Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 105 - Mai 2017

Go

Dossier

« Le plan stratégique se veut un moyen de modernisation, d’embellissement et d’aménagement de la cap

Abdelkader Zoukh, wali d’Alger

Entretien réalisé par Smail ROUHA



El-Djazair.com : En octobre 2013, vous avez été nommé à la tête de la wilaya d'Alger. Quelles ont été vos visions pour la capitale, et qu'appréhenderiez-vous à l'époque ?
Abdelkader Zoukh : Dès le départ, ma vision pour la capitale était la mise en œuvre du programme de Son Excellence le président de la République Abdelaziz Bouteflika. D’autant que la capitale était  dotée d’un plan stratégique de développement, d’embellissement et d’amélioration du cadre de vie du citoyen. Ce programme devait, certes, démarrer en 2012/2013, mais n’a démarré réellement qu’en 2015. Ce projet d’embellissement, d’amélioration des mobilités et de développement maîtrisé d’Alger était construit sur la base d’un diagnostic exhaustif qui a couvert tous les domaines. Il comporte plusieurs axes dont le plus important est l’éradication de l’habitat précaire et des bidonvilles, en somme tout ce qui ne cadre pas avec le cadre. Cet axe appelé aussi le plan blanc porte également sur la structuration du tissu urbain de la capitale et sur la politique du logement par exemple. Le second axe a trait au littoral, notamment Sablettes, Oued El-Harrach. Le troisième ou le plan vert qui organise la restauration des équilibres écologiques par l’aménagement des espaces verts. En somme, faire la part belle au vert. Cette nouvelle stratégie urbaine prévoit de « débarrasser la ville des activités polluantes et dangereuses». Points forts de cette politique plus écologique : une ceinture d’agri-parcs (parc métropolitain de Baïnem), l’aménagement paysager des autoroutes, de longues promenades en front de mer. Autre axe important, le plan blanc qui a trait à l’éclairage public.De ce fait vous comprenez que c’est un plan extrêmement important qu’il fallait mettre en œuvre. Aussi avons-nous pris toutes les dispositions. Notre première action était d’éliminer toutes les habitations précaires. Et Dieu merci, au jour d’aujourd’hui nous pouvons parler uniquement de reliquat de bidonvilles. Il ne reste que de petits foyers qui seront éradiqués à l’occasion de la 22e opération de relogement que nous préparons.

El-Djazair.com : Justement parmi les axes du plan stratégique, il était question du Plan lumière. Où en est le projet ? 
Abdelkader Zoukh : L’exécution de ce plan se fait au fur à mesure. Vous constaterez de vous-même que la capitale est en train de changer de look à la nuit tombée. Grâce aux réalisations de l’EPIC ERMA, il ya une nette amélioration de l’éclairage public. Parallèlement, nous sommes en train d’entreprendre des actions de mise en lumière de plusieurs édifices emblématiques. Dans ce cadre, nous avons signé un contrat avec une entreprise pour illuminer notamment le Maqam Echahid, le Palais du gouvernement, le Conseil de la nation, le siège de l’APN, de la wilaya, la Grande-Poste, le Palais du peuple. Tous ces édifices vont être mis en lumière. En outre, nous avons créé une entreprise mixte de droit algérien avec les Espagnols pour la réalisation d’un système de régulation du trafic urbain au niveau de la wilaya d’Alger. Il s’agit d’un projet-pilote baptisé « Système intelligent de gestion dynamique de la mobilité urbaine », qui comprend une gestion centralisée des feux tricolores à Alger. Les études sont entamées notamment au niveau d’un carrefour à El-Biar pour les premiers tests.

El-Djazair.com : Pourriez-vous évoquer certains projets structurants qui sont en cours ou à lancer ?
Abdelkader Zoukh : concernant les projets en réalisations, nous devons d’abord achever le programme de relogement. Car une fois les familles habitant les habitats précaires, les bidonvilles et les chalets relogées, nous prendrons en charge même les familles qui habitent dans des logements exigus. Notre programme est de 84 000 logements sociaux et 42000 LSP (Logement social participatif) sans parler des programmes location-vente (AADL) et promotionnel (LPP). Sur un autre registre, nous devons achever les aménagements de la Promenade des Sablettes, suivre les études du transfert du Port maritime d’Alger vers un autre site situé dans la wilaya de Tipasa à même de transformer l’actuel site d’Alger en une grande marina pour la plaisance et le tourisme, terminer les travaux d’aménagements de Oued El-Hararch. Comme nous devons livrer 20000 places pédagogiques et 11000 lits au pôle universitaire de Sidi Abdellah et achever les nouveaux stades de Baraki et de Douéra de 40000 places chacun. Comme nous avons la volonté de mener à bien le projet de régulation de la circulation au niveau de la capitale. Nous avons du pain sur la planche.

El-Djazair.com : Sincèrement, êtes-vous satisfait ou non de ce qui s'est réalisé dans la capitale depuis votre installation à la tête de l'exécutif ?
Abdelkader Zoukh : L’appétit vient en mangeant. Certes, nous avons réalisé beaucoup de choses mais il n’en demeure pas moins, qu’il reste beaucoup à faire. Si je prends en exemple l’éradication de l’habitat précaire et le relogement, nous sommes à 52.000 familles relogées en 3 ans. Une performance qu’aucun pays au monde n’a réalisée. C’est très important à souligner. Tous les grands bidonvilles ont été éradiqués. Plus que ça, vous savez que nous avions eu des crûes centenaires. Oued El-Hararch et Oued Ouchaieh, pour citer ces deux exemples. N’eût-été le plan d’éradication des bidonvilles initié par Son Excellence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, nous aurions eu une catastrophe plus grave que les inondations de Bab El-Oued. Rien que pour évacuer les berges de Oued El-Harrach, nous avons relogé 7000 familles, et plus de 2000 familles à Oued Ouchaieh. Heureusement que ces familles avaient été relogées à temps, sinon je vous laisse imaginer le pire. Néanmoins, la bataille pour l’éradication de l’habitat précaire et des bidonvilles se poursuit.       

El-Djazair.com : En décembre dernier, vous avez annoncé le lancement prochain d'un plan de résilience urbaine afin d'identifier les points faibles à travers tout le territoire de la wilaya et éviter ainsi les catastrophes soudaines. En quoi consiste ce projet ? 
Abdelkader Zoukh : Effectivement nous avons eu l’accord du gouvernement pour la mise en place du plan de résilience urbaine. Les études sont achevées et le plan a été validé. Le Premier ministre Abdelmalek Sellal a signé le décret portant approbation du Plan directeur d'aménagement et d'urbanisme d'Alger (PDAU). Mais il manquait un autre instrument. Un déficit comblé par ce plan de résilience urbaine qui vient en appoint au plan stratégique de la capitale. Pour ce faire, nous avons soumis au Gouvernement un marché avec une entreprise de consortium étranger dont le siège est dans un pays asiatique et dont le directeur général est un Algérien, M. Bendimered. Ce plan permettra d’étudier et d'identifier les risques et points faibles à travers tout le territoire de la wilaya pouvant être affectés par les changements climatiques afin d’éviter ainsi les catastrophes soudaines par des mesures préventives.Ce plan, premier du genre dans tout le pays, est à même de conférer la flexibilité en zone urbaine et de permettre d'anticiper le facteur de surprise dans les catastrophes soudaines telles que l'affaissement de terrain, les inondations, et les glissements de terrain.

El-Djazair.com : Un projet d'aménagement pour la wilaya d'Alger est en cours d'élaboration. Voulez-vous revenir pour nos lecteurs plus amplement sur ce projet ?
Abdelkader Zoukh : Le plan stratégique se veut un moyen de modernisation, d’embellissement et d’aménagement de la capitale. En clair, tout l’habitat précaire sera éradiqué. Nous sommes en train de créer des dédoublements à travers plusieurs axes de la capitale, à l’instar de l’axe de Fontaine-Fraîche, l’axe du Cercle des officiers à Beni-Messous, vous avez l’axe faculté de droit-Hôpital Ben-Aknoun, la route menant au Conseil constitutionnel. En tout, nous avons 18 projets de dédoublements de routes qui, à leurs livraison d’ici la fin de l’année, permettront une meilleure fluidité de la circulation. En outre nous travaillons sur le plan de réhabilitation et d’embellissement du vieux bâti.
          
El-Djazair.com : Néanmoins,Alger fait aussi face au problème de ramassage des ordures ménagères, aux parkings illicites et aux problèmes récurrents de la circulation automobile. Des solutions en vue ?
Abdelkader Zoukh : Certes, je vous l’accorde, il reste certaines séquelles mais admettez que la situation s’est nettement améliorée en matière de ramassage de déchets. Je vous informe que nous avons éradiqué plus de 500 points noirs. Laissez-moi vous dire que le terre-plein existant entre la station de Tafourah jusqu’à Boumerdes, devenu aujourd’hui un espace vert, était jonché de pneumatiques, il n’y a pas si longtemps. C’était un dépotoir. Nous sommes encore en train d’achever le processus d’organisation de la collecte et de traitement des ordures. Même le pain que nos concitoyens jetaient auparavant est ramassé et revendu aux éleveurs de bétail par l’EPIC Extranet. Même si nous aspirons toujours à atteindre les standards internationaux, aujourd’hui Alger est une ville propre aux dires de plusieurs ambassadeurs accrédités à Alger. Certes, il y a encore des améliorations. D’ailleurs nous sommes en train de peaufiner notre dispositif tout en modernisant notre gestion et notre gouvernance. Nous contrôlons nos chauffeurs via les puces de géolocalisation implantées dans leurs camions. Quant aux parkings illicites, ils ne subsistent plus. Nous les avons éradiqués. D’ailleurs je rends hommage à la Sûreté nationale et à la Gendarmerie nationale pour leurs efforts dans leur lutte contre ce fléau.  Il en est de même pour le marché informel.
  
El-Djazair.com : Reprise par la wilaya d’Alger, La Casbah, classée patrimoine mondial par l’Unesco, connaît une nouvelle vie, la wilaya d’Alger a-t-elle le staff technique pour faire le suivi et la restauration ?
Abdelkader Zoukh : La question ne se pose pas. Nous avons désigné 50 bureaux d’études spécialisés selon les besoins des différents chantiers. Et c’est à partir de là que les travaux seront accélérés même si plusieurs chantiers ont déjà entamé le travail et avancent doucement et sûrement. D’ailleurs, le gouvernement a dégagé une enveloppe de 24 milliards de dinars pour relooker ce site. Il sera question d’un travail très étudié et précis. Les travaux de restauration concernent la Casbah entière. Les mosquées, les palais, les sites artistiques, les vestiges historiques et les habitations seront tous réhabilités, à l’instar de la nouvelle mosquée du Dey, le palais du Dey (lieu du coup de l’éventail), Dar El Baroud (la poudrière), la mosquée El Barani et ses dépendances et le palais Hassène Pacha à la basse Casbah.Notre souhait, qui est la volonté du président de la République, est de rendre à La Casbah ses lettres de noblesses. La restauration de la Casbah est un immense projet qui exige un travail chirurgical. D’ailleurs nous avons mis un dispositif de nettoyage spécifique à la Casbah.

El-Djazair.com :   A l’issue de la rencontre Gouvernement-walis tenue à Alger les 12 et 13 novembre 2016, il a été recommandé, entre autres, aux élus locaux ainsi qu’aux chefs d’exécutifs d’adopter une réforme urgente et globale des ressources financières et fiscales des collectivités locales. Quelle est justement la démarche à adopter ?
Abdelkader Zoukh : Notre démarche a été de revoir dans un premier temps le patrimoine de la wilaya, réviser les loyers qui n’ont pas été revu depuis plusieurs décennies. Parallèlement nous devons nous réorganiser pour faire rentrer les redevances locatives. En outre nous avons procédé à un regroupement des entreprises de wilaya par secteur et activités. Ce qui nous permettra de faire des économies de charges. Comme nous avons érigé le jardin d’Essai en EPIC à même de s’autofinancer et d’améliorer les recettes locales.

El-Djazair.com : Et concernant le projet de la Grande Mosquée d’Alger ?
Abdelkader Zouk : Les travaux de réalisation de la Grande mosquée d'Alger avancent à un rythme soutenu. Les services de la wilaya d’Alger accompagnent ce projet grandiose en ce qui concerne les expropriations, les réseaux, les accès. Notre souhait et notre volonté est que cette œuvre historique s’achève dans les délais.        

El-Djazair.com : D'après vous la capitale est-elle en train de se hisser au rang des grandes capitales du monde, sinon qu'aspirez-vous pour la capitale ?
Abdelkader Zoukh : J’aimerais que vous posiez la question aux Algérois. Néanmoins, je leur dirai : « Aimez votre pays, préservez Alger et prenez-en soin ».

El-Djazair.com : Il est également question de transformer le Parc Dounia en un projet vital qui sera réceptionné la saison estivale 2017. A quoi peut-on s’attendre au juste ?
Abdelkader Zoukh : Effectivement, nous avons lancé les études pour en faire un parc de loisirs. Après la signature par le Premier ministre du décret exécutif portant transformation de la gestion des parcs de la wilaya d'Alger, notre objectif consiste à réaménager le Parc Dounia afin d’en faire le nouveau poumon vert d’Alger et un lieu de villégiature, à l’instar de la Promenade Les Sablettes. D’ailleurs, nous avons déjà entamé les opérations de plantations d’oliviers, et même implanté des ruches d’abeilles et des pépinières de fleurs. Nous voulons implanter utile afin d’assurer au parc un autofinancement pour qu’il ne soit pas une charge au budget de l’Etat. C’est joindre l’utile à l’agréable car nous ne devons plus compter sur le pétrole comme par le passé. Nous devons diversifier notre économie. Nous tablons sur cet espace de divertissement pour offrir aux familles algéroises un lieu de loisirs et de divertissement.  

El-Djazair.com : Sur un autre registre qu’en est-il de la sécurité à Alger ?
Abdelakader Zoukh : Je peux vous affirmer que la capitale est entièrement sécurisée. Pour preuve, tous les week-ends, je me promène sans escorte. Sur ce sujet, je dois rendre hommage à nos services de sécurité et particulièrement aux éléments de l’Armée nationale populaire qui veillent à la sécurisation de nos frontières. Grâce à eux, l’Algérie est aujourd’hui un pays sécurisé et stable.
S.R.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Entretien réalisé par Smail ROUHA

Les plus lus

HB Technologies
Par Farid HOUALI.

Abdelkader Zoukh, wali d’Alger
Nouredine Yazid Zerhouni.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF