationale, qui a exposé l’expérience de la police algérienne dans la lutte contre le crime dans toutes ses formes et sa contribution pour le renforcement de la coopération policière, au niveau territorial et international, a souligné à cette occasion que les directives et instructions de son Excellence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, avec le soutien du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, ont permis à la police algérienne d’atteindre durant ces dernières années un niveau performant. Des prouesses qui sont dues, poursuit-il, à la formation et au renforcement de l’équipement moderne des différents services, au respect des droits de l’homme, à la consolidation des fondements de la police de proximité et de la communication. Des principes qui ont permis aux éléments de la police d’accomplir convenablement leurs missions. De son côté, le directeur de l’Institut des hautes études de la sécurité et de la justice, Cyrille Schott, a salué le haut niveau que la police algérienne a atteint dans de différents domaines tels que la lutte contre toutes formes de crime, son rôle de premier plan, au niveau régional, territorial et international, le renforcement de la coopération bilatérale, notamment, pour combattre l’extrémisme, le terrorisme, la cybercriminalité et la contrebande des médicaments contrefaits. Rappelons enfin que dans le cadre des recommandations des travaux de la deuxième réunion des chefs de police africaine tenue à Alger en décembre dernier, visant la création de l’organisation africaine pour la coopération policière Afripol, l’Algérie a abrité les 27 et 28 avril 2016, une réunion consultative sur le démarrage de l’organisation africaine de coopération policière (Afripol) avec la participation du général-major Abdelghani Hamel, des experts de l’Union africaine et de hauts responsables africains de police.

Accélérer la transition vers une police démocratique
Au-delà des chiffres, il faut relever les changements majeurs intervenus depuis que le général-major Abdelghani Hamel a pris la tête de cette institution. Ainsi parmi les objectifs de sa stratégie, accroître la légitimité de la police, c’est accroître la participation de la population à ses tâches de sécurité et également donner une meilleure image politique de la relation entre l’Etat et les citoyens. Accélérer la transition vers une police démocratique, ce qui signifie une police plus efficace, travaillant dans le respect des contraintes de la démocratisation. Ainsi, la mise à niveau de l’organisation, de la gestion de la formation et des équipements, est indispensable. Tout cela implique des actions de moralisation, de rationalisation de la gestion, de refonte de la formation, de renforcement des équipements, de communication, de respect des procédures légales, de rupture avec l’impunité et d’augmentation de l’efficacité opérationnelle. En d’autres termes, le chantier consiste à faire de la police un service public. Pour cela, la DGSN a adopté une stratégie sécuritaire basée sur la proximité et la communication avec le citoyen, le soutien des interventions sur le terrain pour prévenir et réprimer les crimes. Elle repose également sur la modernisation des infrastructures de police, et des méthodes de travail, l’amélioration du soutien technique et logistique aux unités sur le terrain, la consécration des mécanismes de moralisation et de transparence, outre la promotion des conditions sociales de ses fonctionnaires. Cette stratégie intervient conformément aux instructions de son DGSN visant à assurer la sécurité des citoyens et à préserver leurs biens, améliorer les prestations des services publics, y compris le volet sécuritaire et poursuivre la moralisation de la fonction de police. Cette stratégie a permis durant l’année 2016, d’instaurer les bases d’une bonne gouvernance en matière de gestion financière et administrative, de consolider les mécanismes de transparence et de moralisation et l’amélioration des compétences de ses fonctionnaires, ce qui s’est reflété positivement sur la qualité des prestations sécuritaires au services des citoyens et a contribué à améliorer l’efficacité des services opérationnels de la sécurité. Dans ce sens, un numéro vert « 104 » a été mis en service par la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), en concrétisation du plan national «Alerte rapt/disparition d’enfants » et en application des instructions du Premier ministre données en août dernier et qui s’inscrivent dans le cadre des orientations du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, visant à assurer la sécurité et la stabilité au sein de la société. Le numéro vert mis à la disposition des citoyens vient en renfort des numéros «1548» et «17» en vue d’une meilleure protection des personnes vulnérables, en plus des autres supports de communication assurés par la DGSN sur Internet et les réseaux sociaux. En somme, le niveau de professionnalisme atteint par le corps de la Sûreté nationale est le fruit du système de formation, qui a connu une profonde réforme et une nouvelle approche d’enseignement et de formation en tenant compte de la réalité et en s’adaptant aux exigences de la société à la lumière des défis sécuritaires actuels. Ainsi, le général-major Hamel qui ne badine pas avec la qualité de la formation dispensée à ses éléments, a estimé, à l’occasion de la Journée arabe de la police, coïncidant avec le 18 décembre de chaque année, qu’il est vital que les services de Police procèdent à la révision de leurs méthodes de formation, prenant en ligne de compte les changements et actions en perpétuelle mutation. La lutte contre la criminalité impose, selon M. Hamel, une grande maîtrise des moyens technologiques modernes, mettant l’accent sur l’importance de l’investissement sur les ressources humaines à la faveur, notamment, de la prise en charge professionnelle et sociale du policier et de sa formation continue. Enfin, il faut vraiment être ingrat et animé d’une mauvaise foi et d’un esprit tordu, pour occulter les énormes progrès réalisés par la police algérienne sur tous les plans, depuis la nomination de M. Hamel à la tête de cette institution chargée de maintenir l’ordre public, et de préserver la sécurité des personnes et de leurs biens.

 Y. .M.



Articles de la même rubrique

Du mĂŞme auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF