Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 115 - Août 2018

Go

Dossier

Le stress hydrique conjugué au passé composé

Grands transferts hydrauliques à Sétif

Par Anis LABDAOUI



Aborder le secteur des ressources en eau dans la wilaya de Sétif, c’est nécessairement parler en premier lieu du mégaprojet du transfert des eaux In Salah-Tamanrasset initié par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Ce projet constitue, indéniablement, un des acquis d’envergure dont a pu bénéficier cette vaste région du pays.
De par son importance économique et stratégique, l’ouvrage n’est pas sans impact positif certain sur toute cette région désertique et très peu développée où l’activité est limitée et l’emploi rare, selon les spécialistes. Partant de ce constat, un projet similaire structurant a été entrepris dans la région des hautes plaines sétifiennes, projet unique dans la région depuis l’indépendance du pays. Ce projet concerne deux systèmes de transferts hydrauliques. Le premier à partir du barrage d’Ighil Emda, situé près de Kherrata dans la wilaya de Bejaia, vers un nouveau barrage à Mahouane à une vingtaine de kilomètres au nord de Sétif, et le deuxième reliant le barrage d’Irraguène dans la wilaya de Jijel vers le nouveau barrage construit à Draâ Diss dans la localité d’El Eulma. Pour ces deux transferts, une enveloppe de 1,2 milliard de dollars a été débloquée par les pouvoirs publics, selon Menad Charef, directeur des Ressources en eau de la wilaya. A sa réception, ce projet consolidera le développement social et économique de toute une région par l’alimentation en eau potable d’une population estimée à 1,8 million d’habitants et l’extension du périmètre de l’irrigation à grande échelle sur une superficie de près de 40.000 hectares,et se situer ainsi dans le juste prolongement d’une stratégie de sécurité alimentaire. « Pour ce faire, une démarche pragmatique et étudiée a été mise en place, en collaboration avec les responsables du secteur et les autorités locales qui ne lésinent sur aucun effort pour nous accompagner dans notre stratégie », dira-t-il. Le transfert Est, à partir du barrage d’Erraguène (Jijel) vers celui projeté à Draa Ediss, précisera Menad Charef, permettra, au moyen d’un volume transféré de 189 millions de m3 par an, de renforcer l’alimentation en eau potable de 15 agglomérations totalisant une population de 750.000 citoyens, et de surcroit favorisera l’irrigation des plaines de la région Est, c’est-à-dire du coté d’El Eulma, essentiellement céréalières, sur une étendue de 20.000 hectares. Le second transfert, dit système Ouest, issu du barrage d’Ighil Emda (Kherrata) vers les hauts plateaux permettra, au moyen d’un volume de près de 119 millions de m3 par an, à travers le barrage projeté à Mahouane, dans la commune d’Ouricia, de renforcer l’alimentation en eau potable de 13 agglomérations pour une population de 1,1 million d’habitants, ainsi que l’irrigation des hautes plaines sétifiennes sur une superficie de plus de 16.000 hectares, ajoutera le directeur des ressources en eau de la wilaya de Sétif.
En état de réalisation avancé, ce projet, selon le responsable du secteur, va interconnecter cinq grands barrages dont trois nouveaux : Draa Eddis et Mahouane réceptionnés durant l’exercice 2013, et celui de Tabellout au plus tard le premier semestre de l’année 2015. Lors de sa dernière visite dans la région le 15 juin dernier, Hocine Necib, ministre des Ressources en eau, a insisté, auprès des entreprises chargées de la réalisation de ces projets, sur la nécessité de livrer le barrage dans les délais prescrits afin de permettre la mise en service effective. En plus de ces projets structurants, la wilaya de Sétif a bénéficié d’autres projets d’envergure à l’issue des visites officielles effectuées par le président de la République Abdelaziz Bouteflika le 8 mai 2012, et celle du Premier ministre Abdelmalek Sellal le 29 octobre 2013. A ce sujet, Menad Charef citera, entre autres, le raccordement aval du barrage Mahouane pour l’approvisionnement de 13 communes pour une population avoisinant le 1,1 million d’habitants à l’horizon 2040, pour un montant de près de 5,8 milliards de dinars, le raccordement aval de Draa-Diss pour l’approvisionnement de 15 communes pour une population de 750.000 habitants toujours à l’horizon 2040, et le raccordement aval du barrage de TichyHaf dans la wilaya de Bejaia, pour l’approvisionnement de 6 communes. En outre, la wilaya a bénéficié d’autres projets d’envergure à même de subvenir aux besoins des populations en eau potable et de meilleure qualité. Dans ce sens, le responsable du secteur rappellera le projet de rénovation de la chaine d’adduction du couloir Tizi N’bachar, Amoucaha, Ouricia et Sétif à partir de la source d’Oued El Bared, dont le taux d’avancement est de l’ordre de 45 %, et dont la réception permettra la mobilisation de 450l/s, soit 16.500 m3/jour, l’approvisionnement en eau potable des communes de Babor et Serdj El Ghoul à partir de la source El Ma Labiodh, et dont la mise en service ne saurait dépasser ce mois d’octobre 2014. Tandis que du côté du nord de la wilaya, il est prévu le renforcement de l’alimentation en eau potable de la ville de Bouandas et les agglomérations secondaires à partir de la source Samta d’une capacité de production de 80 l/s.
Au plan de l’assainissement, les services des Ressources en eau ont axé leurs actions sur la poursuite de l’extension des réseaux d’assainissement des centres urbains et des agglomérations secondaires groupées, la fourniture et la pose de plus de 100 km de canalisation d’assainissement.
En matière de protection des villes contre les inondations, la wilaya a bénéficié d’une enveloppe conséquente pour éliminer les points noirs menaçant la vie des citoyens et leur sécurité. Dans ce contexte, une vingtaine de villes et cités sont à l’ordre du jour, à l’instar d’El-Eulma, Ain Oulméne, Amoucha, Ouled Saber. La protection de l’environnement n’est pas en reste non plus, selon toujours Menad Charef qui soulignera que « la protection de notre milieu naturel constitue l’une de nos préoccupations ». La wilaya de Sétif dispose de six stations d’épuration dont deux lagunes, à Sétif, El Eulma, Aïn Oulmène, Bougaa, Hammam Soukhna et Beni Fouda. Le volume épuré est estimé à 9.184.000 m3/an, destiné à l’irrigation de 2000 hectares de terres agricoles, dont les cultures à pratiquer sont définies par une commission récemment installée pour l’utilisation des eaux non conventionnelles. Ceci en attendant la réception de quatre stations d’épuration par procédé de lagunage naturel sises à Bir El Arch, Tella, El Oualdja et Ain-Lahdjar. Ces stations devraient épurer un volume de 2 millions de m3/an, destiné à l’irrigation de 400 hectares de terres agricoles, ajouter à cela la proposition au titre de 2015, de la station d’épuration d’Aïn Azel dans le sud de la wilaya. Par ailleurs, il y a lieu de souligner que la mobilisation des eaux superficielles constitue une autre solution pour l’irrigation. Présentement, la wilaya dispose de 13 retenues collinaires, dont 4 retenues ont été transférées à la direction de la pèche et des ressources halieutiques pour encourager le développement de l’aquaculture, en exploitation d’un volume global de 6,66hm3 destinées à l’irrigation de 1200 hectares de terres. Actuellement, le programme de l’hydraulique agricole dispose de 4 retenues collinaires en cours de réalisation. Il s’agit da la réalisation de 3 retenues dans les communes de Ain Abessa, Beni-Oucine et Djemila afin de mobiliser 2 millions de m3/an destinés à l’irrigation de 450 hectares de terres agricoles et la réalisation d’un petit barrage d’écrêtement à Ksar El Abtal de capacité de 500.000 m3 pour la protection contre les inondations de la localité de Kasr El Abtal. Le directeur des ressources en eau de la wilaya de Sétif clora son intervention par une vision d’espoir légitime. Il dira à ce propos que « dans un avenir très proche, avec tous ces projets lancés et en cours de lancement, la région de Sétif n’aura plus à se soucier de ces problèmes d’alimentation en eau. Le meilleur est à venir, cela est notre engagement et notre promesse envers nos chers concitoyens. »
A. L.



Du même auteur

Par Anis LABDAOUI

Les plus lus

Libertés démocratiques
Par Farid HOUALI.

Alger ville intelligente
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF